CoFoE : le nombre de participants est encourageant mais les États membres doivent en faire plus

(De gauche à droite) Le président du Conseil européen, Charles Michel, le président du Parlement européen, David Sassoli, et la présidente de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen, font une déclaration à la presse sur l'avenir de l'Europe après le Brexit, au Parlement européen à Bruxelles, le 31 janvier 2020 (réédité le 13 décembre 2020). [EPA-EFE/OLIVIER HOSLET]

Les organisateurs de la Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE) de disent « encouragés par le nombre de visites sur la plateforme et le soutien reçu ». C’est ce qu’a confié un porte-parole chargé de la conférence à EURACTIV. Ces déclarations font écho aux préoccupations de certains participants qui estimaient que l’événement ne recevait pas assez d’attention.

Notre source faisait référence à la plateforme multilingue de la CoFoE, via laquelle les institutions de l’UE invitent les citoyens des 27 États membres à discuter, suggérer des idées et organiser des événements locaux.

« L’objectif de la plateforme numérique multilingue est de favoriser la discussion entre les citoyens et de garantir l’accessibilité et la transparence de la Conférence. La plateforme est ouverte à tous les citoyens de l’UE et, bien entendu, nous souhaitons que le plus grand nombre possible d’entre eux y apportent leurs idées », a ajouté le porte-parole.

À ce jour, 179  513 personnes ont proposé 10  001 idées, posté 16  828 commentaires et organisé 3 899 événements.

Cette plateforme n’est qu’une partie du processus dans lequel se trouve la conférence. En effet, en parallèle, 800 citoyens, choisis au hasard, participent à quatre panels et élaborent des recommandations à présenter aux députés européens entre décembre 2021 et janvier 2022.

Le nombre de participants à la plateforme peut être considéré comme considérable étant donné le fait que les médias nationaux et les politiques n’y prêtent pas beaucoup d’attention à l’heure actuelle.

Le Parlement européen apaise les craintes concernant le manque d’intérêt des médias pour la CoFoE

La Commission européenne a rassuré les participants à la Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE) qui craignaient que cette dernière ne fasse pas les gros titres et n’ait donc pas l’impact escompté : les médias sont à l’écoute et leurs voix seront entendues.

Les participants au projet ont également donné leur avis. S’ils sont généralement satisfaits de l’événement dans son ensemble, ils estiment que les médias le négligent quelque peu. Ils craignent que cela ne conduise à ce que leurs propositions ne soient pas prises au sérieux par les députés européens.

À titre d’exemple, selon une enquête réalisée par les organisateurs lors de la réunion en ligne du deuxième panel sur la démocratie la semaine dernière, seul un tiers des participants a déclaré avoir entendu parler de la conférence dans les médias.

En outre, un participant a demandé aux modérateurs comment il serait possible de renforcer la visibilité de la CoFoE pour la rendre plus populaire au sein de l’UE, et ces derniers ont répondu qu’ils n’avaient pas la réponse à cette question, mais ont suggéré une retransmission en direct des événements sur les réseaux sociaux ainsi que d’en parler à autant de personnes que possible autour de soi.

Une source de la Commission a confié à EURACTIV que « les institutions européennes ont le potentiel d’augmenter la couverture médiatique de la conférence », mais elle a déclaré que davantage d’efforts devraient être faits au niveau de la communication, elle cela vaut pour « les principaux acteurs politiques et les parties prenantes dans tous les États membres ».

Thèmes et idées

La plateforme comporte neuf catégories au total, qui reflètent les mêmes questions que celles débattues dans les panels. Il s’agit du changement climatique et de l’environnement, de la santé, d’une économie plus forte, de la justice sociale et de l’emploi, de l’UE dans le monde, de l’État de droit et de la sécurité, de la transition numérique, de la démocratie européenne, de la migration, de l’éducation, de la jeunesse et du sport.

Elle est disponible en 24 langues, de sorte que tous les citoyens européens puissent soumettre leurs idées, participer, soutenir et créer un événement dans leur propre langue. C’est la première fois que les institutions européennes créent une plateforme en ligne disponible dans les 24 langues de l’UE.

À la fin du processus, les résultats des panels, des idées et des événements seront collectés et évalués par les présidents de la Commission européenne Ursula von der Leyen, du Conseil européen Charles Michel et du Parlement européen David Sassoli.

Le porte-parole a clairement indiqué que les États membres devaient faciliter la communication, car les propositions et les questions soulevées font déjà l’objet de débats.

« Les premiers rapports intermédiaires de la plateforme ont déjà alimenté les délibérations des panels de citoyens européens, qui sont maintenant en pleine activité, et ont été largement débattus lors de la plénière de la conférence en octobre », a conclu le porte-parole.

Supporter

Mesure cofinancée par l'Union européenne

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. Le parlement européen n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.



Subscribe to our newsletters

Subscribe