Point de vue. « Il est urgent de discuter d’Europe au quotidien »

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

Drapeaux devant le Parlement européen, Strasbourg. [EPA-EFE/PATRICK SEEGER]

Fabien Chevalier, Président de Sauvons l’Europe, association pro-européenne, propose la création d’un Conseil national pour l’Europe (CNE) qui serait rattaché au ministre en charge des affaires européennes et rassemblerait associations, élus et personnalités. Un point de vue publié par notre partenaire Ouest-France.

Le Président de la République est un Européen convaincu, mais convainc-t-il les Français ? On peut malheureusement en douter, les différentes enquêtes pointant régulièrement la France parmi les pays les moins pro-européens du continent. Pourtant, l’engagement d’Emmanuel Macron en faveur de l’Europe est fort, constant, et produit des résultats. Sur ce point il rejoint d’ailleurs, même s’ils ne le disent pas trop fort, les préoccupations des écologistes et des socialistes, et son action dépasse donc les frontières de la majorité présidentielle. Alors, pourquoi cette absence d’enthousiasme européen en France si, sur le papier, il y a une large majorité politique pro-européenne ?

La faiblesse structurelle de la société civile pro-européenne

La faiblesse structurelle de la société civile pro-européenne est un enjeu central de la vie politique française. L’existence d’un mouvement pro-européen dynamique est en effet essentielle pour reconquérir l’opinion publique sur l’Europe et se doter de marges de manœuvre politique pour réussir les prochains rendez-vous tels le développement de nouveaux outils financiers européens en réponse à la crise sanitaire, la conférence sur l’avenir de l’Europe, la présidence française du Conseil de l’UE…

Montrer la valeur ajoutée concrète de l’Europe pour tous

Créer une structure de transmission entre cette société civile et les responsables politiques doit permettre de redynamiser et d’élargir l’action de la société civile pro-européenne en France, non seulement pour en assurer les moyens auprès des structures dont l’action en a besoin, que pour échanger en termes de positionnement. Cet écosystème européen en France doit démontrer par son action la valeur ajoutée concrète de l’Europe pour tous, et pas uniquement pour des publics privilégiés.

Création d’un Conseil national pour l’Europe

Nous proposons donc la création d’un Conseil national pour l’Europe (CNE) qui serait rattaché au ministre en charge des affaires européennes, rassemblant associations, élus et personnalités.

Concrètement, le CNE aurait pour objectif de favoriser le débat et la concertation, entre les pouvoirs publics, des praticiens de l’Europe et les associations spécialisées sur les problématiques européennes.

Le CNE serait consulté par les pouvoirs publics sur les grandes orientations de la politique européennes de la France et sur sa mise en œuvre. Il pourrait confier aux associations membres du CNE des missions précises et coordonnées afin d’informer les citoyens sur le fonctionnement de l’Europe ; d’organiser des débats sur les enjeux européens ; de mener des actions pour développer le réflexe européen au sein de la société française.

Si l’Europe est un combat, il est temps de créer un état-major de liaison entre les généraux et l’infanterie !

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER