Ouverture du Parlement de l’UE en plein marchandage pour les postes [FR]

Jerzy_Buzek.jpg

Un peu plus d’un mois après les élections, le Parlement européen s’apprête à redémarrer le  moteur législatif de l’UE, cette semaine. Les 736 nouveaux eurodéputés se réuniront du 14 au 16 juillet à Strasbourg pour la session constitutive qui vise à désigner le président et les vice-présidents de la nouvelle assemblée et à assigner les présidences des commissions clés.

L’eurodéputé libéral britannique Graham Watson et l’eurodéputé conservateur italien Mario Mauro se sont retirés de la course à la présidence du Parlement européen la semaine dernière, donnant à l’eurodéputé polonais de centre droit Jerzy Buzek toute latitude pour devenir le prochain chef de l’assemblée européenne.

La session ouvrira le 14 juillet avec le vote sur la présidence, qui se tiendra à bulletin secret.

Cependant, un accord technique conclu entre les deux plus importants groupes du Parlement, le Parti populaire européen de centre-droit et les Socialistes, a brisé tous les espoirs de l’eurodéputé suédoise d’extrême gauche Eva Britt-Svensson (GUE-GVN), la seule opposante restante à M. Buzek, de gagner cette bataille.

M. Buzek a également reçu le soutien des Libéraux (ADLE), des Verts et du nouveau groupe anti-fédéraliste piloté par les Tories britanniques, les Européens Conservateurs et Réformateurs (ECR).

Marchandages

Lors de la session de trios jours à Strasbourg, les groupes politiques continueront leurs marchandages sur les nominations dans les commissions les plus importantes du Parlement.

La distribution de la plupart des présidences de commissions est déjà clôturée, sur la base de négociations qui se sont tenues la semaine dernière et d’une clef de répartition qui donne aux groupes une représentation en rapport avec leur poids (la « méthode D’Hondt »).

Le groupe de centre droit PPE devrait conserver ses neuf présidences, les socialistes ses six et les Libéraux (ADLE) ses trois. Le groupe des Verts et l’ECR devrait en récupérer chacun une.

Mardi matin (16 juillet), une bonne partie des 20 commissions tiendront leurs rencontres inaugurales, élisant leurs présidents et leurs vice-présidents sur la base de propositions faites par le Conférence des Présidents de groupe, qui se rencontreront mercredi.

La nomination des présidences de commissions suit le système D’Hont – désigné ainsi en référence au mathématicien belge qui a inventé cette méthode – qui alloue les postes sur la base de la taille des groupes politiques (EURACTIV 09/07/09).

Cependant, l’allocation précise des sièges pourrait changer à la dernière minute, alors que les marchandages politiques continuent entre les principaux groupes politiques.

Ces derniers jours, un certain nombre de noms ont émergé. Bien que les groupes politiques n’ont confirmé aucun des noms qui circulent à Bruxelles pour les présidences de commissions, nous ne nous sommes pas précipités pour les démentir, puisqu’ils vont dans la bonne direction, a déclaré le porteparole du PPE Robert Fitzhenry vendredi dernier.

A moins de changements de dernière minute en raison des négociations à huis clos, des sources des groupes ont indiqué à EURACTIV que les présidences pourraient être réparties comme suit :
 

Commission

 

Président(e)
AFET

Affaires étrangères

Mario MAURO (Italie; PPE)
DROI Droits de l’homme Heidi HAUTALA (Finlande; Verts)
SEDE Sécurité et défense PPE
DEVE Développement Eva JOLY (France; Verts)
INTA Commerce international S&D (Portugal)
BUDG Budgets Alain LAMASSOURE (France; PPE)
CONT Contrôle budgétaire Luigi de MAGISTRIS (Italie; ADLE)
ECON Affaires économiques et monétaires Sharon BOWLES (Royaume-Uni; ADLE)
EMPL Emploi et affaires sociales Pervenche BERES (France; S&D)
ENVI Environnement, santé publique et sécurité alimentaire  Jo LEINEN (Allemagne; S&D)
ITRE Industrie, recherche et énergie Herbert REUL (Allemagne; PPE)
IMCO Marché intérieur et protection des consommateurs Malcolm HARBOUR (Royaume-Uni; ECR)
TRAN Transport et tourisme Brian SIMPSON (Royaume-Uni; S&D)
REGI Développement régional Danuta HÜBNER (Pologne; PPE)
AGRI Agriculture et développement rural Paolo DE CASTRO (Italie; S&D)
PECH Pêche ?
CULT Culture et éducation Doris PACK (Allemagne; PPE)
JURI Affaires juridiques Klaus-Heiner LEHNE (Allemagne; PPE)
LIBE Libertés civiles, justice et affaires intérieures Fernando LOPEZ AGUILAR (Espagne; S&D)
AFCO Affaires constitutionnelles S&D ou ADLE
FEMM Droits de la femme et égalité des genres GUE
PETI Pétitions ELD
Autres postes clefs    
Délégation UE-Chine Graham WATSON (Royaume-Uni; ADLE)
Délégation UE-ACP Louis MICHEL (Belge; ADLE)

Les autres questions au programme 

Mercredi, les nouveaux eurodéputés débattront aussi du travail de la présidence suédoise de l’UE avec le premier ministre Fredrik Reinfeldt, qui présentera son programme de Stockholm pour ses six mois à la tête de l’UE.

Le nouveau parlement devrait aussi décider cette semaine de la date à laquelle se tiendra le vote sur la reconduction du président de la Commission José Manuel Barroso pour une nouvelle période de cinq ans à la barre de l’UE, après que les dirigeants aient formalisé sa désignation la semaine dernière. Mais les principaux groupes politiques de l’assemblée européenne ont déjà décidé de repousser le vote officiel sur sa nomination après le congé estival. 

M. Barroso devra présenter son programme et le rendre public avant qu’un vote ne puisse se dérouler, comme les sociaux démocrates, les libéraux et les Verts l’ont pressé de le faire.

Auditions des commissaires

La semaine dernière, les chefs de groupe ont aussi convenu d’organiser les auditions en septembre, pour tous les nouveaux commissaires qui ont récemment remplacé ceux qui sont partis pour assumer de nouveaux mandats, comme Danuta Hübner et Louis Michel, qui sont devenus eurodéputés, et Dalia Grybauskaité, qui a été élue présidente de la Lituanie (EURACTIV 30/06/09).

Les auditions seront une procédure allégée, a affirmé un officiel du Parlement vendredi, faisant observer que les commissaires subiront une série de questions/réponses avec les eurodéputés plus courte que d’habitude

Du 4 au 7 juin, 375 millions de citoyens européens ont été appelés à voter pour les 736 élus qui les représenteront au Parlement européen jusqu’en 2014.

Les élections européennes, organisées simultanément du 4 au 7 juin dans les 27 pays pour la première fois dans l’histoire, s’est terminée avec la victoire sans conteste du PPE-DE (centre droit) et la défaite du Parti des socialistes européens (PSE).

Le nouveau groupe PPE de centre droit est crédité de 265 membres au Parlement européen, contre 184 pour les socialistes, qui se sont renommés le groupe des socialistes et démocrates (S&D).

Dans le Parlement sortant de 785 membres, le PPE avait 284 eurodéputés contre 215 pour les socialistes.

Le groupe libéral ADLE a gagné 84 sièges, tandis que les Verts et le nouveau groupe conservateur (ECR) ont 55 sièges chacun. Les deux autres groupes, l’Europe de la liberté et de la démocratie (ELD) (centre droit) et Gauche unitaire européenne - Gauche verte nordique (GUE/NGL) (extrême gauche), ont respectivement 30 et 35 sièges dans la nouvelle assemblée de l’UE (EURACTIV 01/07/09).

  • 14 juillet 2009 : Election du président du nouveau Parlement.
  • 15 juillet 2009 : Débat avec le premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt sur la présidence européenne de son pays.
  • 16 juillet 2009 : Nomination des présidents de commissions parlementaires ; réunions constitutives des commissions.
     

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.