La Catalogne au cœur des débats du gouvernement espagnol

ca-800x450

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

MADRID. Les séparatistes catalans de l’ERC (gauche républicaine de Catalogne) et du parti socialiste espagnol (PSOE)entament aujourd’hui des négociations complexes pour sortir de l’impasse politique actuelle. Le PSOE a au moins besoin de l’abstention d’ERC pour rendre possible l’investiture de Pedro Sánchez comme Premier ministre, et la formation d’un exécutif de coalition avec Podemos (United We Can).

Cependant, les dirigeants d’ERC ne donneront pas carte blanche aux socialistes et veulent plutôt saisir l’occasion d’un PSOE affaibli pour pousser Pedro Sánchez et l’exécutif central à Madrid à se montrer plus conciliants.

Les négociations seront ardues. L’ERC veut une « table de négociation entre égaux » pour discuter, entre autres, du droit à « l’autodétermination » de la Catalogne. Cependant, pour le PSOE et les autres partis qui défendent une Espagne unie et les principes énoncés dans la Constitution de 1978, il s’agit de la « limite à ne pas franchir ».

En ce sens, Carmen Calvo, vice-première ministre par intérim de l’Espagne, a déclaré mercredi que « l’autodétermination » serait exclue de toute négociation avec l’ERC, car elle ne figure pas dans la Constitution espagnole. (Euroefe)

BERLIN

Les nouvelles dettes sont « absurdes ». Lors du débat sur le budget qui s’est déroulé au Bundestag mercredi (27 novembre), la chancelière Angela Merkel a défendu la politique de désendettement du gouvernement : « Je suis étonnée que le Bundestag parle toujours de façon aussi désobligeante d’un budget équilibré », a-t-elle dit aux députés. « Nous n’avons jamais eu autant d’investissements dans le budget auparavant.

Mme Merkel s’est en outre opposée aux appels de la Gauche et des Verts, qui exigent des investissements plus importants dans la protection du climat et dans le secteur social et veulent également les financer par de nouvelles dettes. Mme Merkel a répondu qu’un “budget décent” doit se concentrer sur des investissements sans nouvelles dettes — “tout le reste est absurde”. (Claire Stam |Euractiv Allemagne)

Lire aussi : 40 000 agriculteurs bloquent les rues de Berlin

PRAGUE

Boycotter les quotas de réfugiés. La République tchèque s’opposera à toute proposition de politique d’asile de l’UE introduisant des réinstallations obligatoires des migrants. “Nous allons coordonner notre position avec nos partenaires du Visegrad”, ont déclaré le ministre de l’Intérieur Jan Hamáček (S&D) et le Premier ministre Andrej Babiš (RE) à l’agence de presse tchèque en réponse à une nouvelle proposition allemande visant à modifier la politique d’asile de l’UE.

Le document non officiel circule actuellement entre les États membres de l’UE et, selon Jan Hamáček, il ne mentionne pas explicitement le système des quotas, mais suggère des mesures similaires. (Aneta Zachová | Euractiv République tchèque)

SOFIA

Réformes judiciaires à nouveau. Lors d’une réunion mercredi (27 novembre) avec les ambassadeurs des États membres de l’UE, ainsi la Suisse et la Norvège, le président bulgare, Rumen Radev, a déclaré que la lutte efficace contre la corruption à haut niveau, le renforcement de la sécurité des citoyens, l’amélioration des soins de santé et de l’éducation sont indispensables pour surmonter les tendances démographiques négatives en Bulgarie.

Par ailleurs, le Président a souligné l’augmentation du nombre de migrants en Méditerranée orientale et dans les Balkans comme étant un défi européen commun. M. Radev a, en ce sens, appelé à une approche européenne commune, à un soutien financier pour les pays aux frontières extérieures européennes et à un soutien de Frontex.

En ce qui concerne les pays des Balkans occidentaux, la Bulgarie espère que le futur élargissement sera fondé sur le respect des critères d’adhésion, ainsi que sur des progrès décisifs afin d’établir des relations de bon voisinage dans les Balkans. (Krassen Nikolov | Euractiv Bulgarie)

BUDAPEST

La Hongrie coopère avec la banque chinoise. La Hongrie renforce ses liens financiers avec l’Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), a déclaré le ministre des Finances Mihály Varga après avoir signé un accord de coopération stratégique. Le document indique que l’ICBC est prête à coopérer activement aux émissions d’obligations en renminbi et à soutenir les relations commerciales transfrontalières, les opérations de paiement et le financement de projets d’infrastructure.

L’ICBC sera prête à développer des liens avec les banques hongroises intéressées par l’intelligence artificielle, les services de cloud et d’autres développements numériques. La banque envisagera également l’ouverture d’une succursale à Budapest pour simplifier les transactions et soutenir des projets dans le cadre de l’initiative Belt and Road (Željko Trkanjec | Euractiv Croatie)

ZAGREB

L’UE doit s’adapter aux nouvelles technologies pour assurer sa sécurité. “Les nouvelles technologies, y compris l’intelligence artificielle, les réseaux 5G et d’autres innovations technologiques, représentent un énorme défi pour les systèmes de défense dans le monde entier”, a déclaré la Présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović.

S’exprimant lors d’une conférence organisée par le Ministère de la Défense de la République de Croatie et Jutarnji list, partenaire d’Euractiv.com, Mme Grabar-Kitarović a ajouté qu’ils représentent également une opportunité pour le développement économique et la conquête de marchés qui étaient jusqu’à présent inaccessibles.

À l’occasion de l’évènement, Daniel Fiott, rédacteur en chef pour la sécurité et la défense à l’Institut d’études de sécurité EUISS, s’est attardé sur l’incertitude géopolitique dans laquelle l’UE se trouve actuellement et comment elle peut s’adapter aux nouveaux défis. L’UE s’inquiète principalement de l’incompatibilité des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle entre la Chine l’Europe.

“La défense ne concerne plus seulement la gestion des crises, mais aussi la protection des citoyens contre les nouvelles menaces telles que les cybermenaces”, a déclaré M. Fiott, soulignant qu’une future coopération étroite UE-OTAN serait crucial. (Željko Trkanjec | Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.