Kristalina Georgieva promet de féminiser les hauts postes au sein de la Commission

Kristalina Georgieva explains the 'belt of crisis' [photo Georgi Gotev]

Kristalina Georgieva [Georgi Gotev]

La commissaire chargée du budget et des ressources humaines, Kristalina Georgieva, a promis que 40 % des postes à responsabilité au sein de la Commission  européenne seraient occupés par des femmes d’ici la fin de son mandat en 2019. 

« Je peux vous assurer que nous y arriverons, faites-moi confiance », a déclaré Kristalina Georgieva lors d’un entretien avec EURACTIV. À l’heure actuelle, 27,5 % des postes à responsabilité au sein de l’UE sont occupés par des femmes. La commissaire est chargée d’atteindre 40 % d’ici la fin du mandat de la Commission Juncker, en 2019.

Les postes en questions concernent les 450 fonctionnaires occupant les postes de directeurs généraux et de directeurs, ainsi que les 1 200 chefs d’unités, explique-t-elle.

La commissaire bulgare a fait de l’égalité des genres l’une des priorités de son mandat. « Toutes les sociétés doivent utiliser le potentiel des deux sexes. Ce n’est pas une question de féminisme, mais de productivité. Il s’agit d’atteindre le meilleur rendement possible », ajoute-t-elle.

>> Lire : Parité hommes-femmes : les quotas sont le seul moyen d’aboutir à des résultats

Selon les dernières enquêtes, de 2014, on comptait 14 femmes pour 82 hommes (soit 15 %) parmi les fonctionnaires de premier niveau et 106 femmes pour 234 hommes (soit 31 %) dans les postes de fonctionnaire de deuxième grade dans les institutions européennes. Ces chiffres sont moins bons que ceux des administrations nationales, qui atteignent 31 % de femmes et 69 % d’hommes au premier grade et 40 % de femmes contre 60 % d’homme au deuxième.

Si la moitié environ des employés sont des femmes, tout comme environ 60 % des jeunes diplômés d’université dans l’UE, les femmes restent considérablement sous-représentées dans les postes à responsabilité, ainsi que dans l’industrie et dans le service public.

« Il est grand temps que la Commission et les institutions européennes en général appliquent leurs propres conseils », estime Serap Altinisik, du Lobby européen des femmes, qui se félicite de l’initiative de Kristalina Georgieva.

>> Lire : Viviane Reding en faveur d’un quota de femmes de 40 % dans les CA

En novembre 2012, la Commission européenne avait proposé un projet de directive obligeant les entreprises cotées en Bourse à respecter un quota de 40 % de femmes, en dehors des conseils d’administration, d’ici 2020. Ce projet de loi avait été bloqué par un certain nombre de pays, donc l’Allemagne et le Royaume-Uni.

>> Lire : Le Parlement soutient l’idée des quotas pour accroître le nombre de femmes dans les conseils d’administration

Briser le plafond de verre

En moyenne, seuls 20,2 % des membres des conseils d’administration des plus grandes entreprises cotées en Europe sont des femmes. Ce chiffre représente une hausse considérable par rapport 11,9 % de 2010, quand la Commission a décidé de se pencher sur la proportion de femmes dans des postes à responsabilité. Il reste cependant encore bien des progrès à faire.

Cette problématique semble toutefois faire l’objet d’un regain d’intérêt, puisque l’Allemagne a décidé d’adopter de nouvelles mesures afin d’augmenter le nombre de femmes membres des conseils de supervision.

>> Lire : Berlin impose un quota de femmes dans les CA des grandes entreprises

La semaine dernière, alors qu’elle s’adressait au Parlement européen, V?ra Jourová, la commissaire chargée de l’égalité des genres, a déclaré être très déterminée à faire avancer ce dossier et à s’engager dans des discussions bilatérales avec les pays qui s’étaient opposés au projet de directive.

Ne pas tirer parti des compétences des femmes très qualifiées revient à gâcher de nombreux talents et à passer à côté d’un important potentiel économique, soulignait la commissaire. Une série d’études montre que les entreprises qui comptent le plus de femmes aux postes à responsabilité sont plus performantes en matière d’organisation et de finances.

C’est également le cas pour les administrations publiques, et notamment pour les institutions européennes. Si seules neuf des vingt-huit commissaires sont des femmes, Kristalina Georgieva pourrait bien réussir à faire de l’exécutif européen un modèle pour le reste de l’Europe.

>> Lire : Féminisation de la Commission : tour d’horizon des cancres de la parité

>> Lire : La gauche radicale est le seul parti européen à respecter la parité homme/femme

Les femmes sont sous-représentées dans les postes à responsabilité en Europe, et tout particulièrement dans la politique est le monde des affaires, même si la situation varie en fonction des États. En novembre 2014, seuls 28 % des membres des parlements ou des premières chambres des parlements des États membres étaient des femmes.

Dans les  entreprises commerciales, la situation est particulièrement décevante : en octobre 2014, les conseils d'administration des plus grandes entreprises cotées en Bourse dans l'UE ne comptaient que 20,2 % de femmes.

>> Lire : Féminisation de la Commission : tour d’horizon des cancres de la parité

  • Fin 2015 : Date prévue pour l'adoption d'une directive imposant des quotas de femmes dans les conseils des entreprises.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.