Vladimir Poutine en visite de voisinage à Budapest

1-14-800x450

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BUDAPEST. Vladimir Poutine est de retour à Budapest pour s’entretenir avec Viktor Orbán,  accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Sergey Lavrov. Les chefs d’État russe et hongrois se sont déjà rencontrés à plusieurs reprises.

M. Orbán et M. Poutine devraient discuter de l’expansion de la centrale électrique de Paks II, construite par la société publique russe Rosatom, ainsi que de ce qu’ils considèrent comme la persécution des communautés chrétiennes du monde entier, et de la construction éventuelle d’un nouveau tronçon du gazoduc TurkStream en Hongrie.

S’il est construit, le nouveau gazoduc permettra à la Russie de contourner l’Ukraine lorsqu’elle exporte du gaz vers l’Europe du Sud-Est, car les négociations sur un contrat de transit à long terme avec Kiev sont actuellement dans une impasse. La visite comprendra également la signature d’un accord de règlement sur le pétrole contaminé.

Selon une source proche du dossier, l’un des objectifs est aussi de s’entendre sur le gazoduc TurkStream. « M. Poutine doit être d’accord avec tous les pays concernés pour qu’il n’y ait pas de problèmes avec le gazoduc ».

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a déclaré à que TurkStream devrait être construit dès que possible en Bulgarie, car cela ouvrirait une voie de livraison supplémentaire vers la Hongrie, qui continue à dépendre des livraisons de gaz russe.

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a indiqué que les liens économiques entre la Hongrie et la Russie « sont transparents et conformes aux intérêts de l’économie hongroise et des entreprises nationales ». (Vlagyiszlav Makszimov | Euractiv.com, Željko Trkanjec | Euractiv Croatie)

BERLIN

Un rival de longue date. Friedrich Merz, l’ancien adversaire politique d’Angela Merkel fait de nouveau parler de lui à la suite des élections en Thuringe. Dans une interview accordée à la chaîne nationale allemande ZDF, il a déclaré que la performance du gouvernement fédéral était « grotesquement mauvaise ». Selon lui, « l’apathie et le manque de leadership » de la chancelière ont semé le trouble sur tout le pays, ajoutant qu’il ne pouvait imaginer que ce gouvernement dure encore deux ans.

Un nez cassé. Le ministre de l’Économie Peter Altmaier a des préoccupations complètement différentes. Après son discours au sommet numérique de Dortmund, l’homme politique de la CDU est tombé de la scène devant un public horrifié. Le ministre s’est évanoui brièvement et a été transporté à l’hôpital, où il est soigné pour des contusions et un nez cassé. (Florence Schulz | Euractiv Allemagne)

MADRID

Une étrange étude sociologique. L’Institut national de statistique (Instituto Nacional de Estadística, INE) prévoit de suivre les faits et gestes de millions de citoyens espagnols et de leur téléphone portable pour mener une « étude sociologique ».

L’INE analysera les mouvements des citoyens lorsqu’ils utilisent les données des trois grandes entreprises de télécommunications espagnoles. L’institut a toutefois déclaré qu’avant que le traitement n’ait lieu, les données seraient rendues anonymes. La télévision publique espagnole RTVE a annoncé qu’il s’agissait d’une étude « pionnière » en Europe qui suscitait cependant des inquiétudes parmi les groupes de la société civile espagnole : qu’en est-il du respect du règlement général sur la protection des données (RGDP) ? (Euroefe)

PARIS

Laissez les enfants tranquilles. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), autorité indépendante chargée de veiller au respect des lois sur la protection des données, ne souhaite pas que le système éducatif national mette en place un système de reconnaissance faciale. Alors que deux établissements de Provence-Alpes-Côte d’Azur envisageaient d’expérimenter un tel système, l’autorité a indiqué que « ce dispositif (de reconnaissance faciale) concernant des élèves, pour la plupart mineurs, dans le seul but de fluidifier et de sécuriser les accès n’apparaît ni nécessaire, ni proportionné pour atteindre ces finalités ».

« En présence de moyens alternatifs moins intrusifs, tel qu’un contrôle par badge, le recours à un dispositif de reconnaissance faciale pour contrôler les accès à un lycée apparaît disproportionné », ajoute l’institution, concluant qu’un tel dispositif « ne saurait donc être légalement mis en œuvre ». (Euractiv France)

LONDRES

Élections générales prévues pour décembre : Les citoyens britanniques se rendront aux urnes le 12 décembre pour les élections législatives, le parti travailliste ayant finalement décidé de soutenir la volonté du Premier ministre Boris Johnson de tenir un scrutin national. Ce sera la première élection générale en décembre depuis 1923.

Le dirigeant syndical, Jeremy Corbyn, s’était opposé à l’idée d’une élection générale à la date proposée par Johnson, le 12 décembre, arguant lundi (28 octobre) que ce ne serait pas la bonne voie à suivre. Mardi (29 octobre), il semblait toutefois avoir fait volte-face. « Cette élection est une occasion unique de transformer notre pays », a-t-il affirmé. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

BUCAREST

Un nouveau candidat commissaire. Le gouvernement sortant dirigé par Viorica Dăncilă a proposé un nouveau nom pour la Commission européenne : Victor Negrescu, ancien eurodéputé et ministre des Affaires européennes. M. Negrescu est le troisième candidat a avoir été proposé par le gouvernement dans la course aux commissaires. Toutefois, le président roumain, Klaus Iohannis, a vivement critiqué cette décision, affirmant que le gouvernement actuel — renversé à la suite d’un vote de défiance le 10 octobre — ne pouvait pas légitimement nommer un commissaire.

Mais Mme Dăncilă a fait référence à une lettre envoyée par la présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au Premier ministre et au Président : « Il est maintenant devenu essentiel de compléter la liste de commissaires européens ». Cependant, selon de nombreux médias Ursula von der Leyen a déclaré que le nouveau commissaire devait être approuvé par le président. (Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.