Macron accepte l’invitation à un sommet en Slovénie

Le président français Emmanuel Macron a accueilli le président slovène Borut Pahor au Palais de l'Elysée avant la cérémonie de l'armistice de la Première Guerre mondiale en novembre 2018. [EPA-EFE/ETIENNE LAURENT]

Emmanuel Macron devrait se rendre au sommet du processus de Brdo-Brijuni ce printemps, si les conditions sanitaires le permettent. Ce sommet créé il y a près de dix ans a pour but de renforcer la confiance mutuelle entre les pays européens et d’accélérer le processus d’intégration des Balkans occidentaux dans l’Union européenne.

Dans une lettre adressée au président slovène Borut Pahor, le président français a accepté l’invitation au sommet du processus de Brdo-Brijuni. Cette initiative diplomatique, lancée en 2013 pour accélérer l’adhésion de la Slovénie et la Croatie dans l’UE, devrait être organisée par les présidents des deux pays et se tenir en Slovénie.

Bien que la date exacte du sommet n’ait pas encore été fixée, M. Pahor a déclaré qu’il prévoyait de convoquer un sommet dès que l’occasion se présenterait, probablement en mars ou avril. Pour autant, face à la crise du Covid-19 qui n’en finit pas, ce sommet a déjà dû être repoussé par deux fois.

Élargissement : Bruxelles dresse l’état des lieux et prévoit 9 milliards pour les Balkans

La Commission européenne a présenté son rapport sur l’élargissement et propose un plan de 9 milliards d’euros en faveur des Balkans occidentaux. Elle enjoint cependant la région à progresser en matière d’État de droit. Un article d’Euroefe.

Scepticisme français

L’annonce de la venue d’Emmanuel Macron au sommet du processus de Brdo-Brijuni  a été accueilli avec chaleur par les deux pays concernés. La France fait partie des États les plus récalcitrants à l’intégration de nouveaux pays dans l’Union européenne. Lors du sommet de Sofia en 2018, le président français Emmanuel Macron avait d’ores et déjà souligné qu’une « modernisation de la zone euro » était à ses yeux un « préalable à tout adhésion supplémentaire ». Longtemps, le président français a mis son veto à l’ouverture des négociations avec des pays comme la Macédoine du Nord ou l’Albanie, une décision finalement levée en mars 2020.

Le président français serait-il susceptible de changer d’avis sur le sujet ? Pas sûre, d’autant plus qu’un récent rapport publié par la Open Society Foundations a révélé que 59% des Français ne voient pas d’un bon œil l’intégration européenne des pays des Balkans, contre 3% qui la considèrent comme une « très bonne chose ».

En octobre dernier, la Commission européenne a présenté un rapport sur l’élargissement de l’Union européenne, avec à la clé un plan de 9 milliards d’euros pour les Balkans occidentaux.

La majorité des Français toujours opposée à l'intégration des Balkans dans l'UE

Une nouvelle étude révèle que 59 % des citoyens français ne voient pas d’un bon œil l’adhésion des Balkans occidentaux à l’UE. Surtout, elle révèle une méfiance croissante à l’égard de l’ensemble du bloc.

Subscribe to our newsletters

Subscribe