La candidate écologiste Annalena Baerbock : extrémiste ou force progressiste pour l’Europe ?

Annalena Baerbock, présidente et candidate des Verts (Gruene) au poste de chancelier lors de la présentation de son programme pour le climat à Biesenthal am Hellsee, en Allemagne, le 3 août 2021. EPA-EFE/ANDREAS GORA / POOL [EPA/ANDREAS GORA]

Annalena Baerbock est la première candidate écologiste à faire partie des favoris dans la course au poste de chancelier. Mais qui est-elle et quels sont ses plans pour l’Europe  ?

Relativement inconnue avant son élection à la vice-présidence du parti écologiste en 2017, elle a depuis réussi à convaincre les membres de son parti ainsi que ses détracteurs. Même l’ancien ministre de l’Intérieur conservateur de la CDU, Thomas de Maizière, s’est dit impressionné par sa performance lors des discussions avec la coalition qui ont suivi les élections de 2017.

Ses détracteurs, à l’instar du conservateur de la CDU Friedrich Merz, l’accusent de manquer d’expérience gouvernementale, mais elle reste convaincue qu’elle est la bonne personne pour succéder à Angela Merkel.

« Non, je n’ai jamais été chancelière, ni même ministre. Mais je suis pour le renouveau », a-t-elle déclaré après que les Verts l’ont désignée comme leur principale candidate pour les élections de 2017.

La protection du climat et l’abandon progressif du charbon figurent en tête de son programme et elle a un objectif clair en vue : « faire de l’Allemagne un pays plus juste et neutre sur le plan climatique », a-t-elle déclaré mercredi (1er septembre) dans une interview pour la chaîne de télévision Pro Sieben.

Ses ambitions vont cependant bien au-delà de la lutte contre le changement climatique eu égard à son militantisme en faveur d’une transition socioécologique plus large. Elle souhaite en effet faire de l’UE une union sociale et fiscale à part entière et améliorer sa capacité à agir sur le plan international.

Cependant, ses performances au cours des derniers mois n’ont pas été exemptes de polémiques. Mme Baerbock a en effet été impliquée dans plusieurs scandales concernant la falsification de son CV et le plagiat présumé dans un livre qu’elle a publié.

Cependant, les Verts restent très attachés à leur candidate principale. Claudia Roth, vice-présidente des Verts au Bundestag et l’une des proches confidentes d’Annalena Baerbock, a déclaré à EURACTIV que « Annalena Baerbock est absolument le bon choix, même si elle a commis des erreurs par le passé. »

« Notre pays a besoin de sa volonté de changer les choses pour pouvoir se projeter dans l’avenir. », a ajouté Mme Roth.

Les Verts allemands confirment leur candidate à la chancellerie

Lors d’un congrès du parti convoqué pour décider du programme des Verts et de leur candidat à la chancellerie, Annalena Baerbock a obtenu une forte majorité de 98,5 % des voix, alors que les Verts continuent à lutter pour trouver un élan et à chuter dans les sondages.

Du militantisme au pragmatisme

Mme Baerbock représente également le changement au sein même de son parti. Les Verts trouvent leurs racines dans le mouvement de protestation écologique des années 1970, mais la candidate écologiste a réussi à donner au parti une image plus pragmatique afin de séduire les électeurs.

Cette approche pragmatique est également visible dans la relation des Verts avec le mouvement « Les vendredis pour l’avenir ». Ce mouvement est de plus en plus en désaccord avec les Verts et a même critiqué le parti pour son « manque d’ambition » en matière de protection du climat en juin.

Baerbock a même admis lors de l’interview que les Vendredis pour l’avenir sont plus déterminés en matière de protection du climat que le parti des Verts.

En retour, le co-directeur des Verts, Robert Habeck, a mis en garde, dans une interview accordée au RedaktionsNetzwerk Deutschland, contre les « exigences irréalistes » du mouvement et a souligné que le parti se devait être pragmatique.

Le fait que les Verts soient capables de remporter des élections s’ils laissent de côté leur passé militant a déjà été démontré dans le cas du Bade-Wurtemberg, où Winfried Kretschmann a réussi à détourner les électeurs de la CDU et du SPD et à remporter les deux dernières élections.

Les Verts allemands, acteurs clés dans les débats sur le génie génétique

Alors que les Verts allemands sont en bonne posture pour faire partie du gouvernement fédéral à la suite des élections du 26 septembre, EURACTIV Allemagne s’intéresse de plus près à leur position sur le génie génétique.

Sa vision pour l’Europe

Mme Baerbock ne mâche pas ses mots quant à sa position progressiste sur l’Europe.

Au cours de l’interview, Mme Baerbock a souligné sa forte adhésion à l’Europe et a déclaré que l’UE serait l’une de ses principales priorités si elle devenait chancelière.

Les Verts veulent étendre l’union économique et monétaire à une union sociale et fiscale à part entière et prévoient de transformer le fonds de relance en un instrument permanent d’investissement et de stabilité.

En outre, elle veut renforcer le budget de l’UE, en donnant à l’UE des recettes fiscales directes par le biais de la taxation des plastiques et des géants de la technologie.

Les Verts veulent également réformer le pacte de stabilité et de croissance afin d’empêcher la pression croissante des privatisations et d’augmenter les investissements en temps de crise, a déclaré un porte-parole des Verts à EURACTIV.

La politique étrangère est également au programme. Mme Baerbock souhaite étendre la capacité de l’UE à agir sur la scène internationale et mettre l’Union sur un pied d’égalité avec les États-Unis.

Mme Baerbock, qui se décrit comme quelqu’un qui « parle franchement », est également une ardente critique de la Pologne et de la Hongrie et a déclaré que, une fois au pouvoir, elle essaierait de prendre plus de mesures contre les contrevenants au principe de l’État de droit au sein de l’union.

Transition socioécologique

La principale priorité des Verts est de s’attaquer au changement climatique et de donner corps à la transition écologique. Ils prévoient de faire adopter le plus grand ensemble de mesures de protection climatique de l’histoire allemande.

Le parti écologiste veut finaliser l’abandon du charbon d’ici 2030, soit huit ans plus tôt que les conservateurs de la CDU/CSU et les sociaux-démocrates, ainsi qu’accélérer le développement des énergies renouvelables.

En outre, Mme Baerbock souhaite commencer l’élimination progressive des moteurs à combustion d’ici 2030, afin de « garantir de la fiabilité en matière de protection du climat et de donner à l’industrie automobile et aux consommateurs une sécurité de planification et d’investissement », a déclaré un porte-parole des Verts à EURACTIV.

Toutefois, Mme Baerbock a également souligné que « la protection du climat et la justice sociale vont de pair », ajoutant que les mesures de protection du climat ne doivent pas conduire à des fractures sociales.

Pour soulager les citoyens de dépenses supplémentaires, elle souhaite redistribuer les revenus supplémentaires générés par la hausse des prix du carbone à la population et créer un « fonds pour l’énergie. » Selon le système proposé, chaque citoyen recevrait 75 euros.

Inondations dévastatrices en Allemagne et en Belgique. Le réchauffement climatique en cause

Selon une étude, le réchauffement climatique est la cause des inondations dévastatrices de juillet dernier, en Allemagne et en Belgique, qui ont fait 200 morts. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe