Marine Le Pen réclame un référendum sur la sortie de l’UE

ee5c14920f75c942231f8d39e1fb97e2.jpg

Récupérant la stratégie du Premier ministre britannique, la présidente du Front National exige un vote populaire sur le maintien ou non de la France dans l’UE, à moins d’une renégociation des traités.

A l’issue d’une réunion d’un Conseil national du Front National, samedi 2 mars, la présidente du Front national s’est déclarée favorable à la tenue d’un référendum sur l’appartenance de la France à l’Union européenne, en janvier 2014.

Stratégie à la Cameron 

« Nous sommes à un moment donné où les Français doivent pouvoir choisir et je réclame au président de la République qu’il leur permette de le faire », a lancé Marine Le Pen.

« Nous appellerons à voter pour la sortie sauf si le gouvernement obtient les quatre réformes minimales : retour aux monnaies nationales; la dissolution de l’Espace Schengen; autorisation du patriotisme économique; la primauté du droit national sur le droit européen », a-t-elle ajouté.

Ces quatre points constituent le cœur de l’intégration européenne. Demander une telle renégociation aux vingt-Sept n’a aucune chance d’aboutir.

Cette stratégie ressemble à s’y méprendre à celle du Premier ministre britannique, au détail près que Marine Le Pen n’est pas au pouvoir. Vainqueur des élections de 2012, le Parti socialiste n’a pour sa part jamais remis en cause l’appartenance de la France à l’UE.

Printemps des peuples 

Le 23 janvier, David Cameron s’est engagé à renégocier les relations du Royaume-Uni avec Bruxelles après les élections de 2015. Les nouvelles propositions seront soumises à l’approbation des Britanniques.

Si le FN n’obtient pas gain de cause, il promet de transformer les élections européennes du printemps 2014 en référendum. « Et nous gagnerons », affirme Marine Le Pen qui a comparé l’UE à l’URSS en ce « qu’elle n’est pas réformable ».

Elle s’est d’ailleurs félicitée des résultats des élections italiennes en particulier du score de Beppe Grillo du Mouvement 5 étoiles. Comme lui, Mme Le Pen se considère comme une candidate « anti-système »  

Elle affirme « entrevoir un printemps des peuples européens » qui « mènera vers la libération de tout ce qui nous asservit et de la force qui en est l’origine : l’UE ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer