La déforestation repart de plus belle en Amazonie

L'Amazonie soumise à forte pression. [Shutterstock]

La déforestation atteint des records en Amazonie, révèle de nouvelles données de l’Institut de recherches spatiales brésilien (INPE). Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Alors que la COP25 s’est achevée à Madrid, sans avancée significative, les nouvelles d’Amazonie, frappée par d’importants incendies durant l’été, sont des plus mauvaises : selon l’INPE, la déforestation a atteint 8 974,31 km² entre janvier et novembre, soit 83,9 % de plus que sur la même période en 2018 (4 878,7 km²).

Les grandes entreprises font l'autruche sur la déforestation

Près de trois entreprises sur quatre ayant une empreinte écologique considérable sur les forêts n’ont pas communiqué de données concernant leur impact sur la déforestation mondiale en 2018.

Sur la période d’un an allant d’août 2018 à juillet 2019, la forêt amazonienne a même perdu 10 100 km², contre 7 033 km² un an auparavant. C’est la première fois depuis 2008 que la déforestation dépasse le seuil de 10 000 km². De plus, cette hausse de la déforestation en un an (+43 %) est encore plus forte dans les territoires indigènes, où elle atteint 74,5 %.

Autre mauvaise nouvelle pour le climat, les gigantesques incendies qui ont frappé l’Australie depuis août ont émis 250 millions de tonnes de CO2. Ce qui équivaut à presque la moitié des émissions totales émises par le pays en 2018, qui s’élevaient à 535 millions de tonnes de CO2, révèle le Guardian Australia vendredi 13 décembre.

Les effets climatiques sous-estimés de la déforestation tropicale

Une étude publiée dans Science Advances révèle que les émissions liées à la destruction des forêts tropicales encore intactes sont six fois plus élevées qu’on ne l’estime actuellement  Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.