La pression sur l’UE monte à la COP25

Le sort des négociations climatiques repose largement sur les épaules des Européens. La société civile, certaines entreprises ou les investisseurs en demandent plus.

Dans le hall du parc des expositions de Madrid, où la plupart des pays engagés dans la lutte contre le changement climatique ont réservé un espace, difficile de passer à côté de cette incongruité géographique. Alors que les pays européens sont regroupés, la Pologne a aménagé son bureau à côté de celui des Etats-Unis, comme une poche de résistance face à l’ambition climatique.

Un an après la COP24 de Katowice, l’UE peine toujours à arrimer certains de ses membres, comme la Pologne, à son projet climatique. La Commission von der Leyen a néanmoins à cœur de montrer que l’UE a changé de braquet sur le sujet.

« La grande nouvelle à cette COP, c’est l’UE : il y a une nouvelle équipe, un nouveau Green deal, et le fait que le carbone devienne central au sein des politiques européennes est complètement nouveau » assure Laurence Tubiana, à la tête de la Fondation Européenne pour le Climat, tout en reconnaissant que si l’objectif de neutralité carbone pour 2050 est acquis, la question d’une transition juste reste un point d’interrogation pour parvenir à convaincre la Pologne ou la république tchèque. Un sujet qui devrait être tranché lors du Conseil européen, vendredi prochain.

La révolte gronde contre les objectifs climatiques « irréalistes » de l’UE

Czech Prime Minister Andrej Babiš has threatened to veto Europe’s goal of becoming the first climate neutral continent in the world by 2050, adding his voice to a growing chorus of discontent as EU leaders prepare for heated climate discussions at a summit in Brussels next week.

Alors que 65 pays dont les 27 Etats membres ont déjà annoncé qu’ils allaient relever leur ambition climat en 2020, les observateurs reprochent à l’UE le manque d’ambition de son calendrier : la Commission européenne prévoit de revoir son propre engagement climat en octobre 2020, soit juste avant la prochaine COP, ce qui ne permettra pas de mettre la pression sur les autres pays.

« Pour avoir un accord robuste entre le Parlement et les Etats membres, cela prendra une partie de l’année, c’est inévitable », répond Frans Timmermans, qui se dit toutefois prêt à devenir ambassadeur du climat de l’UE en « allant voir tous les pays qui le souhaitent pour discuter de leurs plans climat ». Le vice-président a commencé par étudier le dossier chinois, en épluchant les conversations entre l’UE et la Chine depuis 2015, et estime que la relation entre l’UE et la Chine sera cruciale pour relever l’ambition en 2020.

Forte mobilisation de la société civile

La mobilisation de la société civile est aussi de plus en plus pressante. Selon une enquête Eurobaromètre publiée lundi, le climat est la priorité européenne qui revient le plus souvent quand on interroge les citoyens à propos du Parlement européen : c’est la première fois que le sujet l’emporte, les Européens étant convaincus à 59 % que la mobilisation des jeunes sur le climat a une influence sur l’UE. Lundi aussi, 631 investisseurs représentant 37.000 milliards de dollars d’actifs sous gestion ont appelé les gouvernements à appliquer au plus vite l’accord de Paris.

Même son de cloche du côté des entreprises, dont un groupe réclame à l’UE de confirmer rapidement l’objectif d’émissions nettes de zéro, au minimum en 2050, et une augmentation de l’ambition de -55 % d’émissions de CO2 d’ici 2055. « Les entreprises ont la responsabilité d’agir pour aider à gérer le changement climatique, et un certain nombre le font déjà. Mais nous devons accélérer » a déclaré le PDG d’Unliver, Alan Jope. Ikea, EDF, l’énergéticien Acciona ou le Français EDF.

Malgré l’urgence climatique, les négociations patinent à la COP 25

Les négociations patinent à la Conférence annuelle pour le climat. À mi-parcours, on sait déjà qu’aucun effort supplémentaire ne débouchera. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.