La Bulgarie vise l’indépendance gazière d’ici à 2020

b-800x450

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

SOFIA

Indépendance gazière. L’année prochaine, la Bulgarie pourra dire qu’elle est parvenue à l’indépendance gazière, a déclaré le Premier ministre bulgare, Boyko Borissov, lors de l’inspection de l’avancement de la construction de l’interconnexion gazière Grèce-Bulgarie (IGB), lundi (11 novembre).

Borissov a ajouté que la route serait achevée avant la date prévue et que la Bulgarie serait en mesure de fournir du GNL en provenance des États-Unis, du Qatar, de Chypre, d’Égypte et d’Azerbaïdjan. Actuellement, le pays est entièrement dépendant du gaz russe.

Grâce à la liaison gazière entre la ville bulgare de Stara Zagora et la ville grecque de Komotiní, le pays sera en mesure d’acheminer le gaz azéri par le gazoduc transadriatique (TAP), ainsi que par le terminal grec de GNL Revithoussa. La Bulgarie a conclu un contrat pour importer 1 milliard de mètres cubes de gaz azéri par an, ce qui correspond à environ un tiers de ses besoins.

M. Borissov a insisté sur le fait que l’IGB était la clé de la diversification des sources et des voies d’approvisionnement en gaz naturel pour l’Europe du Sud-Est. Selon l’ambassadeur des États-Unis, le projet garantirait la sécurité énergétique de la Bulgarie, ce qui signifie également la sécurité nationale. (Krassen Nikolov | Euractiv Bulgarie)

BERLIN

Feu vert pour encore deux ans. Après la publication, la semaine dernière, du bilan de mi-parcours de la grande coalition des conservateurs (CDU/CSU) et des sociaux-démocrates (SPD) d’Allemagne, les chances que la coalition « reste soudée » jusqu’à la fin de la législature en 2021 « ont fortement augmenté », selon le ministre des Finances Olaf Scholz (SPD). Dimanche, les deux partis se sont finalement mis d’accord sur un régime de retraite de base, un sujet qui les a divisés pendant des mois. La décision finale sur la poursuite de la grande coalition devrait cependant être prise lors de la conférence du SPD en décembre, a déclaré M. Scholz, qui vise la présidence du parti.

L’objectif de la pension de base est d’assurer que les personnes à faible revenu, qui ont cotisé à la caisse de retraite pendant 35 ans, reçoivent 10 % de plus que les personnes qui travaillent avec un revenu de base. Le nouvel accord, qui entrera en vigueur en 2021, comprend un critère de revenu plutôt qu’un critère de ressources, dans le cadre duquel les biens d’une personne sont examinés. (Florence Schulz | Euractiv Allemagne)

PARIS

Forum de Paris sur la paix. Le président français, Emmanuel Macron, et la présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, prendront la parole mardi (12 novembre) matin au Forum de Paris sur la paix, qui se concentrera sur la gouvernance mondiale, à une époque où de nombreux pays européens ont exprimé leurs doutes quant à la position acerbe du dirigeant français à l’égard de l’OTAN. En matière de géopolitique, la « méthode Macron » se heurte à une forte opposition au sein même de l’Europe. (Euractiv France)

Lire aussi : la méthode Macron remise en question par un nouveau tollé sur l’OTAN

LONDRES

Farage bat en retraite. Le parti du Brexit ne contestera pas les 317 sièges remportés par les conservateurs en 2017, a annoncé le chef du parti, Nigel Farage. Le Parti Brexit avait prévu de présenter des candidats pour plus de 600 sièges, mais il s’est rétracté à la suite du possible changement de position de Boris Johnson sur le Brexit. M. Farage a déclaré qu’il allait plutôt cibler les sièges occupés par les travaillistes.

Le chef du parti Brexit a indiqué lundi (11 novembre) qu’il avait été encouragé par les promesses de M. Johnson de ne pas prolonger davantage la période de transition au-delà de l’échéance actuelle de décembre 2020, ainsi que par l’engagement du Premier ministre à s’écarter davantage des règles européennes après le Brexit.

Pour sa part, M. Johnson s’est félicité de cette mesure, affirmant qu’elle montre « qu’il n’y a qu’une seule façon de faire avancer le Brexit, c’est de voter pour les conservateurs. » (Samuel Stolton | Euractiv.com)

ATHÈNES

16 accords avec la Chine. « À Athènes, comme à Shanghai, nous constatons que nos relations n’ont jamais été si bonnes. La confiance règne », a déclaré le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, lors de déclarations communes avec le Président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, à Athènes. Les deux pays ont signé 16 accords, l’expansion des investissements de la société chinoise Cosco dans le port du Pirée ainsi que l’ouverture de banques chinoises.

« La Chine et la Grèce sont partenaires dans l’établissement d’une route. Cette initiative doit être renforcée par le développement futur de votre pays. Nous nous réjouissons à la perspective de mettre en œuvre des partenariats dans de nombreux domaines et nous voulons renforcer le rôle du Pirée dans le transit et améliorer encore la capacité de transport de la ligne express terre-mer Chine-Europe », a déclaré Xi Jinping.

Le mois dernier, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a mis en garde plusieurs pays des Balkans contre les risques des investissements chinois dans les technologies sensibles et a appelé les dirigeants à prendre les « bonnes décisions ». Il a également déclaré que Pékin pourrait offrir des pots-de-vin pour obtenir des contrats d’infrastructure dans les Balkans.

VARSOVIE

Seulement trois femmes dans le nouveau gouvernement polonais. Vendredi 8 novembre, le Premier ministre, Mateusz Morawiecki, a annoncé les noms des ministres de son nouveau cabinet, dans lequel il n’a choisi que trois femmes. Le dirigeant du PiS, Jarosław Kaczyński, a déclaré que le nouveau gouvernement s’efforcerait de contrer les menaces telles qu’une récession mondiale.

Un nouveau ministère du climat sera créé, ce qui signifie que le ministère de l’Environnement ne s’occupera plus des questions liées à l’air pur et à la protection du climat. Le ministre des Affaires européennes, Konrad Szymański, poursuivra toutefois son mandat, non pas au sein du ministère des Affaires étrangères, mais en tant que ministre à la tête du département européen du cabinet ministériel. Cette initiative a été critiquée par l’ancien ministre des Affaires étrangères et actuel eurodéputé, Witold Waszczykowski (CRE), qui s’est demandé « quel ministre nous représentera maintenant en Europe ? » (Karolina Zbytniewska |Euractiv Pologne)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.