La justice européenne vient au secours de la forêt de Białowieża

Une vache domestiquée s’est récemment échappée d’une ferme et s’est mise à suivre un troupeau de bisons. [Rafał Kowalczyk]

La CJUE a confirmé que l’abattage de la forêt primaire en Pologne allait à l’encontre de la législation européenne, ouvrant la voie à des sanctions contre Varsovie.

La Pologne n’a pas mis en œuvre les mesures nécessaires à la protection de la forêt de Białowieża et doit être sanctionnée.

Les conclusions de l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE), Yves Bot devraient mener la justice européenne à sanctionner Varsovie, les jugements définitifs différant rarement des conclusions préliminaires. La décision finale sera prise dans le courant de l’année.

Selon la Pologne, les abattages dans la  forêt de Białowieża, l’une plus grandes zones de forêt primaire en Europe, sont nécessaires pour lutter contre une invasion d’insectes xylophages, une espèce envahissante qui prolifère dans des zones riches en bois mort. Yves Bot soutient cependant que cette excuse n’est pas « justifiée » et rejette également les arguments selon lesquels les abattages de bois de la région sont nécessaires pour assurer la sécurité dans la forêt.

La CJUE ordonne à Varsovie de cesser les abattages dans la forêt de Białowieża

Saisie par la Commission, la Cour de justice de l’UE a ordonné à la Pologne de suspendre les abattages d’arbres dans la forêt de Białowieża, un site naturel protégé. Varsovie soutient cependant que les abattages permettent d’entretenir la forêt.

L’avocat général prévient également que les activités d’exploitation forestière constituent « une menace potentielle pour la conservation des milieux protégés » et pour l’accouplement des espèces protégées. La forêt de Białowieża accueille notamment le bison européen, le plus grand mammifère terrestre du continent.

La forêt est protégée par l’initiative européenne Natura 2000 et, à ce titre, les autorités nationales doivent se conformer à des règles strictes. Selon les conclusions de l’avocat général, la Pologne n’aurait pas respecté certains critères de l’initiative, tels que des évaluations des répercussions environnementales,  qui lui auraient permis de continuer légalement l’abattage d’arbres centenaires.

Yves Bot reconnait qu’un « équilibre » doit être trouvé entre la gestion passive et active des zones protégées de ce type, mais ajoute que le principe de précaution de la directive habitats a été négligé, en particulier pour le cas de l’excuse polonaise d’une invasion d’insectes xylophages.

En juillet, la CJUE a ordonné à Varsovie la cessation immédiate de l’exploitation forestière dans la forêt primaire après que la Commission européenne ait déposé un recours en manquement au droit européen auprès de la Cour le 13 juillet. Selon les activistes écologiques, les autorités polonaises n’ont cependant pas respecté cette ordonnance.

ClientEarth, le groupe de justice environnementale, salue la décision. « Nous espérons que le ministre Kowalczyk [le ministre de l’environnement polonais] mettra fin à la politique de destruction de son prédécesseur et accordera le statut de parc national à l’intégralité de la forêt de Białowieża. C’est la seule façon de la protéger convenablement et pour de bon des abattages préjudiciables », a déclaré Agata Szafraniuk, une avocate de l’ONG.

La forêt de Białowieża est l’une des dernières zones de forêt primaire en Europe et est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle chevauche la frontière entre la Pologne et la Biélorussie et jouit d’une protection relative dans les deux pays.

Varsovie vient vanter ses performances économiques à Bruxelles

Face aux tensions avec l’UE, deux ministres polonais en visite à Bruxelles ont mis l’accent sur la prospérité de l’économie polonaise et sur le soutien élevé dont bénéficie le gouvernement conservateur.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.