Jeu de chaises musicales au secrétariat général des Affaires européennes

Le départ de Gilles Briatta, secrétaire général du SGAE et conseiller Europe du Premier ministre a provoqué un appel d’air. Deux habitués de l’Europe, Charles Fries et Pierre Heilbronn, se partagent désormais cette double fonction.

Le cœur de la politique européenne de la France ne se situe pas au ministère qui en porte le nom. L’exercice du pouvoir de la Ve République et la transversalité des politiques bruxelloises a favorisé l’émergence du secrétariat général des affaires européennes ou SGAE, créé en 1948. 

Depuis 2005, ce service est officiellement chargé de la coordination entre ministères sur tout ce qui touche à l’Europe. 

A quelques mois de l’élection présidentielle, Gilles Briatta qui cumulait les fonctions de secrétaire général du SGAE et conseiller Europe du Premier ministre a fait le choix de quitter l’administration pour aller travailler pour la Société Générale. 

Alors que d’ordinaire ces deux fonctions sont occupées par une seule personne, ces postes vacants ont été attribués à deux personnes différentes, mais toutes deux affiliées au cabinet du Premier ministre. 

Depuis le 1er novembre, François Fillon est ainsi conseillé par Pierre Heilbronn qui était déjà secrétaire général adjoint du SGAE.

Le service est pour sa part dirigé par Charles Fries, conseiller diplomatique à Matignon.

  • Pierre Heilbronn 

Jeune énarque de 37ans, il a fait toute sa carrière dans les affaires européennes. Coordinateur pour la Présidence française de l’UE de 2007 à 2009 il a été membre du cabinet de la commissaire européenne Benita Ferroro-Waldner entre 2009 et 2010.

En 2010, il a été rapporteur général de la Commission de libération pour la croissance française présidée par Jacques Attali.

Etudes européennes 

Cette ascension en moins de 10 ans au service de l’État, Pierre Heilbronn la doit à un parcours sans faute. Après un passage par Sciences Po Paris, il a obtenu un master en économie à Cambridge en 1997 qu’il a rapidement complété avec une année de spécialisation au Collège d’Europe à Bruges (économie industrielle et macroéconomie européenne).

Ces différentes expériences lui ont permis de développer ses compétences linguistiques puisque son cv fait état d’un anglais courant, d’un allemand compris et lu ainsi qu’une compréhension de l’hébreu, du japonais et quelques notions de bulgare. 

Engagement associatif 

En 2000 il intègre l’ENA et sort inspecteur des Finances. Jusqu’en 2010, il a été trésorier et membre du directoire de l’institut Aspen France, une association créée en 1994 sous l’égide de Raymond Barre dont l’objectif est « d’encourager l’ouverture sur le monde, la prise d’initiative et l’exercice des responsabilités au service du bien commun ». 

Il est marié et père de trois enfants. 

  • Charles Fries

Egalement ancien élève de l’ENA, il en est sorti en 1989 et a immédiatement commencé une carrière dans la diplomatie à la fois en France et en Europe.

Entre 1995 et 1998, Charles Fries a officié comme Premier secrétaire et chef du service d’information et de presse de l’ambassade française à Londres.

De 2006 à 2009, il a été lui même ambassadeur de France en République tchèque. 

Mélomane 

Il a aussi directement travaillé avec les institutions européennes en tant que sous-directeur des affaires communautaires internes au ministères des Affaires étrangères (1998-2000) et sous-directeur des relations extérieures de la Communauté européenne à la direction de la coopération européenne (2000-2002). 

Après ces deux postes, il a rejoint le cabinet du président de la République Jacques Chirac en tant que conseiller technique sur les questions européennes, jusqu’en 2006.

A son retour de République tchèque il est nommé conseiller diplomatique du Premier ministre (novembre 2009).

Les affaires européennes et étrangères ne sont pas sa seule passion. Charles Fries est aussi diplômé de l’école normale de musique de Paris.

Subscribe to our newsletters

Subscribe