La forêt européenne a drastiquement rétréci au cours des dernières années

Une exploitation forestière de pins près de Glencoe, dans les Highlands de l'Écosse. [Shutterstock]

Selon un rapport du Centre commun de recherche (JRC), l’Europe a perdu de nombreux hectares de forêts ces dernières années. En cause, la déforestation, qui réduit la capacité d’absorption du carbone du continent et accélère le changement climatique.

L’étude, menée par le JRC et publiée dans la revue Nature, a analysé une série de données satellitaires. Elle rappelle qu’environ 38 % des zones forestières de l’Union européenne sont exploitées par l’industrie du bois.

Les auteurs du rapport reconnaissent par conséquent que l’abattage des arbres constitue une activité habituelle dans ce domaine, mais ils soulignent qu’entre 2016 et 2018, l’« exploitation des zones forestières » a augmenté de 69 %. En comparaison, entre 2011 et 2015, ce chiffre s’élevait à 49 %.

L’aggravation du problème de la déforestation pourrait contrecarrer la stratégie de lutte contre le changement climatique des autorités communautaires, qui vise notamment à protéger les forêts au cours des prochaines années, préviennent les experts dans leur étude.

En Roumanie, le Don Quichotte de la forêt lutte contre l’abattage illégal

Les forêts roumaines, qui comptent parmi les plus vastes et les plus anciennes d’Europe, sont gravement menacées par l’exploitation illégale massive. Tiberiu Bosutar, un villageois du nord du pays, lutte sans relâche en traquant les mafieux du bois. Un article d’Euroefe.

Les forêts européennes, de véritables « gouffres à carbone », éliminent environ 10 % du total des gaz à effet de serre émis au sein de l’UE, précisent-ils.

C’est pourquoi l’exploitation croissante des forêts représente une gageure pour le maintien de l’équilibre existant entre la demande en bois et la nécessité de préserver ces écosystèmes clés pour l’environnement.

Le principal auteur du rapport, Guido Ceccherini, a examiné avec ses collègues des données satellitaires à petite échelle, afin d’évaluer les changements qu’ont connus les bois et les forêts de 26 États membres entre 2004 et 2018.

Les scientifiques ont observé que le « rythme d’exploitation » se maintenait entre 2004 et 2015, pour ensuite s’accélérer brusquement entre 2016 et 2018 — notamment dans les pays dont l’économie dépend en partie d’activités liées aux forêts (comme la bioénergie ou l’industrie papetière).

La plus importante accélération de la déforestation, entre 2016 et 2018, a été enregistrée en Suède et en Finlande. C’est dans ces deux pays que l’on enregistre plus de 50 % de l’augmentation du déboisement en Europe.

Viennent ensuite l’Espagne, la Pologne, la France, la Lettonie, le Portugal et l’Estonie, qui totalisent à eux six à 30 % de la hausse, indique l’étude.

Les experts suggèrent de prendre en compte cette augmentation de l’abattage des arbres, et donc des émissions de carbone, avant de fixer de nouveaux objectifs climatiques.

Le trafic du bois profite du coronavirus en Roumanie

Des milliers d’hectares ont encore été dévastés dans la dernière grande forêt primaire d’Europe, ces derniers mois. Les autorités sont dépassées. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER