135 députés mettent la pression sur la transition écologique

La genèse de ce projet est liée au départ de Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique et solidaire [flickr.com/photos/franceecologie…]

Un collectif parlementaire réunissant 135 députés de tous bords politiques veulent porter collectivement les enjeux de la transition écologique, en particulier lors du débat sur le projet de loi de finances 2019. Un article de notre partenaire, le JDLE.

« Il faut écologiser la politique plutôt que politiser l’écologie », lance Sophie Auconie, députée UDI d’Indre-et-Loire. Convaincus que la transition écologique ne peut plus attendre, ces parlementaires issus de 6 groupes politiques (seule La France insoumise a décliné l’invitation) ont décidé de créer un collectif « pour avoir plus de chances de faire passer des amendements que chacun dans leur coin », ajoute Jennifer de Temmerman, députée LREM du Nord.

Le projet de loi de finances (PLF) représente en effet une occasion en or de tester la puissance politique d’un groupe transpartisan dédié à la transition écologique et à son financement. Une opération qui représente une première en France.

Le Medef européen prépare le sabotage des objectifs climatiques européens

La stratégie de communication de BusinessEurope est de « s’opposer » à toute hausse des ambitions climatiques de l’UE. Mais  en affichant un soutien de façade, explique une note interne obtenue par Euractiv.

Hydrogène et mobilité durable

Des points de compromis ont été trouvés concernant l’hydrogène. « Nous allons nous assurer que le PLF 2019 apporte les 100 millions d’euros annoncés à l’occasion du plan Hydrogène », explique Matthieu Orphelin. Le député LREM du Maine-et-Loire, qui glisse que « la genèse de ce collectif est liée au départ de Nicolas Hulot », compte aussi sur « des avancées importantes contre l’artificialisation des sols, pour favoriser les alternatives à la voiture et remplacer les vieux poids lourds et les camionnettes ».

Hulot, seul face au lobby gouvernemental

Ce ne sont pas « les lobbies » qui ont eu la peau de Nicolas Hulot, mais bien le soutien franc et entier d’Emmanuel Macron au commerce mondialisé et à l’industrie. Pesticides, perturbateurs endocriniens, chasse, mine en Guyane… rien ne « collait ». Un article de notre partenaire, le JDLE.

Rénover les passoires thermiques

Autre priorité : la rénovation des passoires thermiques, qui s’élèvent à 7 millions en France. « Nous allons proposer des mesures pour qu’il y ait des objectifs ambitieux dans la loi de finances. Des objectifs plus ambitieux que le rythme actuel qui se résume à 400 000 rénovations par an », ajoute le député socialiste de Mayenne Guillaume Garot, également vice-président de la commission du développement durable. Mais comment y parvenir ? Apparemment, aucune solution commune n’a encore été trouvée, plusieurs députés insistant sur la nécessité de débattre au sein du groupe. Un débat qui se déroulera notamment lors d’un colloque dédié au financement de la transition écologique, organisé le 26 novembre au Palais Bourbon.

Le blocage institutionnel persiste sur l’efficacité énergétique

Les négociations sur les nouvelles règles d’efficacité énergétiques ont à nouveau capoté cette semaine, États et eurodéputés étant incapables de trouver un compromis sur les objectifs à fixer.

Enfin, le collectif veillera à proposer des bonus-malus sur les fluides HFC, des crédits d’impôt pour les grandes surfaces actives dans le don alimentaire de leurs invendus, et à doubler le fonds Chaleur (une promesse de campagne de Macron). Les débats sur le budget 2019, qui ont débuté en séance publique le 15 octobre à la Chambre basse, se déroulent jusqu’au 16 novembre.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.