Des eurodéputés se mobilisent pour la campagne pour un carême « végan»

Le souverain pontife a été mis au défi d'adopter un régime végan pendant le carême.

La campagne « Million Dollar Vegan » est prête à offrir un million de dollars au Pape François pour des œuvres de charité si celui-ci adopte un régime végan pendant toute la durée du carême. L’initiative a séduit 40 eurodéputés.

Le pape pourrait permettre à une association caritative de son choix de remporter un million de dollars s’il relève le défi d’adopter un régime alimentaire sans produits d’origine animale pendant la période du carême.

Une pétition en ligne comptant déjà près de 80 000 signataires a été lancée par la campagne Million Dollar Vegan (soutenue par la Blue Horizon International Foundation) et la militante végan de 12 ans Genesis Butler. Cette initiative originale vise à sensibiliser les dirigeants et la population mondiale à l’importance de l’alimentation dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Sur son site internet, Million Dollar Vegan définit son choix de lancer ce défi au pape comme une « évidence », celui-ci étant « déjà conscient du sérieux et de l’urgence de la tâche qui nous attend ». Le souverain pontife avait consacré son encyclique de 2015 « Laudato Si’ : le souci de la maison commune » à l’écologie humaine et à l’importance de la sauvegarde de l’environnement.

La baisse de la consommation de viande est une tendance de fond

Coïncidence. Au moment où les ondes sont saturées de débats sur le bien-être animal, les Français continuent de réduire leur demande de produits carnés, révèle une étude du Crédoc. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

La liste des signataires comprend une quarantaine d’eurodéputés qui ont exprimé leur soutien à la campagne dans une déclaration commune. Ceux-ci ont rappelé l’impact conséquent de l’élevage, qui représente 14,5 % de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre, et ont indiqué que si l’ensemble de la population mondiale s’abstenait de produits d’origine animale pendant les 40 jours du carême, ce serait comme si l’Allemagne n’émettait pas de gaz à effet de serre pendant une année.

Selon la signataire et eurodéputée Tilly Metz (les verts/Alliance libre européenne), « La transition vers une alimentation plus végétale est un élément clé dans la résolution d’un grand nombre de problèmes cruciaux de notre époque […] Souvent, les traditions, les idées reçues, ou tout simplement l’habitude, empêchent les gens d’entreprendre des changements dans ce domaine. »

Dans la tradition chrétienne, le carême est une période 40 jours de jeûne et d’abstinence pendant laquelle les croyants sont invités à diminuer leur consommation de certains produits et à se recentrer sur la spiritualité. L’eurodéputée luxembourgeoise a toutefois indiqué que l’initiative allait « au-delà de la communauté catholique », et que cette action serait bénéfique à l’intérêt général de la planète et de ses habitants.

Face à l’urgence climatique, les initiatives promouvant une alimentation pauvre en produits d’origine animale se multiplient. En janvier 2019, le chercheur grenoblois Laurent Bègue a lancé les « lundis verts », invitant les français à remplacer les produits d’origine animale le premier jour de la semaine. Deux mois plus tard, une enquête a révélé que sur les 51,1% des répondants qui avaient entendu parler de l’initiative, près de la moitié avait l’intention d’y participer.

Moins de viande: une vraie bonne recette pour le climat

La consommation de produits alimentaires est à l’origine de 28 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre anthropiques. Des émissions majoritairement imputables à l’élevage, explique notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Laurent Bègue voit également une potentielle solution dans une taxation progressive de la viande, « Au regard des conséquences environnementales de la production de viande, il serait logique que celle-ci ne soit pas subventionnée par la PAC et que des taxes soient appliquées aux gros producteurs industriels », a-t-il indiqué.

Tilly Metz a également indiqué que la Commission européenne a un rôle à jouer pour faciliter la transition écologique alimentaire. Selon l’eurodéputée, l’exécutif européen pourrait donner de meilleures indications aux citoyens concernant les produits végétaux via un « étiquetage adéquat et homogénéisé ». « L’Union européenne et ses membres se sont donné des objectifs climatiques ambitieux […] ces objectifs ne peuvent pas être atteints si nous ne changeons pas notre alimentation, vers davantage de produits végétaux. », a-t-elle conclu.

Sauver la planète passe par notre assiette

L’alimentation est le meilleur levier pour améliorer la santé humaine et la durabilité de l’environnement, selon un groupe de scientifiques, qui estime qu’un bon régime alimentaire pourrait réduire de 20% la mortalité adulte dans le monde.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.