Pour Ljubljana, les frontières au sein de l’UE doivent unir les nations et non les diviser

Selon le ministre slovène de l’Administration publique Boštjan Koritnik, les frontières au sein du navire européen doivent unir les nations, et non les diviser. [EPA-EFE/MARTIAL TREZZINI]

Selon le ministre slovène de l’Administration publique Boštjan Koritnik, les frontières au sein du navire européen doivent unir les nations, et non les diviser.

« La collaboration transfrontalière dans le cadre de la coopération territoriale européenne est l’un des éléments de la politique de cohésion qui soutient le développement équilibré de l’ensemble de l’UE », a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée jeudi (8 juillet).

À cette occasion, les experts slovènes et étrangers ont réfléchi aux meilleures pratiques à adopter afin de créer des villes et des villages « intelligents ». De même, ils se sont entretenus sur les élans des municipalités en matière de coopération transfrontalière et leur adhésion à des associations européennes œuvrant pour la coopération territoriale, d’après le ministère.

« Les autorités locales sont souvent négligées. Pourtant, elles sont indispensables dans la mesure où elles fournissent des services de qualité à la population. C’est la raison pour laquelle la présidence slovène de l’UE a décidé d’organiser cette conférence spéciale, pour honorer leurs efforts. »

Les participants ont appuyé à l’unisson que l’utilisation de technologies avancées pourrait permettre de pallier les défis sur le plan social, politique, économique. Néanmoins, tel ne sera le cas que si les collectivités se tournent vers des solutions numériques.

De ce fait, la transition numérique a été initiée dans les milieux urbains et ruraux. Cependant, pour que ces démarches soient couronnées de succès, les parties prenantes – notamment la population – doivent être incluses dès les premières ébauches de solutions.

Dans ce contexte, le ministère a publié un appel à manifestation d’intérêt cette année pour des projets innovants de villes et collectivités « intelligentes ». Les propositions reçues sont au nombre de 14 et elles avoisinent 14 millions d’euros. Environ 159 municipalités ont été incluses dans les dossiers, a indiqué le ministère.

Dans la foulée, la Slovénie a également signé une déclaration pour mettre en avant la transformation numérique durable des villes et villages de l’UE, et ce, afin de façonner une Europe inclusive et numérique.

Cette conférence marque le premier évènement du ministère slovène de l’Administration publique organisé dans le cadre de la présidence slovène du Conseil de l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe