Le Fidesz rompt définitivement avec la famille politique du PPE

Au début du mois, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a appelé à la création d'une nouvelle force de droite européenne pour « notre type de personnes » qui veulent protéger leurs familles et leur patrie. [Alexandros Michailidis/Shutterstock]

Après avoir quitté le groupe du Parti populaire européen (PPE) au Parlement européen au début du mois de mars, le parti Fidesz du Premier ministre hingrois Viktor Orbán a quitté le parti politique jeudi (18 mars)

La courte lettre de démission a été publiée sur les médias sociaux par la ministre hongroise de la Famille, Katalin Novák. « Il est temps de dire au revoir », écrit-elle. La famille politique de centre-droit a répondu par un communiqué tout aussi court, affirmant que cette lettre « met automatiquement fin à l’adhésion de Fidesz au PPE », a-t-elle ensuite ajouté.

« Fidesz a quitté la démocratie chrétienne. En vérité, il l’a quittée il y a de nombreuses années », a commenté le chef du PPE et ancien Premier ministre polonais Donald Tusk.

Le Fidesz est suspendu du PPE depuis le printemps 2019, mais ses eurodéputés ont continué à jouir des droits et privilèges en tant que membres de la faction du Parlement européen du PPE jusqu’à ce que le parti au pouvoir en Hongrie annonce son départ le 3 mars après que le groupe a adopté des amendements qui auraient permis d’éjecter tous les législateurs du Fidesz.

Jusqu’à présent, on ignore quelle famille politique Fidesz pourrait rejoindre, mais cela pourrait modifier l’équilibre des forces politiques au sein du Parlement européen. Le Fidesz peut également rester indépendant de tout parti aussi longtemps qu’il le souhaite.

Agitation chez Renew alors qu'une redistribution des cartes se profile au Parlement européen

Il y a de l’agitation au sein de Renew Europe, le troisième plus grand groupe du Parlement européen, opposant les anciens « libéraux et démocrates » de l’ADLE à la direction du groupe et à la délégation française du parti d’Emmanuel Macron, selon une source interne au groupe centriste.

Au début du mois, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a appelé à la création d’une nouvelle force de droite européenne pour « notre type de personnes » qui veulent protéger leurs familles et leur patrie.

Il a déclaré être en pourparlers avec « les Polonais », en référence au parti de droite PiS au pouvoir en Pologne, ainsi qu’avec Matteo Salvini et Giorgia Meloni, dirigeants de deux partis italiens farouchement anti-immigration et eurosceptiques.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer