Ludovic Orban devient le Premier ministre par intérim de la Roumanie 

[Robert Ghement/EPA/EFE]

Le président roumain, Klaus Iohannis a désigné le libéral Ludovic Orban, chef de l’opposition, pour le poste de Premier ministre par intérim.

Le vote de défiance du parlement roumain a provoqué la chute du gouvernement social-démocrate de Viorica Dancila. C’est désormais à Ludovic Orban que revient le poste de Premier ministre par intérim.

Le Parlement renverse le gouvernement roumain

Le Parlement roumain a renversé le gouvernement social-démocrate de la Première ministre, Viorica Dancila, avec 238 votes en faveur de la motion de défiance.

Les législateurs approuveront vraisemblablement le nouveau cabinet ministériel de Ludovic Orban, mais ce dernier doit encore le constituer et en établir le programme dans les dix prochains jours. En raison du morcellement de l’opposition, l’ancien ministre des Transports, âgé de 56 ans, aura cependant des difficultés à trouver des majorités lorsqu’il voudra prendre des initiatives dans le domaine juridique.

Éviter l’imbroglio

Ludovic Orban est le frère de Leonard Orban, le premier commissaire européen roumain qui avait étéchargé du Multilinguisme. Ils sont issus d’une minorité hongroise, d’où leur nom de famille, à ne pas confondre avec celui du Premier ministre hongrois, Victor Orbán.

Le Parlement européen ayant refusé la candidature de Rovana Plumb, Bucarest doit aussi trouver un candidat commissaire. Selon des sources proches du dossier, la présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, souhaite qu’on lui soumette plusieurs noms.

Le Parlement met son veto aux candidatures des commissaires hongrois et roumain

La commission des affaires juridiques du Parlement européen a rejeté les candidatures des commissaires hongrois et roumain, évoquant un conflit d’intérêt. Pressées par le temps, Budapest et Bucarest doivent maintenant proposer de nouveaux noms.

Aux yeux des analystes, M. Orban pourrait bénéficier d’assez de soutien pour corriger partiellement une réforme du pouvoir judiciaire perçue, par l’UE et les États-Unis, comme une menace pour l’état de droit.

Ils ont cependant ajouté que l’euphorie des débuts pourrait rapidement s’estomper si l’économie venait à stagner.

« Les autres partis tenteront d’exercer un chantage permanent, vote après vote, mesure après mesure », a affirmé Sergiu Miscoiu, un professeur de sciences politiques à la Babes-Bolyai Unversity.

Ludovic Orban a annoncé que les objectifs de son gouvernement étaient, entre autres, de réduire les structures gouvernementales, d’investir dans des projets d’infrastructures indispensables et de corriger les mesures économiques qui ont frappé le monde des affaires.

Il a aussi avancé qu’il œuvrerait pour garantir une « vraie indépendance du système judiciaire ».

L’UE est les États-Unis ont, par ailleurs, exprimé de vives critiques à l’encontre du précédent gouvernement pour avoir édulcoré une loi anticorruption.

En raison de sa politique budgétaire et salariale expansionniste, la Roumanie a augmenté son budget et creusé ses déficits courants alors que les impôts montent en flèche et que les plafonds des prix de l’énergie autorisés sans débat public et évaluation des impacts ont découragé les investisseurs.

La monnaie locale, le leu  a reculé de 2,1 % depuis le début de l’année — ce qui en fait la deuxième devise la moins performante d’Europe centrale et orientale — en raison de l’aggravation des déficits et du retard pris dans mise en œuvre des programmes politiques.

Le cycle électoral de longue durée pèse aussi sur les actifs financiers : la Roumanie tiendra des élections présidentielles en novembre, et des élections locales et législatives mi et fin 2020.

Viorica Dancila, qui demeure la Première ministre par intérim jusqu’à ce que le nouveau cabinet ministériel reçoive l’aval du parlement, est la troisième représentante du parti social-démocrate (PSD) à devenir Première ministre en l’espace de 3 ans.

« Le PSD a freiné le développement de notre pays et nous a empêchés d’aller de l’avant », a déclaré M. Iohannis.

« J’espère que tous les partis au parlement comprennent que nous traversons actuellement une crise politique et qu’il est nécessaire que ce nouveau gouvernement entre en fonction dès que possible ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER