Sommet européen : y a-t-il une place pour le climat ?

Jeudi (10 décembre), les leaders du bloc s’entretiendront lors du sommet européen. Parmi les sujets prévus, il se pourrait que le budget de l’UE et le Brexit soient plus largement abordés, au détriment du climat. [Shutterstock / Edinburghcitymom]

Cet article fait partie de l'édition spéciale Vers une trajectoire 1,5 °C ?.

Jeudi (10 décembre), les chefs d’état et de gouvernement du bloc s’entretiendront à l’occasion du sommet européen. Parmi les sujets à l’ordre du jour, il se pourrait que le budget de l’UE et le Brexit soient plus largement abordés, au détriment du climat. Un article d’Euractiv Allemagne.

Afin d’atteindre les objectifs climatiques du bloc, autrement dit ceux fixés dans l’accord de Paris il y a cinq ans, la Commission européenne a annoncé vouloir porter la réduction des émissions de gaz à effet de serre à 55 % d’ici à 2030, au lieu des 40 % initialement prévus, par rapport au niveau de 1990. Le Parlement européen s’était quant à lui prononcé en faveur d’une réduction à 60 %. Désormais, il incombe au Conseil d’accorder ses violons.

Le 12 décembre, date anniversaire de l’accord de Paris, se tiendra le sommet « Ambition climat », quelques jours après le sommet européen. Étant donné qu’aucune conférence sur le climat n’a été organisée par les Nations Unies cette année en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, de nombreux États dévoileront leurs objectifs climatiques mis à jour à cette occasion. C’est pourquoi l’approbation du Conseil est au centre de l’attention. L’UE et ses États membres ont un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre le changement climatique, car les nations industrielles développées comptent parmi les plus gros émetteurs de CO2.

Le climat, laissé sur le banc de touche ?

Avant même que le sommet ne commence, plusieurs acteurs craignent que l’accord sur les objectifs climatiques ne reçoive que peu d’attention en raison des autres points à l’ordre du jour. « Le climat n’est, de loin, pas le seul sujet qui sera abordé cette semaine. Le Brexit et l’État de droit pourraient influencer les débats », s’inquiète Manon Dafour du groupe de réflexion bruxellois E3G. « Il en va du rôle de leader de l’UE et de sa capacité de concurrence. Il serait mal vu que le bloc ne s’accorde pas sur de nouveaux objectifs climatiques ».

"Nous avons fait beaucoup de progrès dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris"

Cinq ans après la signature de l’Accord de Paris, son rulebook n’est pas encore finalisé. Dans un entretien exclusif à Euractiv France, Paul Watkinson, revient sur ces points toujours en suspens.

Délaisser le climat lors des discussions serait « complètement irresponsable », a soutenu Franziska Brantner, porte-parole des Verts allemands chargée de la politique européenne. « L’UE devrait faire part cette année de ses objectifs climatiques pris dans le cadre de l’accord de Paris », a-t-elle renchéri. Il est nécessaire que le bloc s’aligne sur un objectif d’au moins 55 % pour asseoir sa position sur la scène internationale. Si les pourparlers échouent ces deux prochains jours, il existe encore une possibilité de parvenir à s’accorder, d’après Mme Brantner. « Les ministres de l’Environnement pourraient parvenir à une décision lors de leur réunion le 17 décembre. Dans ce cas, la majorité qualifiée serait également nécessaire. L’UE ne peut plus se permettre de délai supplémentaire, la crise climatique n’attend pas ».

Des mesures concrètes

Certaines associations de protection de l’environnement en Allemagne appellent à des ambitions climatiques fondamentalement ambitieuses de la part de l’UE et de l’Allemagne, en raison de sa présidence tournante au Conseil de l’UE. Kai Niebert, président de la fédération environnementale Deutscher Naturschutzring, invite donc la chancelière Angela Merkel a utilisé son rôle de médiatrice lors du sommet pour stimuler les démarches liées aux objectifs climatiques.

Parquet européen, justice environnementale : les députés abordent ces chantiers

Nouveau parquet européen, renforcement de la justice pénale spécialisée, en particulier pour les atteintes environnementales : l’Assemblée nationale a entamé mardi (8 décembre) l’examen d’un projet de loi répondant à des « engagements forts de ce quinquennat », selon le garde des Sceaux.

Viviane Raddatz, du WWF, exhorte l’UE à revoir son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre à la hausse, car 55 % ne suffisent pas. De plus, elle craint que les dirigeants du bloc reviennent sur leur volonté d’atteindre le zéro net. Autrement dit, que les émissions ne soient pas directement réduites, mais seulement suffisamment pour être équilibrées par les mécanismes de compensation. Sascha Müller-Kraenner, de la Deutsche Umwelthilfe, souhaite que l’Allemagne prenne des mesures concrètes dans la lutte contre le changement climatique. Des limitations de vitesse générales sur les autoroutes et une élimination progressive du moteur à combustion dans l’industrie automobile seraient la conséquence logique des objectifs climatiques de l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe