Réactions outrées en France au fait que la CDU renie Strasbourg

La ville de Strasbourg est le siège officiel du Parlement européen, mais n'accueille les sessions parlementaires qu'une semaine par mois.

La présidente de la CDU estime que la présence du Parlement européen à Strasbourg est un « archaïsme ». La France n’est pas de cet avis.

C’est une première dans le débat du siège du Parlement européen : l’Allemagne a officiellement signifié son ras-le-bol des aller-retour mensuels des eurodéputés à Strasbourg.

La nouvelle cheffe de la droite allemande, Annegrett Kramp-Karrenbauer, ou AKK au-delà du Rhin, a mis les pieds dans le plat pour sa première prise de position sur l’Europe intitulée « Faisons l’Europe comme il faut ».

La « guerre des sièges » du Parlement européen reprend

Une partie de l’hémicycle espère remplacer le siège de Strasbourg par l’Agence européenne du médicament, qui doit quitter Londres dans la foulée du Brexit. Les Français s’apprêtent à croiser le fer.

Troquer le Parlement européen contre l’Agence européenne du Médicament à Strasbourg : l’idée …

« Nous devons prendre des décisions trop longtemps différées et abolir les anachronismes. Cela vaut notamment pour le regroupement du Parlement européen en son siège à Bruxelles » a indiqué l’élue du parti CDU-CSU.

Remis sur la table régulièrement, et ce depuis des années, la question des aller-retour entre Strasbourg et Bruxelles irrite de plus en plus les Européens, les Français étant les seuls à s’en satisfaire. Notamment pour des raisons pratiques : la desserte de Strasbourg depuis Paris est désormais quasiment aussi rapide que celle de Bruxelles en train.

La Parti populaire européen  veut que le Parlement décide de l’endroit où il siège

Mais le statu quo est en train de prendre l’eau. En plus de l’Allemagne, les grands partis commencent à briser le tabou du siège de Strasbourg.

« Nous nous posons la question tous les ans lors du vote du budget » assure une source du Parti populaire européen, qui estime que « le Parlement européen, comme n’importe quel Parlement, devrait décider pour lui-même de l’endroit où il siège ». En cas de vote, la recentralisation du siège serait rapidement adoptée, pour des raisons budgétaires et de rationalité.

Premier signe d'un franc soutien de la justice au siège de Strasbourg

Dans son combat pour sauvegarder le siège du Parlement européen à Strasbourg, la France a reçu le 6 juin le soutien de l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne.

« Mais ce sera seulement en cas de changement de traité » reconnait la source.

Une hypothèse plutôt improbable, mais qui manifeste un changement de ton.

Strasbourg, capitale de la démocratie européenne selon Nathalie Loiseau

Même Pervenche Berès, qui en a vu d’autres en 25 ans de Parlement européen, se dit étonnée de cette attaque allemande, qui souhaite en plus de la suppression du siège à Strasbourg, partager le siège de la France au conseil de sécurité de l’ONU.

« L’attitude de l’Allemagne, c’est : ce qui est à la France, on en discute, et ce qui est à moi est à moi !» s’indique l’élue.

Interrogée sur le sujet à l’Assemblée nationale, la ministre des affaires européennes, Nathalie Loiseau, a souligné que la «CDU voudrait que nous cédions le Parlement européen à Strasbourg. Mais Strasbourg est la capitale de la démocratie européenne, c’est notre fierté» a indiqué la ministre.

Nadine Morano, eurodéputé LR qui se représente aux élections européennes, est quant à elle scandalisée. Strasbourg c’est le symbole de la réconciliation franco-allemande ! Ce qu’il n’aurait jamais fallu accepter c’est un autre siège à Bruxelles».

« Le sujet s’inscrit surtout le cadre de la campagne électorale, la droite allemande envoie des signaux à son électorat » tempère une source française face à ces attaques. De fait, le SPD a immédiatement montré de nombreuses affinités avec les dernières propositions européennes de Macron, alors que la CDU marquait ses distances.

L'éternel débat du siège unique du Parlement européen en images

Quatre jours par mois, le Parlement européen au grand complet déménage de Bruxelles à Strasbourg. Dans son documentaire, Le grand déménagement, Olivier Lamour se penche sur le sempiternel débat européen : faut-il passer à un siège unique à Bruxelles ?

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.