Arnold Schwarzenegger donne du piment à une réunion européenne sur le climat

Schwarzenneger_0.jpg

L’ancien gouverneur de la Californie Arnold Schwarzenegger est une star de cinéma, mais également un défenseur de l’environnement. Il a attiré toute l’attention lors d’une réunion de maires attachés aux objectifs en matière d’environnement et d’énergie, organisée au Parlement européen hier (24 Juin).

 

 

 

Lors de la réunion annuelle de la Convention des Maires, Arnold Schwarzenegger a été salué lorsqu'il a déclaré que les véritables catastrophes ne se trouvaient pas dans les films d'Hollywood, mais dans les conséquences du changement climatique.

 

« Si nous ne faisons rien, les températures grimperont de 3,6 à 5,3 degrés Celsius d'ici la fin du siècle. Nous remarquons déjà les changements en Californie. Il n'y a plus de saison des feux. Nous avons des incendies toute l'année », a-t-il indiqué, en ajoutant qu'en 2011, lorsqu'il était encore gouverneur, environ 2 000 feux de forêt et de brousse se sont déclenchés.

 

M. Schwarzenegger a annoncé un partenariat entre son organisation Regions of Climate Action (R20) et la Convention des Maires.

 

Il a créé l'ONG R20 en novembre 2010 dans le but de créer une « économie verte » grâce à des initiatives publiques et privées.

 

Penser différemment

 

L'ancien gouverneur de la Californie a rendu hommage à Steve Jobs, le défunt président d'Apple, et a indiqué qu'il tentait de suivre sa devise « penser différemment ». Il a expliqué pourquoi il avait voulu devenir une star de cinéma même si son nom autrichien est imprononçable.

 

Lorsqu'il était gouverneur, on lui avait conseillé d'attendre l'adoption d'une politique gouvernementale américaine sur le changement climatique, de ne pas protéger l'environnement et de renforcer l'économie, mais il n'était pas de cet avis.

 

 

Selon lui, la plupart des gens pensent probablement qu'un nouvel accord international, un deuxième protocole de Kyoto, constitue la meilleure manière de lutter contre le changement climatique. Le premier protocole de Kyoto est entré en vigueur en 2005 et arrivera à échéance en 2020.

 

« J'adore les suites », a déclaré l'acteur qui a participé à trois des quatre films d'action Terminator. Sous les rires, il a ajouté qu'au lieu d'attendre, il penserait différemment et agirait à l'échelle des autorités locales.

 

En 2006, l'ancien gouverneur a ratifié une loi innovante (AB-32) sur le changement climatique et l'énergie propre. La pièce maîtresse de cette loi est un système ambitieux de plafonnement et d'échange d'unités de pollution liée aux carburants fossiles.

 

Il a ajouté que l'ancienne méthode consistait à attendre que le gouvernement décide et adopte une législation. Les normes californiennes, introduites au cours de ses deux mandats de gouverneur de 2003 à 2011, ont toutefois été reprises par 14 autres États et ont servi de base à la loi fédérale signée par le président Barack Obama en mai 2009, a expliqué M. Schwarzenegger.

 

« Croyez-moi, il existe une nouvelle manière de progresser, à l'échelle sous-nationale, outre les échelles nationale et internationale », a-t-il précisé, en mentionnant les autorités locales et les villes. Il a également expliqué que les « meilleures actions » de l'histoire, comme le mouvement contre l'apartheid en Afrique du Sud ou celui pour l'indépendance en Inde, trouvent toujours leurs origines à l'échelle locale.

 

« Aucune d'entre elles n'a commencé dans une capitale », a-t-il souligné, en prenant l'exemple de Peter Vadasz, le maire de Güssing en Autriche. Cette petite ville luttait pour répondre à ses besoins énergétiques avant que le maire ne lance une « révolution de l'énergie verte » et introduise des projets ambitieux impliquant les énergies renouvelables.

 

La ville de Güssing « inspire [désormais] tout le pays », selon M. Schwarzenegger.

 

« Chacun d'entre vous a le pouvoir d'être un maire comme Peter Vadasz. Chacun d'entre vous peut être un visionnaire qui pense différemment. Chacun d'entre vous peut inspirer des actions qui vont bien au-delà de nos villes », a-t-il déclaré aux maires.

 

L'acteur austro-américain s'est ensuite tourné vers le président de la Commission, José Manuel Barroso, et a déclaré à l'assemblée que R20 et l'exécutif européen établiraient « une manière universelle de mesurer et d'étudier l'incidence des solutions sous-nationales. »

 

« Nous serons en mesure de montrer aux gouvernements nationaux et à l'ONU que les villes et les États sont capables d'apporter leur contribution », a-t-il ajouté.

 

Une meilleure communication

 

Arnold Schwarzenegger a également indiqué qu'une meilleure communication à propos de ces initiatives était nécessaire.

 

« Il existe une nouvelle manière. Une manière branchée et sexy. Au lieu d'être pessimistes et de dire aux gens ce qu'ils ne peuvent pas faire, nous devrions les inclure dans notre mouvement et leur dire ce qu'ils peuvent faire. »

 

Il est convaincu qu'une multitude de projets à l'échelle locale pourrait créer une « masse critique » afin de faire la différence et de déclencher une action gouvernementale et internationale.

 

Les exemples de l'acteur sur la manière dont tout le monde peut changer son mode de vie en faveur d'un monde plus vert ont toutefois laissé l'assemblée perplexe.

 

« Vous pouvez vivre de la même façon, mais avec des technologies plus propres. Vous pouvez avoir tous les jacuzzis que vous voulez, mais installez des panneaux solaires. »

 

La star d'Hollywood a également défendu son intérêt pour les Hummer SUV en déclarant qu'il utilisait de l'éthanol comme carburant.

La Convention des Maires est une initiative européenne réunissant les autorités locales et régionales attachées à l'énergie durable et à l'objectif de réduction des émissions de CO2 sur leur territoire d'au moins 20 % d'ici 2020. Plus de 4 700 signataires se sont engagés à accroître l'efficacité énergétique et la consommation d'énergie renouvelable dans leurs communes. Cet effort concerne 168 millions de citoyens européens.

Institutions de l'UE

ONG

Autres:

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.