La présidence espagnole dévoile une installation artistique consensuelle [FR]

L’artiste espagnol Daniel Canogar devrait dévoiler aujourd’hui (5 janvier), dans l’atrium du bâtiment Justus Lipsius du Conseil de l’UE, son installation artistique consensuelle qui accompagnera la présidence tournante de l’UE pour les six prochains mois.

En installant une œuvre d’art massive dans le bâtiment du Conseil, les organisateurs espagnols suivent en partie les traces de la présidence tchèque (en fonction lors du premier semestre 2009), qui avait dévoilé un objet d’art de 4 tonnes réalisé par David Cerny appelé « Entropa ». La sculpture tchèque avait fait scandale dans les cercles de l’UE et déclenché la protestation diplomatique de la Bulgarie (EURACTIV 15/01/09).

Entropa représentait la Bulgarie comme des toilettes turques et l’Italie comme un stade de foot où les joueurs semblent se masturber. L’Allemagne y figurait dominée par des autoroutes en forme de swastika et la Lituanie se distinguait par des personnages dans le style du Manneken Pis qui urinaient apparemment sur la Russie. En comparaison, l’œuvre d’art espagnole, vue par EURACTIV dans le hall du Justus Lipsius, n’est pas susceptible de déclencher une quelconque polémique.

Le travail de M. Canogar, appelé « Travesías » (traversées), est une installation vidéo qui montre des mouvements d’images à travers une arabesque, structure en forme de tapis composée de diodes émettant de la lumière. Les images, regroupées dans différentes sections, bougent à travers ce film. Elles font un tour complet en 18 minutes.

La vidéo montre des hommes, des femmes et des enfants occupés à différentes activités : marcher à travers un tapis électrique, grimper dessus, le nettoyer et récupérer des bagages.

M. Canogar a déclaré à EURACTIV qu’il essayait clairement d’éviter de faire référence aux symboles nationaux, favorisant plutôt des interprétations de son travail qui n’impliquent pas de couleurs nationales.

Je voulais rester éloigné d’une lecture patriotique littérale, a dit M. Canogar.

L’œuvre peut être perçue de différentes manières, a-t-il expliqué, déclarant : d’une certaine façon c’est un reflet dynamique et presque aventurier des gens qui circulent à travers l’atrium de Justus Lipsius.

D’une autre manière, si vous considérez la signification de « travesías » en espagnol, elle exprime non seulement un passage, mais aussi un séjour. Ce serait le sens le plus littéral. L’Union européenne est une expérience dont nous avons tous été directement témoins qui vise à prévenir des changements dramatiques sur une période courte, a-t-il affirmé.

D’après M. Canogar, l’UE traverse actuellement une période de transition. Il y a une allusion à cela dans l’œuvre, à quelque chose qui fournit un effort : les gens grimpent, traînent ; ils rencontrent des obstacles qui doivent être surmontés. Mais la vidéo exprime aussi des moments de réjouissance, selon l’artiste.

Le 1er janvier 2010, l’Espagne a endossé la présidence tournante de l’UE pour 6 mois. L’arrivée de Madrid aux commandes vient à un moment déterminant pour l’Union, marqué d’une part par les premiers pas du premier président permanent de l’Union et de la première Haute représentante aux Affaires extérieures, et d’autre part par la nécessité de sortir l’Europe de la pire crise qu’elle ait connu depuis des décennies (Voir le LinksDossier sur la présidence espagnole de l’UE).

La présidence tournante est considérée comme une opportunité pour le pays aux commandes de l’UE de dynamiser et stimuler les débats sur l’intégration et l’identité. Les présidences précédentes ont ainsi agit en installant des œuvres d’art dans l’atrium du bâtiment du Conseil, connu sous le nom de Justus Lipsius. 

En janvier 2009, « Entropa », une installation de l’artiste tchèque David Cerny, qui se voulait une interprétation ironique des stéréotypes nationaux, a fait l’objet de nombreuses controverses (EURACTIV 15/01/09).

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.