M. Andor espère un poste en vue dans la Commission Barroso II [FR]

A la suite des crises financière et économique, László Andor, commissaire désigné hongrois pour l’Emploi et les affaires sociales, s’attend à être un poids lourd dans l’exécutif Barroso II. Un reportage d’EURACTIV Hongrie.

Les questions sociales et d’emploi seront des domaines clefs des politiques de l’UE, à la fois sur le court et le long terme, a déclaré M. Andor lors d’une récente audition devant le parlement hongrois.

La crise n’est pas encore terminée et combattre le taux record de chômage va représenter une partie importante de son futur poste, a admis M. Andor, ajoutant qu’il récoltait des informations, des prises de position et des propositions afin de mettre en avant son portefeuille au sein de la Commission européenne.

Comme la crise financière a été suivie d’une crise sociale, atténuer ses effets sera un défi d’envergure pour le futur détenteur du portefeuille de l’emploi et des affaires sociales.

M. Andor souhaite prendre ses fonctions le plus rapidement possible et place la gestion de la crise au sommet de l’agenda européen, a-t-il dit. Le commissaire désigné hongrois, qui faisait partie du conseil d’administration de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), n’est pas très connu, même en Hongrie, malgré ses forts liens avec le parti socialiste de son pays. Cette association, cependant, combinée avec son rôle de rédacteur en chef du magazine de gauche Eszmélet lui a valu le surnom de “banquier communiste ».

M. Andor ne semble pas être communiste, a écrit le quotidien Figyel? après son audition devant la commission des affaires européennes du parlement hongrois.

M. Andor, économiste de profession, a été cité comme affirmant que l’économie sociale de marché de l’UE devait réglementer son marché de manière sérieuse et rigoureuse, et plus important encore, les partenaires sociaux doivent être pris au sérieux et les accords passés avec eux respectés.

Lors de son audition, M. Andor n’est pas rentré dans les détails de son futur poste, mais il a souligné l’importance de développer un fonds social et a mis en avant le besoin crucial de trouver des solutions pour les règlementations du marché du travail, discutées depuis longtemps, et les questions de politique sociale.

Le fait que l’Espagne occupe la présidence de l’UE et qu’elle soit actuellement dirigée par le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero constitue un bon signe pour M. Andor, étant donné que le Hongrois est issu du parti socialiste de son pays (MSZP), ont déclaré des spécialistes à EURACTIV Hongrie.

Les principaux défis structurels que l’Europe devra affronter dans la décennie à venir donneront également du poids à ce portefeuille. Alors que le changement climatique est en train de déclencher un mouvement en faveur du verdissement de l’économie, et puisque la population des 27 pays de l’UE continue de vieillir, créer un système social et économique durable sera une tâche essentielle du futur commissaire.

L’eurodéputée socialiste française Pervenche Berès, présidente de la commission parlementaire sur l’emploi et les affaires sociales du Parlement européen, l’a également souligné lors d’un récent entretien.

C’est important pour moi qu’à côté de l’emploi, la question des ressources naturelles et de l’énergie soit également mise sur la table. La responsabilité sociale des entreprises est également un sujet qu’il faudra aborder. Nous devons discuter de la manière dont nous pouvons impliquer les travailleurs dans ce domaine, a-t-elle dit.

Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici.

Subscribe to our newsletters

Subscribe