L’UE encourage le président ukrainien à poursuivre ses réformes

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky donne une conférence de presse à l'issue d'un sommet UE-Ukraine lors du Conseil européen de Bruxelles, Belgique, le 6 octobre. [EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ / POOL]

L’Union européenne a salué hier les réformes réalisées par le président ukrainien Volodymyr Zelensky et l’a encouragé, lors d’un sommet à Bruxelles, à poursuivre la lutte contre la corruption, « condition de son assistance financière ».

« Nous saluons les efforts impressionnants réalisés sous l’égide du président Zelensky, notamment les réformes foncière et bancaire, et nous l’encourageons à poursuivre son action pour renforcer l’Etat de droit et la lutte contre la corruption », a déclaré le président du Conseil européen Charles Michel au cours d’une conférence de presse commune.

« Pas liquidé la corruption, mais nous avons fait des progrès »

« L’aide de l’Union européenne est conditionnée. Elle dépend des réformes réalisées », a pour sa part souligné le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. « Il y a encore du travail à faire, mais ce que vous avez accompli est impressionnant », a-t-il ajouté.

« Nous avons beaucoup fait. Nous n’avons pas liquidé la corruption, mais nous avons fait des progrès », a reconnu le président ukrainien.

Volodymyr Zelensky s’est engagé à poursuivre ses réformes pour renforcer l’État de droit et a annoncé attendre en retour de l’UE « une exemption de visas pour les citoyens ukrainiens » et « un accès au marché intérieur européen en 2021 ».

L’UE et l’Ukraine sont liées par un accord d’association et négocient la création d’un espace de libre échange. « Nous réexaminerons les progrès réalisés en 2021 », a annoncé Charles Michel.

L’UE a alloué mardi une aide humanitaire additionnelle de 10 millions d’euros pour les populations les plus vulnérables dans l’est du pays à l’approche de l’hiver.

Sanctions contre la Russie

Le président ukrainien a enfin remercié l’Union européenne de son soutien face à la Russie. Les Européens ont renouvelé mardi leur condamnation de l’annexion illégale de la péninsule de Crimée par la Russie et ont rappelé avoir reconduit leurs sanctions jusqu’en mars 2021.

Le prochain sommet des dirigeants de l’UE le 15 octobre doit se prononcer sur l’empoisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny avec un neurotoxique. Le Parlement européen a réclamé des sanctions contre la Russie, accusée d’avoir tenté de l’éliminer pour étouffer l’opposition.

L’UE a demandé une enquête indépendante et le président Zelensky a dit attendre des informations. Il a annoncé son intention d’associer l’Ukraine aux décisions qui seront prises par les Européens.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé mardi qu’une substance du type Novitchok avait été trouvée dans l’organisme d’Alexeï Navalny. Cette substance chimique a été interdite par l’organisation en 2019 et son utilisation peut être sanctionnée par l’UE.

Alexeï Navalny: le bras de fer entre Berlin et Moscou se durcit

Le bras de fer autour du principal opposant russe Alexeï Navalny se durcit entre Berlin et Moscou. Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas (SPD), a annoncé dimanche 6 septembre que l’Allemagne va considérer de possibles sanctions contre la Russie si le Kremlin ne livre pas « dans les prochains jours » des explications sur son empoisonnement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer