Le Kosovo ratifie son accord frontalier avec le Monténégro

Les députés du mouvement ultranationaliste Vetëvendosje (« Autodétermination »), qui milite pour une union avec l’Albanie, ont lancé à quatre reprises du gaz lacrymogène pour bloquer le vote. [EFE/ Valdrin Xhemaj]

Le parlement du Kosovo a ratifié un accord frontalier avec le Monténégro, malgré les tentatives de blocages de l’opposition ultranationaliste du pays. Un article de notre partenaire, Euroefe.

Les députés kosovars ont ratifié le 21 mars l’accord frontalier avec le Monténégro. Après moult péripéties, l’accord de délimitation a enfin obtenu le soutien de 80 des 120 députés kosovars, soit les deux tiers nécessaires pour la ratification de l’accord.

Les députés du mouvement ultranationaliste Vetëvendosje (« Autodétermination »), qui milite pour une union avec l’Albanie, ont lancé à quatre reprises du gaz lacrymogène pour bloquer le vote. Sept députés de ce parti ont été arrêtés et six autres ont été interdits d’accès au Parlement pour la cinquième et dernière tentative de vote.

L’opposition kosovare avait déjà eu recours au gaz lacrymogène en 2015 et 2016 pour faire barrage à la ratification de l’accord frontalier avec le Monténégro, signé en 2015, qui devait encore être ratifié. Les députés du Vetëvendosje s’élèvent contre cette nouvelle délimitation car elle obligerait le Kosovo à céder 8000 hectares de son territoire à son pays voisin.

La session parlementaire pour la ratification de l’accord a été reportée pendant des mois alors que les États-Unis et l’Union européenne insistaient pour que le parlement ratifie enfin la nouvelle délimitation du territoire.

L’Union européenne avait fait de cette ratification, ainsi que des progrès dans la lutte contre la corruption et le crime organisé, une condition essentielle à la libéralisation des visas kosovars..

«Le Kosovo remplit les conditions de l'UE pour une libéralisation des visas»

La libéralisation des visas pour le Kosovo ne doit pas être retardée par la crise migratoire que traverse l’UE, demande Beikim Çollaku, le ministre kosovar de l’Intégration européenne.

Un changement de gouvernement et des élections anticipées ont été organisés dans cette ancienne province serbe à cause de l’absence de consensus sur cet accord.

Bruxelles est satisfaite

À Bruxelles, la Commission européenne a félicité le parlement pour cette ratification et a assuré que le pays se rapprochait d’une libéralisation de son régime de visas.

« La ratification de l’accord frontalier avec le Monténégro est une réelle avancée, un progrès positif et concret, dans l’esprit des relations de bon voisinage et de la nouvelle stratégie de la Commission pour les Balkans occidentaux », estime la Commission.

Federica Mogherini, la Haute représentante pour les affaires étrangères de l’UE, Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen à la migration, et Johannes Hahn, le commissaire européen à l’élargissement et à la politique européenne de voisinage, ont qualifié la ratification d’« étape cruciale » à la libéralisation des visas pour le Kosovo.

« L’Union européenne souhaite que toutes les parties au Kosovo poursuivent leur travail acharné et leurs efforts soient couronnés de succès pour obtenir des visas sans frais pour le peuple du Kosovo, dans l’intérêt de la région », a ajouté la Commission.

Subscribe to our newsletters

Subscribe