Comment les ministres européens de l’Environnement envisagent-ils la COP26 ?

Le ministre slovène de l’Environnement Andrej Vizjak, dont le pays occupe actuellement la présidence du Conseil de l’UE, a déclaré que les discussions amorcées mardi (20 juillet) avaient pour but d’analyser les progrès accomplis et à accomplir en vue de la conférence organisée à Glasgow en novembre 2021. [EPA-EFE/TOMI LOMBAR]

Lors d’une session informelle au domaine de Brdo pri Kranju, les ministres européens de l’Environnement se sont entretenus sur la Conférence de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques (COP26). Décryptage.

Le ministre slovène de l’Environnement Andrej Vizjak, dont le pays occupe actuellement la présidence du Conseil de l’UE, a déclaré que les discussions amorcées mardi (20 juillet) avaient pour but d’analyser les progrès accomplis et à accomplir en vue de la conférence organisée à Glasgow en novembre 2021.

S’adressant aux journalistes à la suite de la session de l’après-midi, M. Vizjak a mis en évidence les quatre objectifs phares de la COP26 afin de faire évoluer les négociations à l’échelle internationale sur les questions climatiques : atténuation, adaptation, financement et coopération.

Si le paquet climat « Fit for 55 » – abordé par les ministres au fil de la matinée – revêt d’une importance particulière, les progrès à effectuer dans les pourparlers internationaux revêtissent d’une importance capitale, a renchéri le responsable slovène.

« Les projecteurs du sérail politique seront sans aucun doute braqués sur les objectifs mondiaux relatifs à l’atténuation des changements climatiques ; sur les engagements de financement ; et sur les mesures pour stimuler l’adaptation au réchauffement climatique. »

En outre, le ministre slovène a saisi l’occasion de la réunion pour souligner le rôle prépondérant de l’UE dans ces enjeux, tout en garantissant que le bloc ferait « tout son possible » pour parvenir à des résultats concrets lors de la COP26.

« Nous sommes tous d’accord sur deux points. Tout d’abord, le règlement de l’accord de Paris sur le climat doit être finalisé. Ensuite, il convient d’entamer des discussions sur les engagements financiers au-delà de 2025 », a-t-il expliqué, appelant à étoffer les objectifs à tous les niveaux. D’ici à la COP26, tous les évènements internationaux devraient être en mesure de préparer et stimuler les partenaires mondiaux de l’UE à l’engagement climatique.

Climat : reprise de négociations "cruciales", après la relance politique

Ces discussions, qui ne doivent pas déboucher sur des décisions fermes, sont les premières depuis l’échec de la COP25 de Madrid fin 2019.

Parmi ces évènements figure la réunion du G20 à Naples ce jeudi (22 juillet). Dans ce contexte, M. Vizjak a appelé les pays à honorer leurs obligations morales en prenant des mesures pour maintenir l’objectif visant à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

« Tous ces évènements constituent une plateforme adéquate pour que les parties à l’accord puissent échanger leurs points de vue, tant sur le plan politique que sur le plan scientifique. Nous devons donc faire de notre mieux pour saisir cette opportunité et garantir les meilleurs résultats possible lors de la COP26 », a-t-il poursuivi.

De son côté, le président de la COP26 Alok Sharma – également présent lors de la session informelle – a déclaré que le sommet de Glasgow était un moment clé pour le monde entier. « Nous devrons prouver que nous sommes parés pour surmonter ce défi et que nous sommes sur la bonne voie afin de maintenir la hausse moyenne des températures à 1,5 degré Celsius », a-t-il ajouté.

D’après lui, l’UE jouera un rôle primordial pour atteindre cet objectif, et ce, grâce à ses compétences en matière de diplomatie. Dans ce cadre, le politique britannique a salué la Slovénie pour avoir publié une stratégie à long terme dans laquelle le pays s’engage à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050.

Par ailleurs, M. Sharma a exhorté les pays donateurs lors du débat d’aujourd’hui (22 juillet) à augmenter leurs engagements financiers dans la lutte contre le changement climatique d’ici à 2025. Il souhaite ainsi que les pays développés esquissent un plan précis en vue de la COP26 sur la façon dont ils prévoient de mobiliser 100 milliards de dollars par an à l’intention des pays en voie de développement pour affronter les enjeux climatiques. Affaire à suivre.

Biodiversité : l’UE veut « renforcer » le texte négocié pour la COP15

L’UE a salué mercredi (21 juillet) le texte préparé en vue des négociations de la COP15 sur la biodiversité, prévues pour se prolonger en 2022, tout en appelant à « renforcer » certains de ses objectifs.

Subscribe to our newsletters

Subscribe