Les Verts, la crainte du grand plongeon

ad8c3499ad9ab332d93d08ebc3c785cf.jpg

Le nombre d’élus EELV à Strasbourg pourrait être réduit de moitié à l’issue des élections européennes de 2014. José Bové souhaite se porter candidat pour le Parti vert européen à la présidence de la Commission.

Europe Ecologie Les Verts (EELV) avait créé la surprise en 2009 en raflant 16% des voix. Le parti dispose aujourd’hui de 16 sièges au Parlement européen, un record.

Mais les dernières enquêtes d’opinion créditent le mouvement de 10% des intentions de vote, ce qui signifierait une réduction de la moitié de la délégation. Les places en position éligible sur les listes vont donc être très difficiles à obtenir pour les sortants, surtout si de nouvelles figures souhaitent tenter leur chance.

Primaire au sein du PVE

Le parti envisage de faire venir une personnalité d’un autre pays européen pour dynamiser la campagne. La Belge Isabelle Durant, actuellement vice-Présidente du Parlement, pourrait en faire partie.

Les listes seront constituées après le congrès d’EELV, en novembre. Quatre parlementaires ne se représentent pas : Hélène Flautre, Yves Cochet, Jean-Paul Besset et Daniel Cohn Bendit.

Ce dernier a mené la campagne de 2009 et son retrait inquiète les responsables d’EELV. La ministre du Logement, Cécile Duflot, lui a lancé un appel, le 6 juin, pour qu’il participe à la campagne. L’intéressé a répondu qu’il était « prêt à aider » sans se présenter.   

Le Parti Vert européen (PVE), dont dépend EELV au Parlement européen, a choisi d’organiser sa primaire, à l’automne, pour désigner un candidat à la présidence de la Commission.

La date limite des candidatures est le 19 octobre. Chaque prétendant doit réunir la signature de cinq formations membres. Le PVE comptant 33 partis, le nombre maximum de candidats est réduit à 6. 

L’autre ambition du PVE est de développer son électorat en Europe centrale. Sur les 58 membres du groupe, seuls deux viennent de cette région. 

Bové se positionne 

Les Verts européens désigneront un tandem de candidats à la suite de la primaire dont les modalités (ouverte ou non) sont encore à définir. Cette collégialité de la présidence est une tradition. 

Interrogé par la rédaction, le Français José Bové a annoncé son intention de se présenter.

Le vice-Président de la commission Agriculture souhaite axer son discours sur la transparence et le renforcement de la démocratie dans l’UE.

Actif dans la lutte contre les conflits d’intérêts, José Bové s’est battu en particulier contre l’Agence européenne de sécurité sanitaire, en charge des autorisations d’OGM. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.