La Grèce se prépare à une présidence austère du Conseil de l’UE

Greece protests Athens_Picnik.jpg

Alors que les analystes prédisent à la Grèce le recours à un nouveau plan d'aide, le pays en difficulté a promis de dépenser moins de 50 millions d'euros lors de sa prochaine présidence tournante de l'UE.

La présidence grecque sera placée sous le signe de la parcimonie. « Nous dépenserons moins que les présidences précédentes », a déclaré un fonctionnaire grec à la presse à Bruxelles le 1er octobre. 

Athènes, qui prendra la présidence tournante du Conseil de l’UE à partir du 1er janvier 2014 devrait ainsi dépenser moins que ses prédécesseurs et n'employer que 130 fonctionnaires. Des chiffres qui contrastent par rapport aux autres présidences qui disposaient de 60 voire 80 millions d'euros et de 250 fonctionnaires.

En raison du calendrier électoral européen, la Grèce disposera de moins de quatre mois pour trouver des solutions à des dossiers complexes, au lieu des six mois habituels. « Il sera impossible d’adopter tous les dossiers au cours des quelques mois avant les élections européennes  en mai et nous devrons prendre des décisions difficiles », a indiqué le fonctionnaire.  Il a également précisé que les priorités du pays devaient être déterminées en fonction des ressources limitées.

La Grèce pourrait avoir besoin d'un soutien financier supplémentaire de la part de la zone euro après 2014, lorsque les plans de sauvetage actuels prendront fin. Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, qui rassemble les ministres des finances de la zone euro, a indiqué en septembre qu'il était réaliste de s'attendre à un troisième renflouement pour Athènes.Le fonctionnaire grec estime toutefois que cette décision n'aura aucune incidence sur la présidence.

Liquidités et confiance

Le fonctionnaire grec a précisé que plus de 250 dossiers étaient toujours ouverts, mais que certains devraient inévitablement être mis en attente. En tête de l'ordre du jour figure l'achèvement rapide de l'Union économique et monétaire, condition essentielle pour retrouver des liquidités. La présidence grecque mettra en avant quelques dossiers pour stimuler la croissance et  faire avancer la politique migratoire européenne.

Comme la plupart de ses prédécesseurs à la tête du Conseil de l’UE,  la Grèce a également promis de faire avancer le dossier sur l'Union bancaire, sans toutefois s’engager  sur la conclusion d’un  accord.

L'achèvement de l'Union bancaire pourrait restaurer la confiance des citoyens. A l’approche des élections européennes de 2014, le renforcement de la confiance de la population dans l'économie européenne est indispensable pour faire face à la montée des partis eurosceptiques dans les sondages nationaux, a précisé le fonctionnaire.

« Nous devons jeter un œil critique sur ce qui s'est mal passé », a par ailleurs estimé le fonctionnaire, déplorant le manque de transparence des décisions concernant la zone euro, prises en dehors du cadre réglementaire institutionnel et du contrôle démocratique.

Montée de l’extrême droite

Autre sujet de préoccupation : l'euroscepticisme grandissant dans les pays traditionnellement pro-européens. Des mesures supplémentaires devraient être mises en place pour restaurer la confiance de la population dans la construction démocratique de l'UE, selon le fonctionnaire. « Nous devrions non seulement expliquer les avantages de l'Europe, mais aussi les coûts de la non-Europe », a-t-il ajouté.

À plusieurs reprises, des analystes ont attribué la montée de l'extrême droite en Grèce et dans d'autres pays aux mesures d'austérité draconiennes.

Le chef de file du parti d'extrême droite Aube dorée, et quatre autres députés ont comparu le 1er octobre devant la cour, après avoir été inculpés d'appartenance à une organisation criminelle à la suite de l'assassinat d'un rappeur antifasciste.

L'Aube dorée est sortie de l’ombre et a remporté 18 sièges au parlement grec en 2012 grâce à un programme virulent contre les immigrants. Il s’agit à présent du troisième plus grand parti du pays selon des sondages d'opinion. Son dirigeant, Nikolaos Mihaloliakos, nie l'existence de l'Holocauste. Les députés font des saluts nazis et l'emblème du parti ressemble à une croix gammée.

« La présidence grecque jouera un rôle important pour s'assurer que des dossiers législatifs clés progressent au Conseil au cours du premier semestre crucial de l'année 2014 », a déclaré le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. « Je suis certain que, dorénavant, nous progresserons pour obtenir des résultats concrets. »

  • 1er janvier — 30 juin 2014 :  présidence grecque du Conseil de l'UE

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.