Coup d’Etat au Soudan : l’UE menace de suspendre son soutien financier

« Si la situation n'est pas inversée immédiatement, il y aura de graves conséquences pour l'engagement de l'UE, y compris son soutien financier », a averti le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans une déclaration au nom des 27. [JULIEN WARNAND / POOL/EPA]

L’Union européenne (UE) a condamné mardi (26 octobre) le coup d’Etat au Soudan et menacé de suspendre son soutien financier si les militaires ne rendent pas le pouvoir immédiatement.

« Cette tentative de saper la transition du Soudan vers la démocratie est inacceptable. Si la situation n’est pas inversée immédiatement, il y aura de graves conséquences pour l’engagement de l’UE, y compris son soutien financier », a averti le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans une déclaration au nom des 27.

La mesure pourrait concerner les décaissements non encore effectués, a-t-on précisé de source européenne. Les financements de l’UE au Soudan se chiffrent à 500 millions d’euros depuis 2016.

Les 27 peuvent également adopter des sanctions ciblées contre les auteurs du coup d’Etat, notamment le chef de l’armée Abdel Fattah al-Burhane qui a affirmé retenir chez lui l’ex-chef du gouvernement Abdallah Hamdok.

L’UE a condamné l’instauration de l’état d’urgence dans tout le pays et exigé « la libération immédiate » du Premier ministre, des ministres, des dirigeants des Forces de la liberté et du changement et des représentants de la société civile arrêtés.

« Après des décennies de régime autoritaire et de dictature répressive, le droit légitime du peuple soudanais à un avenir meilleur respectant l’État de droit, les droits de l’homme et la démocratie, y compris l’élection d’un gouvernement civil, doit être respecté », ont affirmé les 27 pays de l’UE.

« Il faut à tout prix éviter de nouvelles violences et effusions de sang et les auteurs de violations des droits de l’homme devront rendre des comptes », ont-ils averti.

« L’UE réaffirme son ferme attachement à la transition du Soudan et appelle toutes les parties prenantes et les partenaires régionaux à soutenir le retour immédiat du pays sur la voie de la démocratie », conclut la déclaration publiée par Josep Borrell.

Le Premier ministre polonais déclare que la Commission risque une « troisième guerre mondiale »

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a accusé la Commission européenne de tenir « un pistolet sur notre tempe » dans le cadre des négociations relatives aux fonds destinés au programme de relance de la Pologne et à la conditionnalité de l’État de droit.

Supporter

Mesure cofinancée par l'Union européenne

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. Le parlement européen n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.



Subscribe to our newsletters

Subscribe