Le climat joue les arbitres de la future coalition allemande

Les Verts veulent hâter la sortie du charbon. [Shutterstock]

Les politiques climatique et énergétique pourraient être absolument décisives dans les négociations de la future  coalition gouvernementale en Allemagne.

La victoire en demi-teinte de la chancelière aux élections et la décision du SPD de ne pas entrer dans une coalition gouvernementale avec le CDU/CSU rendent probable la formation d’une alliance dite « Jamaïque », avec les Verts et les libéraux (FDP).

Les politiques climatique et énergétique devraient être des points particulièrement difficiles lors des négociations à venir, étant donné les positions virtuellement incompatibles des deux petits partis. Tout compromis à ce sujet pourrait en effet leur faire perdre le soutien de leurs électeurs.

Impossible compromis 

Christoph Bals, de l’ONG Germanwatch, a ainsi prévenu qu’une coalition Jamaïque constituerait une situation « très risquée » pour les Verts et que si aucun progrès visible n’était obtenu sur le changement climatique, ils le paieraient cher lors des prochaines élections.

Les Verts ont en effet promis de commencer l’élimination progressive des centrales à charbon le plus rapidement possible et de libérer le pays du charbon d’ici 2030. Presque rien n’a été fait à ce sujet durant le dernier mandat d’Angela Merkel

Claudia Kemfert, spécialiste de l’énergie pour l’Institut allemand de recherche économique (DIW), a insisté sur le fait que le nouveau gouvernement devait « inclure la sortie du charbon dans son accord de coalition », sans quoi les engagements climatiques du pays ne pourraient être respectés.

Berlin doit abandonner le charbon d'ici 2035 pour respecter l'Accord de Paris

Si l’Allemagne entend respecter ses engagements vis-à-vis de l’accord de Paris, elle doit commencer à éliminer le charbon de son mix énergétique d’ici 2020, selon une nouvelle étude du WWF. Un article d’EURACTIV Allemagne.

Cependant, ni Claudia Kemfert ni Susanne Dröge, de l’Institut allemand pour les affaires sécuritaires et internationales (SWP) n’estime que l’élimination du charbon soit possible dans une coalition CDU-FDP. Les libéraux s’opposent en effet à des objectifs gouvernementaux par secteur et le CDU n’a pas avancé sur le sujet depuis quatre ans.

Susanne Dröge pense que toute coalition entre les deux partis se contentera de créer une sorte de commission d’experts, afin de « gagner du temps ».

La Fédération allemande de l’énergie renouvelable (BEE) souligne cependant que tous les membres potentiels de la coalition jamaïcaine se sont engagés à respecter l’accord de Paris et encourage le prochain gouvernement fédéral à se concentrer sur des sources d’énergie décarbonées. « Il n’y a pas d’autre option qu’une transition [énergétique] accélérée », insiste l’organisation.

Secteur automobile 

Les souhaits des Verts incluent également l’interdiction de vente des voitures neuves dotées de moteurs à combustion dès 2030, dix ans avant ce qui a été annoncé de manière déjà ambitieuse par la France et le Royaume-Uni. Cette mesure sera encore plus difficile à défendre dans une coalition, étant donné les liens étroits entre l’industrie automobile et le CDU, fidèle partisan de la puissance industrielle nationale.

Une tradition qui ne changera pas, avertit Susanne Dröge, quelle que soit la coalition. Elle estime que, confrontée à la possibilité d’une interdiction des voitures au diesel, de quotas de véhicules électriques et de législation dans les marchés internationaux, principalement la Chine, l’industrie automobile imposera ses propres objectifs volontaires.

La Chine éclipse l’UE en atteignant en avance son objectif solaire pour 2020

La Chine a atteint son objectif 2020 en termes d’énergie solaire bien plus tôt que prévu, avec une capacité de production qui dépasse de loin les 105 GW. L’Europe est appelée à montrer le même niveau d’ambition.

Sabrina Schulz, du groupe de réflexion climatique E3G, est plus optimiste quant au potentiel écologique de la coalition jamaïcaine. Elle estime en effet qu’il s’agira « d’un retour à une action climatique décisive, un projet pour l’élimination du charbon et des moteurs à combustion interne ».

Si les négociations entre les trois forces politiques se passent comme prévu, les Verts pourraient se retrouver dans une position de faiseur de rois. Ils pourraient cependant aussi se retrouver piégés dans une coalition qui leur coûte le soutien de leur base, comme le SPD ces quatre dernières années.