Haut Conseil pour le Climat : les efforts de la France toujours « insuffisants »

En 2019, les émissions de gaz à effet de serre ont baissé un peu plus qu’anticipé : 1,9% au lieu de 1,7%. Mais pour les experts du HCC, pas de quoi se réjouir : « Le rythme de baisse des émissions s’est accentué en 2019, mais doit encore pratiquement doubler d’ici 2021 pour s’aligner avec les objectifs climatiques ». [Roschetzky Photography/Shutterstock]

Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) a remis mardi (29 juin) son troisième bilan annuel au gouvernement. Si l’on observe une tendance à la baisse des émissions de gaz à effet de serre, de nombreux efforts restent encore à fournir. 

En 2019, les émissions de gaz à effet de serre ont baissé légèrement plus qu’anticipé : 1,9% au lieu de 1,7%. Mais pour les experts du HCC, pas de quoi se réjouir : « Le rythme de baisse des émissions s’est accentué en 2019, mais doit encore pratiquement doubler d’ici 2021 pour s’aligner avec les objectifs climatiques », peut-on lire dans le rapport.

Le gouvernement le reconnaît, « il faudra aller plus loin, plus vite. Il va falloir doubler le rythme de baisse des émissions : 3% de baisse d’émission par an pour atteindre les objectifs de 2030 », déclare Matignon. 3 %, c’est le minimum si la France veut atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés dans sa Stratégie nationale bas-carbone, visant la neutralité carbone du pays en 2050.

Les bons et les mauvais élèves

D’après le rapport, trois secteurs tirent leur épingle du jeu : le bâtiment, l’industrie, et la transformation d’énergie ont fait des « progrès » en termes de réductions des émissions de gaz à effet de serre. Au ministère de la Transition écologique, on félicite les bons élèves, mettant en avant la rénovation énergétique des bâtiments : le dispositif MaPrimeRénov’ a « très largement bénéficié aux ménages modestes (23%) et très modestes (58%). Le niveau est bon, il faut maintenir l’effort. » 

A l’inverse, carton rouge pour le secteur des transports (31% des émissions de gaz à effet de serre de la France), dont les émissions « stagnent de façon préoccupante ». « On est à la veille d’un changement structurel. En 2020, la vente de véhicules neufs électriques représente 11%. La bascule vers l’électrique s’accélère. Nous faisons en sorte que cette tendance s’accélère », explique Matignon.  

Côté agriculture bien, mais peut mieux faire : « le secteur agricole, porté par une faible ambition, voit ses émissions diminuer lentement », constate le rapport. 

Le Sénat vote la loi Climat sous le feu des critiques du gouvernement

« Tout ce qui a un impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre a été décalé dans le temps par les sénateurs », déclare le ministère de la Transition écologique.

Objectifs européens : « le gros chantier de l’été »

Aux ambitions nationales s’ajoutent les futurs objectifs climatiques de l’UE. Le 14 juillet prochain, dans le cadre du paquet « Fit For 55 », la Commission européenne devrait annoncer vouloir passer à 38 % minimum d’énergies renouvelables en Europe, demandant un effort collectif supplémentaire aux 27. « Le rehaussement de l’objectif de l’Union européenne de réduction des émissions d’ici 2030 à -55% entrainera une hausse de l’ambition pour la France », alerte le HCC. 

Si certaines mesures participent à la réussite des objectifs nationaux et européens, la France devra aller plus loin : « Les mécanismes de marché et le prix du carbone ne seront pas suffisants et ne dispenseront pas de renforcer les politiques publiques nationales », précise le rapport. 

Ce sera « le gros chantier de l’été », affirme-t-on au gouvernement. « La France va relever ses ambitions. Des travaux vont être réalisés cet été pour présenter des mesures à la rentrée ».

Pour accélérer la transition bas-carbone de la France, les experts du HCC préconisent de « pérenniser les investissements décarbonés du Plan de relance pourrait accélérer des changements structurels et créer les filières et emplois associés sur le long-terme ».

Le HCC recommande également de « clarifier des politiques publiques encore peu lisibles » et d’ « intégrer systématiquement l’adaptation au changement climatique dans les politiques aux échelons nationaux et territoriaux ». 

Réponse de Matignon : « La plupart des outils pour atteindre l’objectif des – 40% en 2030 sont sur la table, la mise en œuvre est encore incertaine pour un certain nombre de cas. Elle dépendra de la bonne transition des secteurs et du maintien de l’effort financier dans le temps ». 

Le spectre des Gilets Jaunes plane sur la réforme du marché européen du carbone

L’eurodéputé Pascal Canfin (Renew Europe) a exprimé ses craintes sur l’extension du marché du carbone aux secteurs du transport et des bâtiments lors d’une conférence organisée par EURACTIV ce vendredi matin (25 juin). L’eurodéputé dénonce une mesure « politiquement et climatiquement suicidaire ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe