La France demande la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen

ee5c14920f75c942231f8d39e1fb97e2.jpg

La commission juridique du Parlement européen va examiner une demande française qui intervient dans le cadre de l’enquête menée par le parquet de Lyon pour « incitation à la haine raciale ».

La formalité a été expédiée en une minute, lors de l’ouverture de la séance plénière du Parlement européen, lundi 10 décembre. Les députés ont donné leur accord à l’examen par la commission juridique de la demande de la France de lever l’immunité parlementaire de Marine Le Pen. 

La présidente du Front nationale et ancienne candidate à la présidentielle est aussi élue à Strasbourg depuis 2004. 

La demande des autorités françaises intervient dans le cadre de l’enquête préliminaire du parquet de Lyon autour de propos de Marine Le Pen datant de 2010. Elle avait comparé les prières de musulmans dans les rues à l’occupation nazie pendant de la Seconde guerre mondiale. « C’est une occupation de pans de territoire. Certes, il n’y a pas de blindés, pas de soldats, mais elle pèse sur les habitants », avait-elle déclaré. 

Une plainte avait été déposée par le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP). 

L’examen par la commission juridique, qui rendra un avis, devrait prendre entre trois et quatre mois, selon les services du Parlement européen. Les parlementaires devront ensuite se prononcer, lors d’un vote en plénière, s’ils décident ou non de laisser la justice française juger l’élue. 

En mai 2011, la levée de l’immunité d’un autre membre influent du Front national, lui aussi député européen, Bruno Gollnisch, avait été approuvée par l’hemicycle dans le cadre d’une plainte pour « incitation présumée à la haine raciale ». 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer