Nous avons besoin d’une véritable union citoyenne européenne qui inclut l’Ukraine

Promoted content

La Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE) est l’occasion pour l’UE de devenir une véritable union de citoyens européens qui devrait inclure les Ukrainiens, selon Marta Barandiy et Maryna Yaroshevitch. [Mykola Komarovskyy]

Entretien avec Marta Barandiy, fondatrice du réseau de la société civile Promote Ukraine et rédactrice en chef de Brussels Ukraїna Review, et Maryna Yarochevitch, responsable du plaidoyer chez Promote Ukraine.

La Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE) est l’occasion pour l’UE de devenir une véritable union de citoyens européens qui devrait inclure les Ukrainiens, selon Marta Barandiy et Maryna Yaroshevitch d’un réseau de la société civile basé à Bruxelles et dédié au soutien de l’Ukraine.

Depuis au moins 2013, les Ukrainiens ont prouvé leur dévouement à l’intégration européenne. Comment caractériseriez-vous l’évolution de la perception de l’UE en Ukraine, notamment en tenant compte des changements provoqués par l’invasion russe précédente et actuelle ?

Marta Barandiy : Depuis le début des années 2000, on observe un intérêt croissant pour l’UE chez les Ukrainiens, allant des déclarations politiques à des cours universitaires consacrés à l’intégration européenne. L’éducation a joué un rôle important dans le façonnement de la mentalité pro-européenne de la nouvelle génération, qui s’est ensuite reflétée dans l’attachement de l’Ukraine à l’UE. En 2004, nous avons connu la révolution orange parce que nous voulions la justice et la transparence, l’État de droit, des frontières ouvertes et des liens plus étroits avec l’Europe. En 2013, le président Viktor Ianoukovitch a refusé de signer l’accord d’association entre l’UE et l’Ukraine sous l’influence de Vladimir Poutine, ce qui a incité l’Ukraine à défendre l’Europe. En 2014, de nombreux Ukrainiens — probablement les seules personnes au monde — sont morts sous et pour le drapeau européen. Depuis lors, nous nous battons contre la Russie pour notre choix et notre droit d’être dans l’UE.

Maryna Yarochevitch : Depuis au moins 2014, les Ukrainiens ont constamment prouvé qu’ils appartiennent à l’Europe et partagent ses valeurs. Lorsque l’invasion à grande échelle a commencé le mois dernier, le soutien à l’UE en Ukraine n’a jamais été aussi élevé. Les personnes qui ont fui le pays ont reçu un accueil très chaleureux à travers l’Union. Le problème, c’est que les Ukrainiens qui restent dans le pays ne ressentent pas la même chose. La solidarité est verbale, mais elle n’est pas ressentie dans les faits lorsque l’UE a déclaré qu’une intervention humanitaire et un soutien militaire seraient trop dangereux. Cela signifie que les Européens ont abandonné les Ukrainiens et les laissent mourir. Lorsque la guerre sera terminée, je ne suis pas sûre que les 37 millions d’Ukrainiens qui sont restés dans le pays auront la même attitude pro-UE qu’auparavant.

La stratégie de l’UE pour le partenariat oriental semble avoir échoué. Les territoires de l’Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie sont partiellement occupés par la Russie, et votre pays est la cible d’une invasion à grande échelle. Selon vous, quelles leçons l’UE devrait-elle tirer de cette situation politique, notamment dans le cadre des discussions sur l’avenir de l’Europe ?

Maryna Yarochevitch : Vladimir Poutine a d’abord envahi la Géorgie en 2008 et, ne voyant aucune réponse européenne solide et unifiée, il a pris du temps pour renforcer militairement la Russie et envahir l’Ukraine en 2014. Même à ce moment-là, l’Europe n’a pas compris qui était M. Poutine et ce dont il était capable. Depuis 2014, l’UE parle de réduire la dépendance énergétique de la Russie ou de couper les liens commerciaux, mais rien de significatif ne s’est produit. À cause de cela, l’invasion à grande échelle a commencé le mois dernier — et nous sommes toujours coincés avec un discours selon lequel, pour les États membres de l’UE, il n’est pas facile de se débarrasser de la dépendance à la Russie du jour au lendemain. Bien sûr, nous le comprenons — mais ce n’est pas seulement maintenant que nous avons commencé à soulever cette question. Ce sujet est à l’ordre du jour au moins depuis 2014  ! La leçon à retenir devrait être que lorsque de tels précédents se produisent, il faut être sérieux dans sa réponse. Aujourd’hui, les Européens ne peuvent pas se permettre de ne pas retenir la leçon une autre fois.

Marta Barandiy : Une fois de plus, nous devons apprendre la même leçon, celle de Chamberlain et de Churchill — si vous continuez à apaiser un terroriste, vous pouvez vous attendre à une invasion après l’autre. Nous pensons qu’au sein de l’UE, les citoyens comprennent peut-être mieux les choses que les politiciens à cet égard. Certains de ces derniers ont tendance à dire que si nous tenons tête à M. Poutine maintenant, nous aurons la troisième guerre mondiale — nous répondons à cela que la troisième guerre mondiale a déjà commencé et que vous êtes en retard dans la prise de conscience et la réponse. Pour l’instant, vous avez toujours les Ukrainiens de votre côté, mais si nous venions à disparaître, vous seriez seuls avec M. Poutine.

Actuellement, l’UE réfléchit à l’orientation de l’intégration européenne dans le cadre de la CoFoE. Que pourrait-on changer dans le cadre institutionnel et politique de l’Union pour la rendre plus apte à maintenir la paix et la sécurité en Europe et à aider l’Ukraine ?

Marta Barandiy : L’avenir de l’Europe devrait être défini par ses citoyens. Nous pouvons constater que les Européens sont favorables à l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Au-delà du processus institutionnel d’adhésion, l’Union devrait repenser la manière dont l’élargissement est réalisé et envisager de donner aux Ukrainiens la citoyenneté européenne dès maintenant, avant que notre gouvernement ne soit en mesure de procéder aux ajustements nécessaires au niveau institutionnel.

Maryna Yarochevitch : Des processus tels que la CoFoE devraient permettre aux citoyens de lancer de nouvelles idées et de définir l’agenda de l’UE, y compris à l’égard de ses voisins. Les Ukrainiens ont prouvé par le passé et continuent de prouver leur engagement envers l’Europe au prix de leur vie. Il devrait être possible d’accorder aux Ukrainiens la citoyenneté européenne avant même que notre gouvernement ne remplisse tous les critères d’adhésion et ne rejoigne l’Union. Nous pourrions aller au-delà de l’accord d’association UE-Ukraine et de la zone de libre-échange approfondie et complète en y ajoutant un niveau civique. L’UE devrait devenir une véritable union de citoyens, y compris d’Ukrainiens.

Dans le cadre de la CoFoE, un grand débat a lieu sur le passage au vote à la majorité qualifiée dans les affaires étrangères de l’UE, afin que nous puissions être plus actifs sur la scène internationale, notamment en adoptant rapidement des sanctions plus efficaces. Comment évaluez-vous le processus d’imposition de mesures punitives à la Russie suite à son invasion de l’Ukraine ?

Marta Barandiy : D’une part, je comprends que l’Union veuille parler d’une seule voix. D’autre part, si l’enjeu est si important, il devrait être possible d’avoir une Union à plusieurs vitesses. Les coalitions de pays volontaires devraient pouvoir faire plus, y compris interdire le pétrole, le gaz et le charbon russes, sans être entravées par les amis de la Russie en Europe, comme la Hongrie de Viktor Orbán.

Maryna Yarochevitch : En ce qui concerne la politique des sanctions, nous, Ukrainiens, avons souvent le sentiment que c’est trop peu, trop tard, en raison de la lourdeur des procédures existantes. La nécessité de parler «  d’une seule voix  » peut être bénéfique dans de nombreux domaines, mais pas lorsqu’il s’agit de sécurité et de défense, où les accords basés sur le plus petit dénominateur commun peuvent littéralement entraîner la perte de vies, y compris de civils, comme nous le voyons actuellement en Ukraine avec le massacre de Boutcha ou le génocide de Mariupol.

Une grande partie des propositions de la CoFoE est consacrée au développement d’une véritable politique européenne d’immigration et d’asile basée sur le principe de solidarité. Quelles leçons pouvons-nous tirer de la guerre en Ukraine dans ce contexte ?

Maryna Yarochevitch : Actuellement, quelque 4 millions d’Ukrainiens ont été contraints de fuir leur pays et on estime que ce chiffre pourrait passer à 8 millions. La majorité des Ukrainiens considèrent qu’il s’agit d’une mesure temporaire, dans l’espoir de revenir dans leur pays lorsque la situation le permettra. Plutôt que de se concentrer sur les programmes d’intégration des réfugiés, nous devrions nous concentrer sur ce qui peut être fait aujourd’hui pour arrêter la guerre et faciliter le retour des Ukrainiens chez eux dès que possible.

Marta Barandiy : Il est également important que les autorités nationales fassent preuve de plus de souplesse dans le traitement des demandes de protection des Ukrainiens, étant donné la situation exceptionnelle dans laquelle nous nous trouvons. Encore une fois, il est clair que les citoyens de l’UE veulent aider les Ukrainiens, les responsables politiques devraient donc suivre leurs attentes.

Quel genre d’Europe et d’Ukraine espérez-vous voir dans les années à venir ? Quels sont les changements que vous aimeriez voir à la suite de la CoFoE ?

Maryna Yarochevitch : Il y a un débat sur l’étendue de la mise en œuvre des propositions des citoyens après la conférence — les institutions sont-elles tenues de donner suite ou peuvent-elles simplement prendre note et passer à autre chose sans prendre de mesures appropriées ? Les propositions de la CoFoE doivent être prises en compte. L’UE devrait être plus décisive et plus rapide dans ses actions en réponse à des crises comme celle de l’Ukraine. Quant à mon pays, nous devons simplement continuer et persister, et c’est ce que nous ferons.

Marta Barandiy : L’UE ne doit pas considérer les citoyens comme un fardeau mais comme des contributeurs à un projet commun. Cela inclut également les citoyens ukrainiens, car ils défendent les valeurs européennes au front.

Le désintérêt des politiciens nuit à la Conférence sur l’avenir de l’Europe

Bien que le débat ait été plus ciblé et mieux organisé qu’auparavant, les participants ont déclaré que le désintérêt des politiciens avait assombri le dernier panel de la CoFoE organisée à Strasbourg le week-end dernier.

Supporter

Mesure cofinancée par l'Union européenne

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. Le parlement européen n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.



Subscribe to our newsletters

Subscribe