CoFoE : la démocratie délibérative plus fiable que les élections et les enquêtes d’opinion

Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE) — Panel de citoyens — Session plénière [Parlement européen]

Selon les participants à la Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE) et les experts du deuxième panel sur la démocratie qui se sont réunis à Florence le week-end dernier, les processus de démocratie délibérative sont plus démocratiques que les élections générales ou les enquêtes d’opinion.

La CoFoE est une expérience de démocratie délibérative au cours de laquelle 800 citoyens, répartis en quatre panels thématiques, ont l’opportunité d’élaborer des recommandations destinées à être discutées et votées par les législateurs.

Le panel sur la démocratie européenne, les valeurs, les droits, l’État de droit et la sécurité a récemment approuvé 39 recommandations sur la lutte contre la discrimination, la démocratie, l’État de droit, les réformes institutionnelles de l’UE, la construction d’une identité européenne et le renforcement de la participation citoyenne.

« Habituellement, nous essayons de comprendre ce que pensent les gens à travers les élections ou les enquêtes d’opinion. Cependant, je pense que ces deux méthodes sont biaisées et ont plutôt pour effet de “geler” un débat, d’imposer la discussion, sans demander aux citoyens ce qu’ils veulent vraiment. Ainsi, il est bien de voir que les gens expriment ici leurs volontés. De plus, ils n’utilisent pas nécessairement les mêmes catégories que celles utilisées dans les campagnes électorales et les enquêtes d’opinion », a expliqué Oliver Roy, professeur à l’Institut universitaire européen et l’un des experts du panel, aux journalistes.

EURACTIV a demandé à M. Roy s’il y avait un risque que les politiciens ne tiennent compte que des recommandations qui leur plaisent et ignorent les autres, ce à quoi il a répondu : « C’est ce qu’il s’est toujours passé jusqu’à présent avec les discussions citoyennes. Les expériences passées ne sont pas encourageantes mais, cette fois, cela peut être différent car les citoyens ne se taisent pas. En effet, ils protestent lorsqu’ils voient que leurs opinions ne sont pas prises en compte ».

Alberto Alemanno, un expert du panel, juriste et porte-parole de l’intérêt public, a déclaré à Ivana Dragicevic que la démocratie délibérative pourrait aider les citoyens à s’impliquer davantage dans la politique, et en particulier les jeunes.

« Les jeunes de ce panel sont très préoccupés par leur avenir et notamment les questions comme le climat ou l’équité intergénérationnelle. Ils voient que nos politiques ne sont pas équitables pour eux. Ils veulent participer, mais ils ne sont pas satisfaits du processus électoral et, par conséquent, ils votent moins mais participent davantage. Cette situation peut nous offrir une opportunité ».

De même, les citoyens sélectionnés pour ce panel estiment que cet exercice démocratique est plus intéressant que la participation politique classique.

« J’ai le sentiment de vivre une expérience démocratique unique, qui va au-delà de la règle de la majorité. La démocratie est souvent comprise uniquement comme un exercice où la majorité prime aux élections. Toutefois, ici, nous démontrons que la démocratie repose sur le débat, le partage d’idées générales dans le cadre d’une approche ascendante (“bottom up” en anglais) qui peuvent avoir un impact », a expliqué Max, un ressortissant slovaque participant à la CoFoE, à EURACTIV.

Dans le même esprit, Eric, un néerlandais, a confié à EURACTIV qu’il se « sent concerné par toutes les recommandations qui ont été formulées », et même celles avec lesquelles il n’est « pas d’accord ». Selon lui, « elles sont toutes fondées sur ce qui est important pour les citoyens de l’UE impliqués dans les discussions internationales ».

En outre, Eric estime que les citoyens peuvent être plus progressistes que leurs représentants.

En janvier, la première plénière qui aura lieu à Strasbourg permettra aux politiciens et aux citoyens de discuter des recommandations. Ce sera la partie la plus cruciale de tout le processus, car les citoyens pourront voir les résultats de leurs efforts.

Supporter

Mesure cofinancée par l'Union européenne

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. Le parlement européen n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.



Subscribe to our newsletters

Subscribe