Le Parlement met son veto aux candidatures des commissaires hongrois et roumain

Rovana Plumb [Szilard Koszticsak/EPA/EFE]

La commission des affaires juridiques du Parlement européen a rejeté les candidatures des commissaires hongrois et roumain, évoquant un conflit d’intérêt. Pressées par le temps, Budapest et Bucarest doivent maintenant proposer de nouveaux noms.

Le rejet d’un candidat par le Parlement européen est un fait sans précédent. Cette fois ce sont deux commissaires candidats qui n’ont pas passé les fourches caudines du Parlement européen.

La socialiste roumaine Rovana Plumb et le conservateur hongrois László Trócsányi (PPE) ont été les seuls commissaires désignés sollicités par les eurodéputés pour se soumettre au feu de leurs questions. En cause, des discordances et des conflits d’intérêt potentiels dans leurs déclarations de situation patrimoniale.

La tête de Rovana Plumb est tombée la première jeudi 26 septembre, lorsque la commission des Affaires juridiques lui a refusé son aval au cours d’un vote secret. László Trócsányi a subi le même sort à peine une heure plus tard.

« Il y a un conflit d’intérêt manifeste, ils ne peuvent être chargés des portefeuilles qui leur ont été attribués », a déclaré Manon Aubry, coprésidente du groupe confédéral de la gauche unitaire européenne / gauche verte nordique (GUE/NGL) et membre de la commission des affaires juridiques, à la fin de la réunion.

D’après Manon Aubry, la commission a envisagé de procéder à un changement des portefeuilles assignés à László Trócsányi, qui s’est vu confier l’élargissement, et à Rovana Plumb, qui a hérité des transports. Cette solution a cependant été écartée car elle n’aurait pas permis de résoudre le conflit d’intérêt.

La candidate roumaine a été rejetée par 10 voix, contre six en sa faveur et deux abstentions, apparemment en raison des discordances entre sa déclaration de patrimoine roumaine et celle effectuée auprès de l’UE.

Selon la presse roumaine, la différence entre les deux se chiffre à un million d’euros. Rovana Plumb aurait emprunté 800 000 euros à une personne physique pour financer sa campagne pour les élections européennes.

László Trócsányi a pour sa part été ministre de la Justice dans le gouvernement de Viktor Orban depuis 2014 et jusqu’à son élection au Parlement européen en mai dernier. Il a joué un rôle fondamental dans l’adoption de lois perçues à Bruxelles comme des atteintes à l’État de droit en Hongrie et a déclenché les conflits entre Budapest et les institutions européennes.

Comment Von der Leyen tente d'apaiser les tensions avec la Hongrie

L’ancien ministre hongrois de la Justice, László Trócsányi, a été choisi par Ursula von der Leyen pour prendre en charge la politique d’élargissement et de voisinage. Une nomination controversée, explique Euractiv Allemagne.

D’après une source européenne, les eurodéputés étaient décidés à demander à László Trócsányi des détails sur le cabinet d’avocat qu’il a fondé avant de devenir ministre de la Justice dans le gouvernement de Viktor Orban.

Lançant une pique à ses adversaires politiques du centre-gauche, le parlementaire roumain Siegfried Mureșan, vice-président du groupe du Parti populaire européen (PPE, centre-droit), a fait valoir que la Roumanie aurait pu s’épargner cette honte si la Première ministre social-démocrate Viorica Dăncilă avait envoyé à Bruxelles une candidate compétente, crédible et honnête.

La Roumanie, tout comme la Hongrie, a maintenant très peu de temps pour soumettre le nom d’un nouveau candidat car les auditions des commissaires commenceront le 30 septembre.

Rovana Plumb, à qui la présidente élue de la Commission européenne Ursula von der Leyen a confié le portefeuille des transports, devait être entendue le 2 octobre. László Trócsányi, qui était désigné pour s’occuper de l’élargissement, devait pour sa part se soumettre aux questions des députés le 1er octobre.

Du côté roumain, les noms qui avaient circulé précédemment, apparaissant comme une option beaucoup plus sûre, sont ceux de l’ancienne eurodéputée Ramona Mănescu, devenue ministre des Affaires étrangères du pays le 24 juillet dernier, et de Luminiţa Odobescu, représentante permanente de la Roumanie auprès de l’UE. Pour l’heure, aucun remplaçant potentiel n’a été évoqué côté hongrois.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, va faire part de la situation à Ursula von der Leyen et lui demander quelles mesures elle compte prendre, notamment concernant une requête aux gouvernements hongrois et roumain de proposer de nouveaux candidats.

« Tout est possible », a déclaré Sergey Lagodinsky, le vice-président de la commission des affaires juridiques.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.