La Cour de justice de l’Union européenne ordonne à la Pologne d’arrêter l’exploitation du lignite

Selon la République tchèque, l'exploitation minière met en danger la qualité de l'eau dans ses régions frontalières. Polska Grupa Energetyczna, l'exploitant de la mine, a affirmé que sa fermeture pourrait entraîner l'effondrement du système électrique national. [Lukasz Barzowski/Shutterstock]

La Cour de justice de l’Union européenne a ordonné à la Pologne d’arrêter immédiatement l’exploitation du lignite dans la mine de Turów, vendredi (21 mai), ce qui a amené les représentants du parti PiS à critiquer l’arrêt.

Lundi, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a annoncé que le gouvernement polonais « va certainement non seulement entamer des négociations avec la partie tchèque, mais aussi présenter de nouveaux arguments à la Cour de justice de l’Union européenne ». 

M. Morawiecki a déclaré que « la décision de la CJUE est dangereuse tant du point de vue des menaces potentielles pour l’environnement, car elle peut même menacer d’une catastrophe environnementale, que pour la sécurité énergétique de la Pologne et pour assurer du travail à 5 000 personnes ».

Il a souligné que « nos voisins tchèques et parfois allemands sont dérangés par cette mine », et « de l’autre côté de la frontière, en République tchèque et aussi du côté allemand, il y a des mines et des centrales qui fonctionnent, se portent bien et ne dérangent personne ».

Pologne : accord avec les syndicats pour fermer toutes les mines de charbon d’ici 2049

Le gouvernement et les syndicats polonais sont parvenus mercredi (28 avril) à un accord préliminaire sur la fermeture d’ici 2049 de toutes les mines de charbon dans le pays.

Le chef du gouvernement a annoncé qu’au cours du sommet du Conseil européen qui a débuté lundi, il s’entretiendra sur le sujet avec le Premier ministre tchèque Andrej Babiš. Le ministre tchèque de l’environnement, Richard Brabec, a déclaré lundi qu’il regrettait que la Pologne n’ait pas pris au sérieux les demandes tchèques par le passé et que l’affaire ait dû atteindre la Cour de justice de l’UE.

« Nous n’avons jamais reçu de garanties écrites claires de la part de la Pologne sur la manière de compenser les effets négatifs fondamentaux que cela entraîne pour les citoyens tchèques », a déclaré M. Brabec. Il a ajouté que le gouvernement tchèque ne veut pas nuire à la Pologne, mais défend les intérêts des citoyens tchèques. Selon la République tchèque, l’exploitation minière met en danger la qualité de l’eau dans ses régions frontalières.

Polska Grupa Energetyczna, l’exploitant de la mine, a affirmé que sa fermeture pourrait entraîner l’effondrement du système électrique national. En revanche, l’extension de la production – selon PGE – signifie une augmentation de la sécurité énergétique de l’État. La partie polonaise affirme également que même si le Tribunal accepte les arguments soulevés par la partie tchèque, cela ne signifie pas que l’exploitation de la mine devra cesser.

Si la Pologne ne se conforme pas à la décision du tribunal, elle risque des sanctions financières.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer