Des progrès concrets sur le cancer du sein métastatique

Le ruban rose est devenu associé à un message d'espoir qui ne se reflète pas toujours dans les faits. [Steve Snodgrass/Flickr]

Octobre est le mois de la sensibilisation au cancer du sein. Le mouvement du ruban rose a fait sérieusement progressé la sensibilisation et la promotion du dépistage généralisé du cancer.

Cet article fait partie d’une série sur le cancer du sein métastatique.

Le cancer du sein tue encore plus de 90 000 personnes dans l’UE chaque année, et il reste bien des choses à découvrir ou à faire pour les patients aux stades avancés de la maladie. Pour réduire le nombre de décès, il est donc essentiel d’élaborer et de mettre en place une réponse politique claire au cancer du sein métastatique.

Le cancer du sein est la forme de cancer la plus répandue chez les femmes dans le monde et la deuxième forme de cancer la plus fréquente après le cancer du poumon. L’Europe occidentale est la région qui a la plus forte incidence de cancer du sein au monde.

En 2014, 93 490 personnes sont mortes du cancer du sein en Europe. L’Allemagne est le pays le plus touché, puisqu’il comptait 16 % de ces décès, suivi de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni (environ 12 %).

Le cancer du sein se produit lorsque le tissu mammaire se reproduit de façon incontrôlable en raison d’une mutation de l’ADN des cellules. Lorsque les cellules mutées se déplacent vers d’autres parties du corps, comme les os, les poumons, le foie ou le cerveau, le cancer est classé comme « métastatique » – la forme la plus avancée de la maladie.

La métastase est la principale cause de mortalité par cancer du sein, tuant un demi-million de personnes chaque année dans le monde. Près d’une personne atteinte du cancer du sein sur trois développera une métastase, et une sur dix sera déjà à un stade avancé au moment du diagnostic, avec moins d’une chance sur cinq d’y survivre.

Un haut taux de cholestérol favoriserait le cancer du sein

Des chercheurs britanniques ont établi un lien entre un taux trop élevé de cholestérol chez la femme et le risque d’avoir cancer du sein.

Initiatives européennes

Depuis ses débuts dans les années 1990, le mouvement contre le cancer du sein a réussi à faire connaître la maladie et à encourager un diagnostic précoce. Un élément important, puisque si le cancer est détecté à un stade précoce et circonscrit au sein, il y a 99 % de chances de survie. Après des années de campagne, le cancer du sein a donc reçu beaucoup d’attention de la part des décideurs politiques.

En 2003, le Parlement européen a adopté sa première résolution sur le cancer du sein, appelant à l’amélioration des soins de santé préventifs, y compris des programmes nationaux de dépistage du cancer pour les femmes âgées de 50 à 69 ans, qui devraient réduire les taux de mortalité de 35%.

Elle a été suivie en 2006 d’une deuxième résolution encourageant les États membres à mettre en œuvre les lignes directrices convenues et invitant la Commission à soutenir de nouvelles recherches sur les causes et la prévention du cancer du sein. Le Parlement a empêché que le sujet ne tombe dans l’oubli en publiant ensuite en 2010 une déclaration incitant les États membres à se conformer aux objectifs nationaux en matière de dépistage.

Ces recommandations ont joué un rôle clé dans l’accès de la majorité des femmes au dépistage du cancer du sein. Selon un rapport datant de 2017, des programmes nationaux de dépistage sont fonctionnels ou en cours de planification ou d’expérimentation dans 25 des 28 États membres de l’UE (sauf la Grèce, la Bulgarie et la Slovaquie), couvrant près de 95 % des femmes visées, et testant près de 50 % d’entre elles.

Le taux de participation des femmes au dépistage varie en réalité considérablement d’un État européen à l’autre: il est le plus élevé au Danemark (83,5%) et le plus faible en Belgique francophone (6,2%). Seuls huit États membres ont atteint le seuil de 70 % considéré comme le « niveau acceptable ». Par rapport au premier rapport de suivi en 2007, des progrès considérables ont été réalisés, mais la couverture et la participation peuvent encore être améliorées.

Perception  faussée

Malgré de grandes variations entre les pays et la nécessité d’une harmonisation entre les pays de l’UE, la campagne a réussi à faire connaître la prévention. Le ruban rose est ainsi devenu associé à un message d’espoir et le cancer du sein est devenu une maladie guérissable aux yeux du grand public.

Ce n’est cependant pas l’expérience typique des personnes atteintes d’un cancer du sein métastatique. En effet, les progrès réalisés en termes de pronostic sont limités et la qualité de vie des patients ne s’est que très peu améliorée, selon un rapport sur la période entre 2005 et 2015.

La première mention du cancer du sein métastatique par une institution européenne a dû attendre 2015, date à laquelle les eurodéputés ont convaincu Conseil de l’UE et la Commission européenne de la nécessité d’agir et soutenu que les patients devraient avoir accès à des unités mammaires spécialisées accréditées.

Parallèlement aux initiatives du Parlement, l’initiative de la Commission européenne sur le cancer du sein (ECIBC) a pour mission de produire des lignes directrices fondées sur des données probantes en matière de dépistage et de diagnostic du cancer du sein, et de rechercher les meilleures pratiques à d’autres stades du traitement, y compris la survie, la réadaptation et les soins palliatifs.

Les patients restent peu impliqués dans le choix des traitements contre le cancer

Des spécialistes du cancer du sein métastatique appellent les décideurs politiques à donner aux patients un plus grand choix, et un meilleur contrôle de leur traitement et de leurs soin.

En réponse à une consultation publique exigeant que des parcours de soins spécifiques soient développés pour le cancer du sein métastatique, l’ECIBC publiera dans quelques semaines des lignes directrices centrées sur les malades, a appris Euractiv.

« Au cours des dernières années, l’UE a fait beaucoup de progrès dans la lutte contre le cancer », a assuré l’eurodéputée autrichienne Karin Kadenbach, du groupe social-démocrate (S&D) et membre de la commission ENVI.

Le Parlement européen y a apporté son soutien par l’adoption de plusieurs résolutions et déclarations, dont la plus récente date de 2015 et concerne spécifiquement le cancer du sein métastatique. « Il est toutefois important de mettre et de maintenir la question du cancer du sein métastatique à l’ordre du jour des politiques », a-t-elle ajouté.

À cette fin, Karin Kadenbach a accueilli un débat au Parlement européen sur la manière d’améliorer les réponses politiques en Europe, en s’appuyant sur une feuille de route politique élaborée par un groupe d’experts comprenant des professionnels de la santé, des défenseurs des patients, des universitaires et des décideurs politiques.

« Il est en effet crucial de combler l’écart entre la compréhension du cancer du sein métastatique par le public et l’expérience des patients », estime-t-elle. « Les besoins d’un patient atteint d’un cancer du sein métastatique sont différents de ceux d’un patient atteint d’un cancer du sein au stade précoce, et les décideurs doivent également tenir compte de ces différences. »

« Les institutions de l’UE doivent veiller à ce que les besoins des patients atteints d’un cancer du sein métastatique soient reflétés dans la portée des initiatives en cours, comme l’initiative de la Commission européenne sur le cancer du sein, mais aussi en incitant les États membres à prendre les mesures politiques nécessaires pour améliorer les résultats pour les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique », a conclu l’eurodéputée.

Lancement d'une feuille de route européenne sur le cancer du sein métastatique

Malgré la mort d’un demi-million de femmes chaque année dans l’UE, les progrès en matière de qualité de vie et de durée de survie des patients du cancer du sein métastatique restent difficiles. Une feuille de route politique est lancée par les eurodéputés.

Supporter

Lilly

The difference between early and metastatic breast cancer

Policy Roadmap

Other initiatives

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe