Ursula von der Leyen annonce 50 milliards d’euros pour renforcer l’Union européenne de la santé

Ursula von der Leyen lors de la session plénière du Parlement européen - Débat sur l'état de l'Union européenne [Frederic MARVAUX/EP]

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé un investissement de 50 milliards d’euros pour renforcer l’Union européenne de la santé dans son discours annuel sur l’état de l’Union.

S’exprimant devant le Parlement européen mercredi 15 septembre, Mme von der Leyen a proposé « une nouvelle mission de préparation et de résilience en matière de santé pour l’ensemble de l’Union européenne », qui sera soutenue par un investissement de 50 milliards d’euros d’ici 2027 dans « l’équipe Europe ».

Cette mesure est destinée à garantir qu’« aucun virus ne transformera plus jamais une épidémie locale en pandémie mondiale ».

« Il n’y a pas de meilleur retour sur investissement que celui-là », a déclaré Mme von der Leyen.

La présidente a déclaré qu’un « financement massif » est nécessaire pour associer l’innovation, la capacité scientifique, les connaissances du secteur privé et les autorités nationales compétentes.

La nouvelle Autorité de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (HERA) a également été au centre de son discours.

L’HERA est appelée à devenir un acteur clé dans le renforcement de la capacité de l’Europe à prévenir, détecter et répondre rapidement aux urgences sanitaires transfrontalières.

« Ce sera un atout considérable pour faire face plus tôt et de manière plus efficace aux futures menaces sanitaires ».

La proposition d’incubateur devrait être dévoilée jeudi et sera pleinement opérationnelle au début de 2022.

Mais cette ambition n’a pas impressionné certains eurodéputés, qui ont souligné que le Parlement européen sera coupé des négociations sur la création de la nouvelle agence.

LEAK : le nouvel organe de l’UE chargé de prévenir la prochaine pandémie

EURACTIV a eu accès à certains documents ayant fuité qui révèlent la structure de la nouvelle autorité proposée par la Commission européenne pour lutter contre les futures crises sanitaires en développant des « contre-mesures médicales. »

250 millions de doses de vaccin supplémentaires aux pays pauvres

Louant les efforts de l’UE pour faire face à la pandémie, la présidente von der Leyen a souligné le succès des certificats numériques COVID.

« Je me tenais ici, devant vous, il y a 12 mois, et je ne savais pas quand ni même si nous pourrions disposer d’un vaccin sûr et efficace contre le COVID-19. Mais aujourd’hui, malgré toutes les critiques, l’Europe est parmi les leaders mondiaux », a-t-elle déclaré.

En ce qui concerne la stratégie de vaccination, Mme von der Leyen a insisté sur le fait que l’UE « l’a fait de la bonne manière, parce que nous l’avons fait à la manière européenne, et je pense que cela a fonctionné ».

Mais tous les eurodéputés ne partagent pas le même sentiment.

Pour la députée libérale allemande Nicola Beer, « la pandémie a montré que l’Europe ne sombrait pas, mais l’Europe n’a rien fait qui change le monde ou qui soit révolutionnaire. »

Dans le même temps, pour l’eurodéputé vert Bas Eickhout, Mme von der Leyen a été trop triomphaliste concernant les vaccinations contre le coronavirus.

« La vaccination mondiale, et pas seulement COVAX, est notre prochain objectif », a-t-il déclaré.

Actuellement, plus de 70 % de la population adulte de l’UE est entièrement vaccinée et plus de 700 millions de doses de vaccin ont été administrées dans l’Union.

Une quantité similaire a été livrée au reste du monde.

Mais si la majorité des Européens ont reçu leur vaccin complet, dans les pays à faible revenu, ce chiffre n’atteint que 1 %.

Consciente de cet état de fait, le président de la Commission a souligné que « l’ampleur de l’injustice et le niveau d’urgence sont évidents ».

« C’est l’une des grandes questions géopolitiques de notre époque », a-t-elle déclaré.

Ainsi, en plus des 250 millions de doses de vaccin que l’UE s’est engagée à partager, la présidente a annoncé que 200 millions de doses supplémentaires seront données d’ici le milieu de l’année prochaine.

Pour accélérer les taux de vaccination en dehors de l’Union, Team Europe investira également un milliard d’euros pour augmenter la capacité de production de vaccins à ARN messager en Afrique.

Pour l’instant, l’UE dispose de 1,8 milliard de doses supplémentaires de vaccin Covid-19 sécurisées.

Mais si Mme von der Leyen a déclaré que l’UE devait être confiante, elle a mis en garde contre toute complaisance, exhortant le bloc à poursuivre ses campagnes de vaccination.

« Cela est suffisant pour nous et nos voisins immédiats lorsque des rappels seront nécessaires. Faisons donc tout notre possible pour que cela ne se transforme pas en une pandémie de personnes non vaccinées », a-t-elle conclu.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe