Extrême-droite allemande : Querelles et défaites électorales alors que l’AfD vire à droite

« Au total, ce résultat électoral ne peut pas être qualifié de succès », a déclaré le chef du parti et président de la fraction ID du Parlement européen, Jörg Meuthen. EPA-EFE/SEAN GALLUP / POOL

Le parti allemand d’extrême droite eurosceptique AfD avait réalisé des gains surprenants lors des élections de 2017, faisant craindre une nouvelle vague d’extrême-droite en Europe. Cependant, après des résultats médiocres aux élections fédérales de septembre, le parti a perdu de sa superbe.

L’AfD, fondé en 2013, avait remporté 12 % des voix aux élections de 2017, le meilleur résultat d’un parti d’extrême-droite allemand depuis la création de la république après la Seconde Guerre mondiale. À l’époque, beaucoup craignaient une nouvelle vague de populisme et d’extrémisme de droite en Allemagne.

Même si ces craintes ne peuvent pas être enterrées, l’AfD a failli obtenir un résultat à un seul chiffre aux élections de 2021, arrivant à 10,3 % et 83 sièges au Bundestag allemand, selon les résultats publiés par le directeur du scrutin fédéral.

« Au total, ce résultat électoral ne peut pas être qualifié de succès », a déclaré le chef du parti et président de la fraction ID du Parlement européen, Jörg Meuthen.

Il a déclaré lors d’une conférence de presse le 27 septembre que l’appel à une sortie de l’Allemagne de l’UE avait coûté des électeurs au parti. Interrogé pour savoir si lui ou d’autres allaient se retirer, il a répondu que tout changement de personnel suite à la défaite électorale commencerait par les candidats principaux Alice Weidel et Tino Chrupalla.

« Je ne laisserai personne dénigrer le résultat de nos élections », a retorqué Mme Weidel lors de la conférence de presse.

La prise de bec publique entre Mme Weidel, de l’aile d’extrême-droite du parti, et M. Meuthen, plus modéré, est symptomatique de l’un des problèmes qui, selon le politologue Uwe Jun, sont à l’origine de la chute du parti : les luttes internes au sein du parti, entre les modérés autour de M. Meuthen et les extrémistes de droite autour de Mme Weidel et son colistier M. Chrupalla.

Ce clivage est apparu pour la première fois lors de la convention du parti à Dresde en avril 2021, où le parti a essentiellement voté en faveur d’une plateforme d’extrême-droite, appelant l’Allemagne à quitter l’UE. Une demande qui n’a pas semblé plaire à M. Meuthen, président du groupe ID au Parlement européen.

Il a par la suite fait remarquer que de nombreux électeurs lui avaient dit que « nous aimerions voter pour l’AfD, mais nous voulons que l’Allemagne reste dans l’UE », ce qui aurait fait perdre des électeurs au parti au profit de tous ses concurrents, à l’exception du parti d’extrême-gauche Die Linke.

L'AfD se dote d'un duo radical en vue des élections fédérales allemandes

Mardi (25 mai), le parti allemand d’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD) a choisi Alice Weidel et Tino Chrupalla comme duo de choc pour les élections fédérales de septembre 2021. Un article d’Euractiv Allemagne.

Les pertes de l’AfD s’expliquent également par le fait que les Allemands votaient pour un nouveau gouvernement, ce qui rendait le parti moins attractif, car tous les autres partis avaient exclu de gouverner aux côtés de l’AfD, a expliqué M. Jun à EURACTIV.

Et si la migration était la question la plus polarisante en 2017 et faisait partie de l’identité politique de l’AfD, il a ajouté que tel n’était plus le cas lors des élections de 2021.

Les gains à l’Est donnent du pouvoir au parti fasciste

Alors que l’AfD a perdu des voix dans l’ensemble et a à peine atteint plus de 8 % des voix en Allemagne de l’Ouest, il a fait des gains importants en Allemagne de l’Est, enregistrant près de 19 % des voix.

En Saxe et en Thuringe, l’AfD est même devenu le parti le plus important, les électeurs du parti d’extrême-gauche Die Linke étant passés à l’AfD d’extrême-droite, ce que les experts ont qualifié de déplacement du vote protestataire.

« La “voie de Thuringe” est la bonne voie », a déclaré le leader de l’AfD Thuringia, Björn Höcke, dans une lettre du 29 septembre. La Thuringe était la seule région dans laquelle l’AfD a gagné des voix par rapport à 2017.

Alors que le parti se dirige vers un congrès en décembre, M. Höcke semble assez fort pour revendiquer le leadership du parti. Les résultats des élections ont affaibli ses rivaux, Mme Weidel et M. Chrupalla, tandis que le chef de longue date de la faction modérée, M. Meuthen, a annoncé lundi (11 octobre) qu’il ne se représenterait pas aux élections de décembre.

Selon Monitor, M. Höcke pourrait remplacer son rival de longue date M. Meuthen à la tête du parti en décembre et achever le processus que le parti a entamé en avril.

L'Allemagne place l'AfD d'extrême droite sous surveillance

L’Office fédéral de la protection de la constitution (BfV) a déclaré que le parti allemand Alternative für Deutschland (AfD) constituait une menace pour la démocratie mercredi (3 mars). Il a dès lors été placé sous surveillance. Un article d’Euractiv Allemagne.

Supporter

Mesure cofinancée par l'Union européenne

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. Le parlement européen n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.



Subscribe to our newsletters

Subscribe