Le navire européen devra faire preuve d’imagination pour débloquer les négociations budgétaires

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a demandé aux leaders du bloc d’étoffer leurs contributions financières au cade financier pluriannuel, et ce, en les exhortant à faire preuve d’« imagination » pour débloquer les négociations.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a demandé aux leaders du bloc d’étoffer leurs contributions financières au cade financier pluriannuel, et ce, en les exhortant à faire preuve d’« imagination » pour débloquer les négociations.

« Nous allons devoir faire preuve de créativité », a indiqué David Sassoli, président du Parlement européen, à la suite d’une réunion avec les leaders du bloc peu de temps avant le début du sommet organisé à Bruxelles ces 15 et 16 octobre.

D’après le Parlement, 39 milliards d’euros sont nécessaires pour renforcer les 15 priorités du cadre financier pluriannuel (CPF), le budget à long terme de l’UE (2021-2027) actuellement prévu à 1 074 milliards d’euros.

Les États membres devront rassembler 22 milliards d’euros au total tandis que les 17 milliards restant proviendront du surplus d’autres projets européens.

Toutefois, les dirigeants européens ont rejeté la demande de l’institution, arguant que les caisses du bloc ajouteront 750 milliards d’euros dans le cadre du plan de relance pour l’Europe afin de lutter contre la pandémie de Covid-19, une somme historique approuvée lors d’un sommet européen marathon de cinq jours en juillet.

« Il ne s’agit pas ici de remettre en doute l’accord conclu en juillet, mais plutôt de progresser vers une approbation définitive au paquet [composé du budget de l’UE et du plan de relance] », a répondu M. Sassoli aux représentants européens.

Le président du Parlement européen soutient qu’« en faisant preuve d’imagination et en utilisant les bons instruments », il sera possible de trouver une solution afin de résorber les différences exprimées sur le sujet.

Certains, notamment le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, ont indiqué qu’il « était inenvisageable » de revenir sur l’accord de juillet, a révélé une source diplomatique européenne.

Comment se présente le plan de relance pour l'Europe à travers le bloc ?

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

À l’époque, Madrid défendait un budget européen ambitieux. Néanmoins, étant l’un des pays les plus touchés par le nouveau coronavirus, l’Espagne craint désormais que l’ouverture de discussions sur de nouveaux plafonds de dépenses ne retarde davantage l’approbation du plan de relance pour l’Europe.

Les fonds additionnels destinés au CPF ne sont pas le seul sujet sensible des négociations. En effet, le Parlement et le Conseil ne parviennent pas à accorder leurs violons sur le principe de conditionnalité entre l’obtention de fonds européens et l’état de droit.

Malgré l’enlisement des négociations, M. Sassoli a maintenu que « nous [n’étions] pas en retard ».

De fait, la présidence allemande du Conseil de l’UE entend conclure les négociations d’ici à la fin novembre ou au début novembre. Ainsi, la Facilité pour la reprise et la résilience –  à hauteur de 672 milliards d’euros -, la véritable pièce maîtresse du plan de relance, pourrait être mise en place à partir du 1er janvier 2021, comme prévu.

Par la sorte, les aides financières européennes pourraient être versées à la fin du printemps 2021, dès que les capitales du bloc auront approuvé l’emprunt colossal nécessaire pour financer le plan de relance.

Peu de temps avant le sommet ce 15 octobre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a rappelé que « le temps [pressait] ».

« Nous devons encore amorcer les procédures de ratification à travers les États membres. Seulement après, la Commission pourra-t-elle emprunter les fonds nécessaires sur les marchés financiers, et l’économie du bloc a désespérément cet investissement », a-t-elle ajouté.

Néanmoins, le sommet s’est arrêté quelque peu brusquement pour la cheffe de l’exécutif européen, contrainte de quitter Bruxelles après le test positif au Covid-19 d’un membre du personnel.

Le Parlement européen souhaite revoir le budget de l’UE à la hausse

Le Parlement européen appelle à renforcer le cadre financier pluriannuel (CFP) de 110 milliards d’euros et exige des engagements juridiquement contraignants sur l’application de nouveaux prélèvements fiscaux afin de financer le plan de relance de l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER