La justice britannique rejette le projet d’extension de l’aéroport d’Heathrow

[Photo: Tom Eversley / Shutterstock]

Un tribunal d’appel britannique a jugé que la proposition d’agrandissement de l’aéroport d’Heathrow était illégale. Une décision  liée aux engagements climatiques du gouvernement britannique, dont l’Accord de Paris, qui pourrait faire tâche d’huile.

Le projet d’agrandissement d’Heathrow, avec une troisième piste, aurait attiré plus de 700 avions supplémentaires par jour dans cet aéroport le plus fréquenté d’Europe avec actuellement 80 millions de passagers chaque jour. Un tribunal britannique en a pourtant décidé autrement le 27 février.

C’est l’association Plan B qui avait introduit un recours contre la décision du gouvernement de 2018 de soutenir la mise en place d’une troisième piste. C’est aussi la première fois qu’un tribunal prend l’accord de Paris en compte dans son jugement. Le verdict pourrait donc déclencher d’autres actions en justice tant au Royaume-Uni qu’ailleurs dans le monde.

« L’accord de Paris aurait dû être pris en compte par le secrétaire d’État. La déclaration de planification nationale n’a pas été produite comme l’exige la loi », a déclaré Lord Justice Lindblom, de la Cour d’appels, avant d’ajouter que le gouvernement avait consulté le verdict en avance mais n’avait pas choisi de faire appel à la Cour suprême.

Comment l’Europe applique-t-elle l’Accord de Paris?

L’Europe est l’une des forces motrices derrière la volonté de faire de l’accord de Paris une réalité. Mais que fait réellement Bruxelles pour maintenir la température mondiale « bien en-dessous des 2°C » ?

Peu après l’annonce publique de la décision, le ministre des Transports, Grant Schapps, a twitté que « l’extension de l’aéroport [était] essentielle pour stimuler la connectivité mondiale. Nous prenons aussi sérieusement à cœur notre engagement envers l’environnement. »

« Ce gouvernement ne fera pas appel à la décision d’aujourd’hui puisque notre programme indique clairement que tout agrandissement d’Heathrow sera dirigé par l’industrie. »

Lorsqu’il était maire de Londres, Boris Johnson, maintenant Premier ministre, s’opposait à cette extension et promettait même de « s’allonger devant les bulldozers pour stopper la construction ». Reste à savoir si le gouvernement décidera d’enterrer le projet ou de revoir sa copie.

« C’est l’occasion pour Boris Johnson de mettre le projet d’agrandissement d’Heathtow au rancard et de se concentrer sur l’événement diplomatique le plus important de son mandat, le sommet de l’ONU sur le climat à Glasgow en novembre », a déclaré Lord Randall, ancien député conservateur et conseiller du gouvernement pour le climat.

Pour le maire de Londres, Sadiq Khan, « le verdict d’aujourd’hui est une victoire majeure pour tous les Londoniens qui font de l’urgence climatique et d’un air propre une de leurs priorités. »

L’aéroport a quant à lui déjà annoncé qu’il ferait appel, ajoutant dans un communiqué qu’il était « prêt à collaborer avec le gouvernement pour résoudre le problème soulevé par le tribunal ».

Le communiqué ajoute que Heathrow « a pris les devants pour que le secteur de l’aviation britannique s’engage à un projet d’émissions nettes zéro d’ici à 2050, conformément à l’accord de Paris », et que cette extension est nécessaire pour concrétiser les ambitions de Boris Johnson pour une « Global Britain ».

Quand l’aviation européenne fait des économies sur le dos du climat

Les compagnies aériennes européennes font souvent décoller leurs avions avec le plein de carburant. Cela réduit les coûts opérationnels, au détriment du climat. Un article de notre partenaire le Journal de l’environnement.

« Le rejet de la Cour est une mauvaise nouvelle pour toutes les entreprises et les investisseurs dans l’économie du carbone, qui devront désormais prendre en compte les risques croissants des contestations judiciaires, mais c’est une excellente nouvelle pour la planète », a assuré Tim Crosland, de Plan B.

Selon le bilan économique de la Commission européenne du mercredi 26 février, qui inclut encore le Royaume-Uni à cause de la période de transition du Brexit, « l’utilisation des réseaux routier, ferroviaire et aérien du Royaume-Uni atteint sa capacité maximale, ce qui contribue à la congestion, aux problèmes de fiabilité des chemins de fer et à la pollution de l’air ».

Le rapport ajoute que « l’investissement du secteur public dans les transports a augmenté », mais qu’il faudra du temps pour faire face aux « effets de plusieurs dizaines d’années de sous-investissement dans l’infrastructure ». Le document avertit également que les grands projets ferroviaires ont pris du retard et ont dépassé le budget.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.