La Hongrie dénonce les réductions prévues dans les fonds régionaux de l’UE

L’Union européenne risque de miner la crédibilité de son action contre les dépassements de budget si elle retire les fonds structurels accordés à la Hongrie, comme une punition pour avoir atteint un déficit excessif, selon un dirigeant du parti Fidesz au pouvoir.

 

Le 7 novembre, l'UE devrait dévoiler son évaluation des dernières mesures de réduction du déficit adoptées par la Hongrie. Cette évaluation pourrait être la base d'une réduction des fonds et pourrait également influencer les négociations sur le crédit avec Bruxelles et le Fonds monétaire international (FMI).

 

Lajos Kosa, un vice-président du Parti Fidesz, cité samedi par le quotidien Magyar Nemzet, a déclaré que le gouvernement avait mis en oeuvre un resserrement de la politique budgétaire depuis qu'il avait été élu en 2010. Il a ajouté qu'une réduction du fonds serait « une honte ».

 

« S'ils [réduisent les fonds], cela aura des conséquences incroyablement mauvaises dans toute l'Union, qui se fracture de toute façon sans », a-t-il indiqué.

 

Alors que M. Kosa est considéré comme le plus franc de tous les dirigeants du Fidesz, la tendance du gouvernement à parler d'un ton ferme de Bruxelles et du FMI pourrait augmenter les risques de mettre fin aux négociations sur l'accord d'aide internationale.

 

M. Kosa a répété dans son entretien que la Hongrie avait besoin d'un accord avec le FMI. Dans un récent sondage de Reuters, des analystes ont toutefois révélé qu'il n'y avait que 50 % de chance, estimant qu'un esprit plus positif envers les marchés mondiaux avait diminué la pression sur les coûts d'emprunt du gouvernement.

 

Deux paquets de réduction du déficit que la Hongrie a soumis à Bruxelles ces dernières semaines comprenaient une hausse supplémentaire des impôts sur les banques. Le gouvernement a également indiqué que la charge pouvait augmenter si l'UE souhaitait des mesures complémentaires.

 

La banque centrale et des analystes internationaux ont expliqué qu'une lourde imposition sur les banques freinait la reprise. Le porte-parole du FMI, Gerry Rice, a souligné le 1er novembre que la Hongrie devait changer d'attitude pour que les négociations se poursuivent.

 

La Commission européenne a proposé de suspendre les fonds régionaux des États qui ne respectent pas les règles de discipline budgétaire.

 

Cette proposition a été présentée sous la pression de Berlin, qui a demandé des sanctions financières contre les États qui ne respectent pas le pacte de stabilité et de croissance de l'UE, qui limite le déficit à 3 % du PIB national.

 

>> Lire : Réforme des fonds de cohésion et règles budgétaires

 

Johannes Hahn, le commissaire en charge de la politique régionale, a indiqué que cette mesure ne serait appliquée qu'en dernier ressort, mais qu'il était nécessaire d'établir un lien plus étroit entre les fonds de cohésion de l'UE et les politiques économiques et budgétaires nationales.

 

Cette proposition fait partie du plan de l'exécutif européen pour la prochaine génération de fonds régionaux pour l'après-2013, présenté en octobre 2011.

 

>> Lire le LinksDossier d'EURACTIV : Politique de cohésion de l'UE pour 2014-2020

Union européenne

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer