Un allègement de la dette à l’échelle européenne pour les plus touchés par le SARS-CoV-2 ?

Il est nécessaire de prendre une décision à l’échelle de l’UE sur une « remise de dette » partielle pour chaque pays afin de venir en aide aux PME les plus touchées par la pandémie, a déclaré le chef d’entreprise grec Konstantinos Michalos à EURACTIV.

« Nous vivons une situation extrêmement difficile. Et bien sûr, les dommages causés par la première et la deuxième vague seront très lourds à porter pour les PME », a déclaré M. Michalos.

« Le terrain est actuellement propice à une remise en question au niveau de chaque gouvernement, afin que nous puissions soumettre cette question à un sommet des dirigeants européens », a-t-il fait savoir, ajoutant qu’il sera impossible pour les PME seront confrontées à de réelles difficultés concernant les frais de fonctionnement – lorsqu’elles reviendront à la normale – ainsi que les coûts accumulés pendant la pandémie.

L'UE appelle les 27 à vacciner 70 % des adultes d'ici fin août

Bruxelles a appelé mardi (19 janvier) les pays de l’UE à « accélérer » les vaccinations pour protéger 70% des adultes d’ici fin août contre le coronavirus, et 80% des professionnels de la santé et des plus de 80 ans d’ici mars.

Pour la Grèce en particulier, des études suggèrent que sans mesure de soutien supplémentaire, 80 000 à 100 000 entreprises risqueraient de fermer définitivement.

M. Michalos, président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Athènes et vice-président de l’Association des chambres de commerce et d’industrie européennes (Eurochambres), a lancé une initiative de « remise de dette » avec ses homologues européens et aucune objection n’a été signalée jusqu’à présent.

Selon lui, les grandes économies comme l’Italie et l’Espagne, qui ont été durement touchées par la Covid-19, doivent agir dans ce sens.

« Même l’Allemagne est consciente des dangers qui pèsent sur ses petites entreprises. Et les réactions que je reçois de mes collègues en Allemagne sont positives », a-t-il poursuivi.

« Je suis d’un optimisme prudent et je pense que nous parviendrons à mettre cette question majeure à l’ordre du jour d’un sommet ».

En mars 2020, l’ancien président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a écrit dans le Financial Times que la pandémie avait créé une situation conflictuelle et que certaines dettes privées devraient être annulées afin que l’économie puisse continuer à fonctionner.

M. Michalos a également évoqué la question du certificat de vaccination, une proposition déposée par le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et qui sera discutée lors d’une visioconférence entre les dirigeants européens jeudi (21 janvier).

« Je dois souligner que la proposition du Premier ministre grec est très solide. C’est une mesure correcte qui nous protège essentiellement contre les futures menaces sanitaires », a-t-il soutenu.

À ses yeux, une fois qu’une solution aura été trouvée concernant la protection des données personnelles, un tel certificat serait crucial pour protéger à la fois les visiteurs et les habitants de chaque pays.

« Surtout pour la Grèce, qui, dans un avenir proche, aura toujours le tourisme et l’hôtellerie comme majeure partie de son PIB », a-t-il conclu.

Ursula von der Leyen salue l'initiative grecque sur l'élaboration d'un certificat de vaccination paneuropéen

Ursula von der Leyen, a approuvé jeudi 14 janvier l’initiative du gouvernement grec permettant aux personnes vaccinées de voyager librement et a appelé à un certificat de vaccination mutuellement reconnu dans les pays de l’Union européenne.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer