Le successeur de John Dalli critiqué en raison de relations avec le Kazakhstan

Tonio_Borg.jpg

EXCLUSIF : Des eurodéputés critiqueront certainement Tonio Borg, le successeur potentiel de John Dalli au poste de commissaire européen maltais, en raison de ses liens avec Rakhat Aliev, un ancien ambassadeur du Kazakhstan en Autriche soupçonné de violations des droits de l’Homme et d’implication dans le meurtre de deux banquiers. Un reportage d’EURACTIV

 

Tonio Borg, le ministre maltais des affaires étrangères, a été désigné pour remplacer John Dalli au poste de commissaire en charge de la santé et de la protection des consommateurs après que M. Dalli a été contraint de démissionner en raison de soupçons de trafic d'influence avec l'industrie du tabac (voir « Contexte »).

 

L'audition sur la nomination de M. Borg, prévue le 13 novembre au Parlement européen, pourrait s'avérer plus difficile que prévu, d’après un reportage d’EURACTIV Allemagne.

 

M. Borg devra répondre aux questions des législateurs européens concernant son rôle dans l'octroi de permis de séjour à un couple kazakh fortuné visé par des allégations criminelles.

 

Melvyn Mangion, un porte-parole de M. Borg au ministère maltais des affaires étrangères, n'a pas répondu aux demandes de commentaire.

 

Le Parlement européen, la Commission européenne, Eurojust (l'Unité de coopération judiciaire de l’Union européenne) et d'autres autorités judiciaires européennes connaissent depuis longtemps les affaires juridiques impliquant Rakhat Aliev.

 

M. Aliev, ancien vice-ministre kazakh des affaires étrangères et ancien ambassadeur en Autriche, est accusé de violations des droits de l'homme et de torture. Il est également soupçonné d'être impliqué dans le meurtre de deux banquiers. Son nom apparaît également dans diverses affaires de blanchiment d'argent dans plusieurs pays européens.

 

Permis de séjour maltais

 

M. Aliev, l'ancien beau-fils du président Noursoultan Nazarbaïev, a d'abord obtenu un passeport en Autriche dans des circonstances peu claires et pratiquement du jour au lendemain. Il détient à l'heure actuelle un permis de séjour, sous un autre nom.

 

Des avocats de Berlin qui connaissent l'enquête ont indiqué à EURACTIV Allemagne qu'ils étaient convaincus que M. Borg s'était personnellement assuré que M. Aliev reçoive un permis de séjour.

 

M. Aliev, connu sous le nom de M. Shoraz depuis son mariage avec une ressortissante kazakh, possède également la nationalité autrichienne. Le couple est accusé d’avoir payé des centaines de milliers d'euros en échange de permis de résidence.

 

Ces accusations surviennent à la suite d'un conflit juridique impliquant l'avocat de M. Aliev à Malte, Pio Valetta, et sa femme concernant des honoraires. Ils se sont tous deux poursuivis en justice. La femme de M. Shoraz a réclamé 2,4 millions d'euros à l'avocat, qui lui en a réclamé 1,5 million pour des services non rémunérés.

 

 

Une facture de plus de 150 000 euros suscite plus spécialement l'intérêt des autorités judiciaires européennes. M. Valetta affirme qu'elle est fondée sur des « difficultés particulières » rencontrées dans l'obtention du permis de Mme Aliev.

 

M. Valetta a expliqué que la facture était justifiée « en raison du rejet de la demande de la part des autorités policières étant donné qu'Interpol traquait M. Aliev ».

 

L'avocat maltais a cité M. Bord comme témoin dans l'affaire, selon des avocats de Berlin qui se sont confiés à EURACTIV Allemagne sous le couvert de l'anonymat.

 

M. Aliev a finalement reçu son permis de résidence, même si le gouvernement maltais était conscient de la portée politique de l'affaire.

 

Un eurodéputé allemand demande des éclaircissements

 

L'eurodéputé allemand Elmar Brok (PPE) a écrit à M. Borg pour lui demander des éclaircissements sur le sujet.

 

L'affaire Aliev « occupe les autorités judiciaires européennes depuis longtemps, » peut-on lire dans cette lettre. M. Brok a indiqué que l'ancien ambassadeur kazakh était accusé de « plusieurs faits criminels notamment de blanchiment d'argent, de trafic d'armes et de drogues ainsi que de vol et même de meurtre ».

 

M. Bord a répondu oralement, rejetant ces accusations. Un avocat de Berlin impliqué dans l'affaire a toutefois indiqué que M. Borg « avait de bonnes raisons de ne pas faire de déclaration écrite ».

 

En juin, une délégation du Groupe d'amitié parlementaire Allemagne-Malte du Bundestag allemand, mené par Ernst-Reinhard Beck (CDU), s'est rendue à Malte. Des sources ont indiqué que la délégation avait posé des questions à M. Borg sur l'affaire Aliev.

 

La commissaire européenne Viviane Reding s'est également renseignée sur cette affaire auprès des autorités maltaises. Elle leur a conseillé de demander le soutien d'Eurojust et d'Europol, ce qui n'a pas été fait.

 

Cette année, EURACTIV Allemagne a posé plusieurs questions au ministère maltais des affaires étrangères sur cette affaire. Aucune réponse n'a été apportée.

 

Prudence de la Commission

 

Lors d'une conférence de presse habituelle mardi (6 novembre), Pia Ahrenkilde Hansen, la porte-parole de la Commission européenne, a déclaré qu'elle n'était pas au courant des accusations à l'encontre de M. Borg.

 

Lorsqu'on lui a demandé si le président de la Commission, José Manuel Barroso, pouvait renoncer à soutenir M. Borg avant l'audience du 13 novembre, elle a répondu que la procédure de nomination se poursuivrait comme prévu.

 

John Dalli, le commissaire en charge de la santé et de la protection des consommateurs, a démissionné de ses fonctions le 15 octobre à la suite de sa mise en cause dans une enquête, car il aurait tenté d'influencer une proposition de loi sur les produits du tabac.

 

M. Dalli a démissionné lors d'une réunion avec le président de la Commission, José Manuel Barroso, le 16 octobre après que l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) a établi un lien entre lui et l'entrepreneur maltais Silvio Zammit.

 

M. Zammit aurait demandé 60 millions d'euros à Swedish Match, un producteur de tabac à priser, si l'entreprise persuadait M. Dalli de modifier le projet de directive européenne sur les produits du tabac.

 

La nomination de Tonio Borg, le vice-premier ministre et ministre maltais des affaires étrangères, doit être approuvée par le Parlement européen après une audience de confirmation.

  • 13 nov. 2012 : audition de Tonio Borg au Parlement européen

Subscribe to our newsletters

Subscribe