La Commission organisera une conférence sur le budget

Tusk Barroso.jpg

Cet article fait partie de l'édition spéciale Budget UE 2014-2020.

Fin octobre, Bruxelles accueillera une conférence de haut niveau qui aura pour thème le prochain budget à long terme de l'UE pour 2014-2020. C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui (30 août) le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, après une réunion avec le premier ministre polonais, Donald Tusk.

M. Barroso est apparu aux côtés de M. Tusk devant la presse bruxelloise, et a déclaré que le principal sujet de leur conversation avait été le « cadre financier pluriannuel » (CFP), à savoir le prochain budget à long terme de l'UE pour 2014-2020.

Les deux hommes politiques sont connus pour être de fervents défenseurs d'un budget solide, la Pologne souhaitant obtenir une part plus importante des fonds que l'UE alloue aux régions les plus pauvres.

Ils se sont tous deux appliqués à démontrer que la crise de la dette qui secoue actuellement la zone euro n'avait pas entamé la volonté des dirigeants européens s'agissant d'aborder la question épineuse du budget.

M. Barroso a admis que la proposition de budget de la Commission, présentée lors d'une réunion ministérielle informelle dans la ville polonaise de Sopot le 29 juin, n'avait pas été reçue à bras ouverts.

« Il n'y a bien entendu pas eu d'accord unanime, mais franchement, je ne m'attendais pas à ce qu'il y en ait un », a-t-il déclaré.

En effet, la proposition de la Commission est considérée comme un point de départ pour des négociations qui s'annoncent laborieuses, avec une décision finale qui n'est pas attendue avant le second semestre de 2012.

« Faisons-en un bon exemple de l'esprit européen avec des discussions centrées sur le CFP, non pas pour Bruxelles, mais pour le budget de l'Europe dans son ensemble : comment pouvons-nous, à l'aide d'outils européens, contribuer à la croissance en Europe, voilà notre ligne de conduite », a-t-il expliqué.

Construire une « majorité optimiste »

M. Tusk a affirmé que selon lui, les discussions de Sopot avaient été plus positives que prévu. Il s'est dit « prudemment optimiste » quant aux futures politiques européennes dans le cadre du prochain budget.

La tâche de la présidence polonaise de l'UE est de s'assurer qu'une « majorité optimiste » soit en place pour les étapes suivantes du débat, a-t-il déclaré.

Le premier ministre polonais a tenté d'illustrer son opinion selon laquelle les financements européens pouvaient stimuler la croissance économique en montrant une carte de la Pologne, sur laquelle était affiché le dernier résultat de croissance du PIB, soit 4,3 %, assorti d'un « smiley ».

Les deux dirigeants ont confirmé qu'une conférence de haut niveau sur le budget de l'UE aurait lieu à Bruxelles les 20 et 21 octobre ; ils ont tous deux promis de contribuer à ce forum.

La conférence sera organisée par la Commission européenne et le Parlement européen en collaboration avec la présidence polonaise de l'UE, a précisé M. Tusk.

« Il s'agira d'une conférence politique qui abordera la philosophie de la Communauté européenne dans son ensemble », a déclaré M. Tusk, refusant d'entrer dans les détails quant au mandat du forum. Selon les personnes au fait des discussions, ce forum aura pour objectif d'aboutir à un consensus sur différents points, mais il ne devrait pas donner lieu à des décisions majeures.

M. Barroso semble s'être rallié à une idée initialement lancée par M. Tusk qui avait déclaré début juillet que cette conférence devait permettre de déterminer dans quelle mesure le budget de l'UE devrait refléter et l'aspect communautaire et les aspects relatifs aux intérêts nationaux. A l'époque, on supposait que cette conférence aurait lieu à Varsovie.

Réactions

Contexte

L'ampleur, la structure et les priorités des dépenses annuelles de l'UE, qui s'élevaient à environ 130 milliards d'euros en 2010, sont développées dans les « perspectives financières » qui couvrent la période 2007-2013.

Les négociations sur le prochain budget pluriannuel de l'UE ont été lancées en juin avec une proposition de la Commission européenne mentionnant le chiffre de mille milliards d'euros pour la période 2014-2020.

Afin de réduire les contributions nationales, la Commission a suggéré de mettre en place de nouvelles taxes européennes, une proposition vivement rejetée par le Royaume-Uni, qui l’a qualifiée d’« irréalisable ».

Ces taxes européennes pourraient revêtir différentes formes : une taxe sur le transport aérien ou de nouvelles taxes financières, énergétiques ou sur les sociétés, ainsi qu’une TVA européenne.

Prochaines étapes

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.