Sebastian Kurz soutient la candidature du conservateur Armin Laschet à la chancellerie allemande

« Seul un gouvernement incluant la CDU est capable d'empêcher un gouvernement de gauche en Allemagne », a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz sur Twitter après l'événement. [CLEMENS BILAN/EPA]

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a déclaré lors du congrès du Parti populaire européen (PPE) à Berlin jeudi (9 septembre) qu’il soutenait pleinement la candidature d’Armin Laschet en tant que futur chancelier allemand et en tant que « force du centre politique ».

M. Kurz a également mis en garde contre les alternatives potentielles à un gouvernement CDU, qui s’avéreraient dévastatrices pour l’Allemagne et l’Europe dans son ensemble.

« Seul un gouvernement incluant la CDU est capable d’empêcher un gouvernement de gauche en Allemagne », a déclaré M. Kurz sur Twitter après l’événement. Selon lui, un tel gouvernement de gauche signifierait une migration illimitée vers l’Europe centrale et une dilution des règles européennes en matière de fiscalité et de dette.

Le chancelier autrichien a également déclaré qu’une coalition de gauche serait un « énorme problème » non seulement pour l’Allemagne, mais aussi pour l’ensemble de l’économie européenne, et qu’il est « profondément inquiet » qu’une telle coalition puisse être une option après les élections.

Le parti conservateur CDU/CSU a connu un déclin constant au cours des derniers mois. Alors que le parti affichait 36 % en février, il n’est plus qu’à 21 %.

« Il ne faut pas trop regarder les sondages », car ce sont les électeurs, et non les instituts de sondage, qui décideront du résultat de l’élection, a déclaré M. Kurz dans une interview au journal Die Welt.

L'arrivée des Verts allemands au gouvernement serait bien accueillie à Paris et Bruxelles, selon un chercheur

Mouvement radical devenu parti sérieux, les Verts allemands sont aujourd’hui aux portes d’une coalition gouvernementale. Sébastian Maillard, directeur de l’Institut Jacques Delors, explique comment leur arrivée au pouvoir serait accueillie à Paris et Bruxelles.

Subscribe to our newsletters

Subscribe