Le Premier ministre slovène refuse de s’exprimer sur l’avenir de son parti au sein du PPE

L’arène politique européenne est dynamique et "devrait se transformer", selon Janez Janša. [EPA-EFE/CHRISTIAN HARTMANN]

Lors de sa visite au Parlement européen à Strasbourg mardi (6 juillet), le Premier ministre slovène n’a pas souhaité s’exprimer sur l’avenir politique de son Parti social-démocrate (SDS) sur la scène européenne.

Interrogé sur l’adhésion du SDS au Parti populaire européen (PPE), Janez Janša a déclaré que son gouvernement était actuellement plutôt focalisé sur les défis présentés dans le programme de la présidence slovène au Conseil de l’UE.

Lancement de la présidence slovène du Conseil de l’UE

Aujourd’hui (1er juillet), la Slovénie reprendra la tête du Conseil de l’UE à la suite du Portugal. Comme le veut la tradition, Ljubljana accueillera le collège des commissaires avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à sa tête.

L’arène politique européenne est dynamique et devrait se transformer, a-t-il poursuivi, avançant que le prochain Parlement serait différent, comme il l’avait été à la suite de chaque élection européenne. « Nous verrons ce qui se passera », a-t-il indiqué.

D’aucuns se demandent quelle sera la réaction du PPE par rapport au fait que Janez Janša soutienne le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, dont le parti (Fidesz) a quitté le PPE il y a quelque mois.

À la question de savoir si le représentant slovène était inquiet de la place qu’occupe le SDS au sein du PPE, M. Janša a répondu aux journalistes que son parti ne s’exprimerait pas sur de tels enjeux politiques.

Par ailleurs, le politique slovène a tenu à s’exprimer sur la déclaration commune signée vendredi (2 juillet) par seize partis eurosceptiques du Parlement européen contre la « dérive fédéraliste [de l’UE] qui l’éloigne inexorablement des peuples qui sont le cœur battant de notre civilisation ».

Face à ces propos, soutenus entre autres par Marine Le Pen (Rassemblement national), Viktor Orbán (Fidesz), Matteo Salvini (la Ligue), Jaroslaw Kaczynski (Droit et justice), Santiago Abascal (Vox) et Giorgia Meloni (Fratelli d’Italia), M. Janša a déclaré qu’il n’avait pas encore eu le temps de lire la déclaration, ajoutant que tous les groupes politiques du Parlement étaient légitimes à ses yeux.

Ceux avec qui nous ne sommes pas d’accord devraient également avoir voix au chapitre dans les discussions sur l’avenir de l’Europe, faute de quoi les conséquences pourraient être désastreuses, a-t-il maintenu.

La Slovénie entend justement mener les discussions à cet égard lors du Forum stratégique de Bled en septembre, a-t-il fait savoir.

Le Forum est l’un des principaux rendez-vous internationaux d’Europe du Sud-Est, il se concentre sur la politique étrangère et devrait amorcer des débats à ce sujet avec les représentants de toutes les familles politiques de l’UE.

La présidence slovène de l'UE suscite l'inquiétude au Parlement de Strasbourg

Le dirigeant slovène conservateur Janez Jansa a pourtant prononcé un discours très lisse devant les eurodéputés, présentant les priorités d’une présidence qui ne font pas débat.

Supporter

Mesure cofinancée par l'Union européenne

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. Le parlement européen n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.



Subscribe to our newsletters

Subscribe