La gauche radicale réclame une commission «urgence climatique» au Parlement européen

[Photo: EPA-EFE/LAVANDEIRA JR]

Le groupe de la gauche au Parlement européen a proposé de mettre en place une commission parlementaire spéciale pour l’urgence climatique.

La gauche (GUE/NGL) a proposé de mettre en place une nouvelle commission qui serait un groupe de travail spécial, comme ceux mis en place par le passé pour enquêter sur le scandale financier des Luxleaks ou sur le Dieselgate et sa fraude aux émissions.

Le changement climatique est actuellement un portefeuille de la commission environnement (ENVI) mais le groupe de 69 membres s’occupe aussi des déchets plastiques et chimiques, de la prévention des maladies et de la sécurité alimentaire.

D’autres commissions, comme celle de l’énergie et de l’industrie (ITRE), du transport (TRAN) et de l’agriculture (AGRI) traitent aussi de politiques climatiques sous différents angles. Le groupe de la gauche veut donc dédier une commission à ce sujet pour recentrer les efforts.

L’eurodéputée espagnole Sira Rego, la candidate du groupe pour la présidence du Parlement, a déclaré aux journalistes : « nous voulons qu’un de nos premières initiatives […] soit centrée sur la crise écologique et sociale. »

« Nous proposerons à la conférence des présidents de créer une commission spéciale sur l’urgence climatique », a-t-elle ajouté. « C’est une sujet central qui doit être à l’ordre du jour. »

Le groupe GUE/NGL est déjà en contact avec d’autres groupes politiques qui pourraient soutenir le projet. « Il devrait y avoir un niveau maximal de consensus. »

Même si la proposition n’obtient pas une majorité suffisante au sein de la conférence des présidents, le groupe proposera un vote sur la mise en place d’une commission « de bon sens » lors de la première séance du nouveau parlement la semaine prochaine.

« Nous continuerons d’insister sur cela car nous pensons que c’est un élément central et que s’il y a un moyen de contrôler la situation et de faire des propositions politiques, nous lutterons pour cela. C’est notre engagement », a souligné Sira Rego, tout en ajoutant qu’elle était très optimiste de ses chances de succès.

Sur le papier, l’idée devrait obtenir un large soutien puisque la plupart des groupes politiques mettent l’écologie en bonne place dans leur programme pour les cinq prochaines années. Quiconque décide de s’opposer à ce projet « devra donc expliquer pourquoi », prévient l’Espagnole.

Frans Timmermans est-il vraiment écolo ?

Le Spitzenkandidat des socialistes aux élections européennes a promis de se faire le chantre d’une Europe durable s’il devient président de la prochaine Commission européenne. Mais à quel point le Néerlandais est-il crédible ?

Elle défend aussi la nécessité de construire des alliances avec d’autres groupes face à cette urgence climatique et conclut que « sauver la planète devrait être une question de bon sens, même pour les forces conservatrices. »

Pour Greenpeace UE, le prochain Parlement ne peut pas « juste s’en remettre à la Commission » et la commission sur l’urgence climatique devrait fournir chaque année des recommandations sur la réduction des émissions.

« Cette commission pourrait vraiment être utile », a déclaré le directeur Europe du Réseau action climat, Wendel Trio, qui estime toutefois qu’elle ne pourra fonctionner que « si elle possède un mandat solide pour avoir son mot à dire sur toutes les législations ayant un impact sur le changement climatique », comme la fiscalité, l’agriculture, le commerce.

L’ajout d’une nouvelle commission pourrait en effet vouloir dire de nouvelles guerres de clans comme celle qui s’est déclenchée entre les commissions environnement et énergie du Parlement en début d’année quand toutes deux soutenaient que la résolution sur le projet climat de la Commission relevait de leurs compétences.

La commission urgence climatique devra donc avoir une série précise de responsabilités.

La stratégie climat 2050 menacée par des rivalités au Parlement européen

Une dispute entre deux commissions parlementaires, qui ont chacune établi un rapport, menace le débat sur la stratégie climatique pour 2050.

Un pas dans la bonne direction

L’UE est en effet bloquée dans des négociations sur la stratégie de la Commission européenne pour devenir neutre en carbone d’ici à 2050. Lors du dernier Conseil européen, les dirigeants ne sont pas parvenus à se mettre d’accord mais un accord devrait être trouvé d’ici à la fin de l’année ou début 2020.

Selon une source haut placée à la Commission, la mise en place d’une commission dédiée à cet objectif serait un pas dans la bonne direction mais lui donner le nom d’« urgence climatique » serait trop alarmiste.

L’exécutif européen actuel est fier de son héritage climatique et compte parmi ses accomplissements la signature de l’Accord de Paris, un vaste ensemble de lois sur les énergies propres pour 2030 et le projet de stratégie à long terme pour 2050.

De plus en plus de pays, dont le Canada, la France, l’Irlande et le Royaume-Uni, ont décidé de déclarer des urgences climatiques cette année. La ville de New York a fait de même jeudi (27 juin).

Toutefois, la valeur réelle de la déclaration d’une telle situation d’urgence a été remise en question, puisque ces quatre pays subventionnent encore les combustibles fossiles à hauteur de plus de 23 milliards d’euros.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.